Les cinq sens

image_print

 Les cinq sens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au début du séminaire:

Interrogation écrite :

  1. Quels sont les différents sens, quelles sont leurs fonctions… ? Ne pas tricher, ne pas aller voir dans le syllabus… !

 

  1. Qu’attendez-vous de ce séminaire ?

 

  1. 3 vœux ou plus à réaliser par rapport à vos sens :

 

  1.  Que désirez-vous voir se transformer pour vous après ce séminaire ?

 

**********************************

Bienvenue,

au pays des sens,

  du sens.

 

5 sens pour donner un sens à sa vie.

5 sens pour s’incarner et vivre sur terre.

Entrer dans  la nais-sance (nais-sens).

Reprendre connais-sance (connais-sens).


Les yeux, les oreilles, le nez, la bouche, la peau

pour :

voir, entendre, sentir, goûter, toucher,

pour recevoir les informations, communiquer, vivre sur Terre.

 

⇨  Se nourrir des informations captées par nos 5 sens

   5 sens qui coopèrent en équilibre, en pleine conscience.

Une perception unifiée pour vivre pleinement sur Terre.

  5 sens en équilibre pour aller au delà des sens…

5 sens pour trouver un sens à sa vie.


 

******************


 

« Imaginez-vous un instant les yeux bandés…
vous ne voyez plus.
Noir total !

Ensuite, le son serait coupé…
vous n’entendez plus.
Silence absolu !

Après, l’odorat serait éteint…
plus d’odeur !
Tout est inodore !

A la suite, les papilles gustatives se mettraient en chômage technique…
plus de goût !!!
Tout est insipide !

Et enfin, ce serait au tour de tous les récepteurs sensoriels de la peau
et du sens du mouvement de se déconnecter…
Plus aucune sensation !

 Dites-moi…
Pourriez-vous encore recevoir des informations de la Terre,
Pourriez-vous encore communiquer avec vos semblables, avec la nature ?

Dites-moi
Pourriez-vous encore vivre, apprendre, connaître…

Dites-moi…
Que serait une vie coupée entièrement du monde
avec pour seuls compagnon des hallucinations, des éléphants roses… et encore…

Dites-moi…
Pourriez-vous me dire encore quoi que ce soit ?! »

 

Nos sens perçoivent et transforment illico toutes les informations reçues en messages électriques via les nerfs vers le cerveau. Celui-ci traite, analyse (suivant nos mémoires, nos systèmes de croyances, de survies…) et nous permet ainsi une réaction appropriée dans l’ici et maintenant…

Renouer, se réconcilier avec nos sens,
leur permettre de coopérer,
harmoniser nos sens… sens à la vie.
Voilà l’aventure que tente de vous proposer ce séminaire !

N.B. Dans ce séminaire nous verrons aussi le sens du mouvement ainsi qu’une approche à la clairvoyance, clairaudience et claisentiance.

 

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

 

Relaxation

Installé confortablement au contact de la Terre-Mère
Je suis trait d’union entre le ciel et la terre.
L’énergie Terre monte en moi, l’énergie céleste s’écoule en moi pour s’incarner sur notre Terre-Mère.

J’expire et j’inspire.
J’expire les tensions, les toxines et j’inspire la vie le prana, la joie…
J’expire mes doutes, mes peurs et j’accueille la vie, la beauté, la puissance.

Je suis Un, un avec moi-même, Un avec la Terre, un avec le ciel, Un avec les étoiles, les planètes, l’Univers, Un avec le monde ! UN, UN, UN… !

J’expire et j’inspire
Le sol de la terre m’accueille… je prends le temps de sentir mon corps sur le sol…
Des milliers de propriocepteurs en mon corps me permettent de sentir le contact de mon corps sur le sol.
Je sens l’arrière de ma tête posé vers la terre, le haut de mon dos, le bas de mon dos, mes fesses, mes cuisses, mes jambes, mes talons.

Je ressens, mon corps ressent.
J’expire et j’inspire.

Je peux peut-être ressentir aussi … mes vêtements, un élastique plus serrant peut-être, une bretelle, une ceinture, le contact d’un tissus, je ressens…

Merci ma peau.

J’expire et j’inspire.
Je sens  et j’entends…
Des milliers de petits récepteurs captent les sons autour de moi, des sons proches, des sons plus lointains, des sons aigus, des sons graves ?
J’écoute, j’entends les sons que je réceptionne.
J’écoute, j’entends, une voix  me parle, un fond de musique, les bruits de la rue, la respiration des personnes autour de moi, ma propre respiration, mes battements cardiaques peut-être, j’entends, j’écoute et j’entends.

Merci mon ouïe.

J’expire et j’inspire.
Y a-t-il des odeurs dans la pièce ; quelles sont-elles ? L’air entre par mes narines où de petits propriocepteurs accueillent les informations de senteur, fleuri, doux, âcre peut-être… Je sens, je hume…

Merci mon odorat.

Je me souviens de ce que j’ai dégusté ce matin, hier, lors du plus merveilleux repas de ma vie… mes papilles gustatives se souviennent.
Merci, merci, merci de donner un goût à tous les aliments de ma vie.

Merci le goût.

J’aime aussi à saluer ma vue, celle qui me permet de voir tant et tant de choses de mon lever jusqu’à l’instant de mon  coucher… celle qui me permet de me nourrir de mille et mille couleurs, de mille et mille formes, de mille et mille structures…

Merci…

En moi, ma profonde sagesse va maintenant circuler d’un sens à l’autre, purifier, soigner, réparer, ouvrir, revitaliser, cajoler, harmoniser ces sens qui nous permettent d’entrer en contact avec la vie, avec la terre, avec nos semblables…

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage… se consacre à mes yeux :

la pupille, l’iris, le cristallin, les muscles oculaires, la rétine avec ses cônes et ses bâtonnets, les nerfs optiques et toutes les zones du cerveau associées au traitement des information visuelles.

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens et toutes les parties associées à ce sens…

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans mes yeux et dans toutes les parties de mon système nerveux  qui leur sont associées… cette énergie purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens.

Un œil, deux yeux, pour voir les couleurs de l’arc en ciel – le mauve, le bleu, le vert, le jaune, l’orange, le rouge…. Le rouge, l’orange, le jaune, le vert, le bleu, le mauve… 

Un œil, deux yeux pour voir les millions de couleurs de la vie… les millions de formes, de structure, de matières.

Un œil, deux yeux; je vois l’herbe tendre, les arbres, les fleurs, les oiseaux, le sourire d’un enfant… que c’est beau… Toute cette beauté qu’il m’est donné de voir est pour moi une véritable nourriture céleste… Je me nourris de ces beautés… J’accueille, je reçois ce qu’il m’est donné de voir… Je me ravitaille, je me sustente de toutes ces nourritures célestes…

C’est beau… c’est bon… Je prends un temps avec les couleurs, les images, les formes, les structures qui, peut-être, défilent devant mes yeux… et même si je ne vois pas grand-chose, je sais qu’au fond de moi mes yeux voient…

En moi, ma profonde sagesse après avoir purifié, soigné, réparé, ouvert, revitalisé, cajolé, harmonisé mes yeux, va maintenant faire de même avec mon audition… avec ma capacité à entendre et à traiter les informations auditives qui me parviennent…

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage… se consacre à mes oreilles (à gauche et à droite) et à tous ces petits propriocepteurs munis de cils qui perçoivent, reçoivent, traitent les informations reçues, se consacre au tympan, au marteau, à l’enclume, à l’étrier, aux canaux semi-circulaires de l’oreille, au conduit auditif interne, an nerf auditif et à toutes les parties du cerveau qui leur sont associées.

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens et toutes les parties associées à ce sens…

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans mes oreilles et dans toutes les parties de mon système nerveux qui leur sont associées… Cette énergie purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens.

Je peux entendre, écouter les sons proches de moi, une respiration peut-être, la musique en bruit de fond, les bruits de la rue, des oiseaux qui chantent, les battements de mon cœur ou ma propre respiration… J’entends, j’écoute…

En descendant dans mon cœur… peut-être même qu’une voix de sagesse ou plusieurs voix de sagesse me parlent… Que disent-elles ? Ou peut-être est-ce une douce musique céleste… le chant des oiseaux « du paradis »…

J’entends, j’écoute, j’écoute et j’entends…

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise mes yeux et mes oreilles et toutes les parties de mon corps physique qui leur sont associées …

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans mes yeux, dans mes oreilles et dans toutes les parties de mon système nerveux  qui leur sont associées… Cette énergie purifie, soigne, répare, régénère, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens.

En moi, ma profonde sagesse après avoir purifié, soigné, réparé, ouvert, revitalisé, cajolé, harmonisé mes yeux, mes oreilles, va maintenant faire de même avec tous les autres propriocepteurs de mon corps…
Les propriocepteurs qui captent toutes les informations  des deux mètres carrés de mon corps,
les propriocepteurs de mes deux grands copains, le goût et l’odorat…
et de tous les propriocepteurs situés dans tous les muscles de mon corps, leurs tendons, leurs articulations, ces propriocepteurs qui me permettent d’avoir conscience de mon corps dans l’espace, dans la matière Terre.

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage… se consacre
à ma bouche, aux bourgeons du goût des pailles gustatives et tous les autres propriocepteurs qui définissent tant et tant de sensations…
à mon nez qui hume les parfums de la vie et des aliments que ma bouche accueille…

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise mon goût et mon odorat et toutes les parties associées à ces sens… Je peux peut-être même sentir toute cette activité joueuse et revitalisante… Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps…

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage… se consacre à toute la surface de ma peau, devant, derrière, à gauche, à droite, en haut, en bas à moins que cela soit en bas, en haut, à droite, à gauche, derrière, devant… à toute la surface de ma peau…

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens du toucher et toutes les parties associées à ce sens…

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… je sens peut-être toute cette vie circuler le long de ma peau, dans les cellules de ma peau !

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage…se consacre à tous les petits propriocepteurs situés dans les muscles, tendons, articulations…
Parcourons-les rapidement… les muscles de la face, du cou, de la nuque, des épaules, des bras, des avant-bras, des mains et des doigts, les muscles du torse et du dos, les muscles de l’abdomen, des fesses et des cuisses, des jambes, des pieds et des orteils…

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise tous les propriocepteurs de mes muscles, tendons, articulations et toutes les parties associées à ce sens…

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans tout mon corps… Peut-être puis-je sentir cette vie, cette énergie qui purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise tout mon corps et lui donne cette conscience d’être vivant.

Oui, cette conscience d’être vivant, nourri, comblé par la beauté que captent ces fenêtres sur la vie que sont mes yeux, mes oreilles, mon goût, mon odorat, ma peau et tous les propriocepteurs de mon corps…

Oui, peut-être puis-je sentir cette vie circuler en moi en parfaite harmonie, sans oublier aucune de ces petites fenêtres vers la vie… Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans tout mon corps…

 


Travail et corrections

Alterner modes sens (vue, ouïe….) et mode croisé (index) + mise en circuit (facultatif).

  1. La vision & les modes oculaires

 L’intérêt des mouvements oculaires :

La vie est mouvement, ce qui n’est pas mouvement est statique, inerte, mort.
La vision comprend 70% des récepteurs sensoriels de notre corps.
15% de notre cortex est destiné au traitement des informations reçues par les yeux  (couleurs, formes, textures, mouvements) et près de la moitié du cortex cérébral semble participer à un aspect ou à un autre du traitement des informations visuelles, permettant ainsi une action réponse très rapide et appropriée : choix, décision, mouvement, action et, quelques micro fractions de seconde après, une reconnaissance : prise de conscience de ce qui est perçu.

Les mouvements oculaires permettent de remettre le Mouvement dans notre vie, de sortir de schémas répétitifs, des ressassements, et d’aller de l’avant : choix, décision, mouvement, action, conscience.

Travailler les modes oculaires avec la lumière, les couleurs et/ou dans la pénombre :

Les cônes de la rétine accueillent les fréquences lumineuses visibles par l’œil humain : de la lumière rouge, à l’orange, à la jaune, à la verte, à la bleue, à la mauve et la lumière blanche qui est l’alliance de toutes les couleurs. Les cônes favorisent la vision des détails.
Myosis (gouverné par le système parasympathique) : contraction du muscle de l’iris, diminution du diamètre de la pupille lorsque la lumière est vive.

Les bâtonnets sur la rétine interviennent dans la pénombre, la vision crépusculaire, lorsque la lumière est de faible intensité. Une vision en noir et blanc qui ne distingue  que peu de détails.
Mydriase (gouvernée par le système sympathique) : relâchement du muscle de l’iris, dilatation de la pupille dans la pénombre.

Travailler l’accommodation de l’œil de la vision ‘proche à loin’ et ‘loin à proche’ :

Capacité d’accommodation aux expériences, aux événements de la vie. Capacité à entrer en action et à prendre du recul… Observation.
Capacité à se mouvoir, à se projeter dans le monde.

Travailler les modes oculaires dans ces différentes situations c’est, bien évidemment, stimuler différentes parties du cerveau, différentes situations de vie…
C’est aussi retrouver la capacité à vivre une multitude de situations, d’événements et de passer d’une situation à une autre avec plus de facilité.

Choix, décision, mouvement, action, conscience et changement en toute facilité.  

Pour info… mais attention !

Si ce tableau a pour base la PNL, les mots en italiques sont plutôt une observation dans ma pratique, un développement personnel et n’engagent que moi.
A vous de vérifier par votre pratique, par votre ressenti si cela correspond ! 

Voir tableau ci-joint : Tableau vision et modes oculaires

Si ce tableau est, pour moi, fiable, il est cependant important de garder à l’esprit que :
-         Une personne peut créer ou recréer le passé à partir d’un fait réel, car le passé est trop difficile à regarder de face ! Ce n’est absolument pas pour cela qu’elle imagine, fabule…
-         Le cerveau peut avoir mis en place des systèmes de « déviation » pour cause de stress.
Les entrées/sorties d’une ou plusieurs infos peuvent être inversées dans les                  hémisphères cérébraux et les mouvement oculaires seront inversés, différents…
-         …

Dans tous les cas vous avez toujours la possibilité de tester une info par rapport au mouvement oculaire difficile, les mouvements oculaires à corriger…

Correction : (Tester et/ou observer)

Outils : suivre 2  doigts, paume de la main, lampe couleurs, cartes couleurs, cartes formes, bouteille ou lampe aura-soma…
Distance : toutes les distances (proches ou plus lointains), mais aussi des mouvements de proche à loin et de loin à proche.
Amplitude : Toutes amplitudes possibles : petite amplitude 2 à 3 cm ó grandeurs du champ visuel.
Un œil, l’autre œil, les deux yeux ensemble
Cligner régulièrement des yeux
entre les exercices
Type de mouvements : doux, rapides, saccadés, balayages, déplacements lents, rapides…
Les mouvements : Tous les mouvements, symboles,  positions qui « coincent » ou positions en rapport à l’objectif sont utilisables. N.B. Une seule position peut suffire!

Voici quelques propositions utilisées couramment : Correction vision et modes oculaires

Autre mode de correction :

Longueur d’onde, fréquence du spectre électromagnétique des couleurs
= … couleurs chakras : rougeorangejaunevertbleuindigo
…⇒ Correction par couleur sur Plexus d’énergie, point d’accu et travail d’expansion, d’accommodation, de convergence pour équilibrer les sens !!!

 

2. L’odorat

Souvent mésestimé, oublié, ce sens nous mène, pourtant, par le bout du nez !
Une mémoire impressionnante qui respire !
Lié à de nombreux souvenirs anciens, profonds…
« Le parfum de maman ou de la cuisine de maman, le tabac de papa, l’odeur de la cire ou des draps frais, l’odeur de la maison de grand-père et grand-mère, l’odeur de la fête foraine…
Mais aussi, l’odeur de l’hôpital, d’un incendie… »

Nous réagissons encore aujourd’hui en fonction des odeurs enregistrées dans notre enfance. Cette odeur me plaît, je ne l’ai même pas consciemment remarquée et pourtant je me dirige vers elle sans même m’en rendre compte !

Cent millions de cellules olfactives garnies de plus ou moins 6 cils chacune ont capté et captent encore aujourd’hui les substances odorantes.

L’odorat et sa mémoire intimement unis au goût, goût des aliments bien sûr mais aussi goût de la vie dans son sens le plus général comme dans tous ses petits détails.

Travailler en séance avec des parfums, des huiles essentielles… peut « enivrer » ce sens, et par son impact décontracter, déstresser, transmuter les mémoires du cerveau et du corps.
A cela, vous pouvez ajouter le pouvoir exceptionnel tout personnel de chaque senteur
.

Un deuxième nez :
Encore peu connu, niché dans les fosses nasales, un deuxième nez détecte les phéromones qui à notre insu nous guident vers tel ou tel partenaire. Ce deuxième nez qui nous permet de sentir ce qui n’a pas d’odeur (les phéromones par exemple) nous appelle à sentir ou ne pas sentir telle ou telle personne.

Correction :

Humer une huile essentielle, un parfum, un remède homéopathique, des épices…
+ Éventuellement : bosse frontale, point d’accu, un endroit du corps, mode oculaire…
Ancrer aux pieds.

Proposition d’huiles essentielles pour travail en consultation :
Camomille romaine 5 ml – Chamaemelum nobile : appaisement profond
Laurier noble 10 ml – Laurus Nobilis : équilibre du systhème ortho et parasympatique
Hélichryse : à usage immédiat lors de traumatisme
Mandarinier – Citrus reticulata zestes : anti-stress
Cyprès – Cupressus sempervirens : décongestionnant
Ylang Ylang  - Cananga odorata : aphrodisiaque
Menthe poivrée – Mentha piperita : digestif
Ravintsara – Cinnamomum camphora ct cinéole : augmente l’immunité
Basilic exotique – Ocimum basilicum : antispasmodique digestif et musculaire
Romarin à camphre – Rosmarinus officinalis CT1 : décontractant musculaire
Verveine citronnée – Lippia citriodora : anti douleur, anti inflammatoire, sédative.

Livre facile : Les Huiles essentielles pour votre santé de Guy ROULIER.


3. L’audition

L’oreille capte des milliards de sons, de fréquences, d’intensités différentes.
Elle peut même saisir l’endroit, l’origine d’où proviennent ces sons.
Un moustique dans la pièce, un bébé qui pleure à l’étage, le cri des mouettes, le vent dans les arbres, la parole douce d’un ami, le bruit des travaux de la rue, ….
Les sons accompagnent chaque instant de notre vie… Le silence absolu n’existe pas ! Même dans une chambre insonorisée, notre respiration, nos battements cardiaques sont audibles.

Dressés bien droits, des millions de cils des cellules auditives ondulent, vibrent au gré des vibrations sonores aiguës ou graves.

Correction :
Diapason, xylophone, bols tibétains, piano… par la personne elle-même ou par le thérapeute
+ éventuellement : bosse frontale, point d’accu, un endroit du corps, mode oculaire…
+ une main sur chaque oreille et attendre l’harmonie.
Ancrer aux pieds.

4. Le goût : une multitude de sensations !

 10 000 bourgeons du goût regroupés dans les papilles gustatives de la langue et quelques-uns dans le voile du palais.

Question de goût…, en fonction du pays, de la région, des expériences, de l’éducation, des associations au plaisir, au bien-être ou au contraire au malaise, au dégoût…
Le goût change, se forme, s’éduque…

Le goût est indissociable de l’odorat !
Rhume, nez bouché… nous n’avons plus le goût des aliments.
Brillat Savarin au XIXème siècle dans La physiologie du goût disait déjà :
« … je suis tenté de croire que l’odorat et le goût ne forment qu’un seul sens dont la bouche est le laboratoire et le nez la cheminée ».
Par les narines et l’arrière-nez lors de la déglutition, le nez capte les arômes à chacune de nos bouchées.

Une infinité de saveurs et de sensations.
4 à 5 saveurs primaires que nous pourrions traduire dans notre langage par :
sucré, salé, acide, amer (et, suivant les sources) glutamate de sodium (cuisine japonaise).

Le goût, une infinité de sensations.
Les récepteurs tactiles de la bouche reçoivent toutes sortes d’informations, par exemple :
-       piments, poivres ⇒ activent les terminaisons nerveuses de la douleur et nous donnent cette sensation de piquant ;
-       menthe ⇒ en se dissolvant dans la salive, elle en prélève de l’énergie et donc de la chaleur, les récepteurs du froid sont stimulés et nous donnent cette impression de fraîcheur ;
-       les tanins ⇒ les vins ont tendance à resserrer les tissus de la bouche.

Notre état de santé, l’équilibre de nos hormones peuvent aussi modifier la composition de notre salive. Les aliments en contact avec la salive ainsi modifiée nous donneront une autre perception du goût.

Correction :

Déterminer la zone de la langue (voir livre anatomie).
La personne peut toucher cette zone.
+ Bosse frontale
ou un endroit du corps…
ou mise en circuit et correction de yeux ou toutes corrections…
Ancrer aux pieds.

 

5. Le toucher

La peau (+ 2 m² et 4 kg).
Frontière entre notre monde intérieur et le monde extérieur.
D’une grande souplesse et d’une grande solidité, elle nous protège, nous enveloppe et nous INFORME : une pression, une caresse, un rayon de soleil, un changement de température, la structure d’un tissu, un insecte sur la peau, une douleur….
La peau des doigts, le grand spécialiste pour reconnaître un objet, une matière, une structure, les pièces de monnaie et billets, le braille pour les aveugles.

Correction :

Tester un endroit du corps, déterminer la zone (ex. : 1 cm, une jambe….)
La personne et/ou le thérapeute pose la main (pression légère, forte, tapotement, frottement, pincement, effleurement, caresse….).
Ancrer aux pieds.

 

6. Sens du mouvement

Des millions de propriocepteurs situés dans les muscles, les tendons… nous permettent à tout moment d’être dans la conscience de notre corps, de sa position dans l’espace et ses mouvements sans même utiliser la vision !
Sans eux… impossible de mettre le doigt sur le bout de notre nez, impossible de prendre une fourchette, impossible de tenir debout… Nous aurions tout simplement l’impression d’être un petit fantôme désincarné sans action dans la matière !

Correction : associer toucher, mouvement les yeux fermés, localisation de parties du corps les yeux fermés, mouvement oculaire et petite technique d’intégration cérébrale (voir ci-dessous) et tout ce que vous connaissez !

**********************************


Petite « technique » d’intégration …
facile…. et super géniale !!!

  1. (facultatif) La personne se met en contact avec une activité, une pensée, un but… (ex. : lire, calculer, cuire des pommes de terre, prendre l’avion, accueillir la colère de ses enfants…)
  2. Couchée sur la table… ou éventuellement assisse, la personne devra essayer de lever le bras que vous toucherez en même temps que la jambe opposée ou lever la jambe que vous touchez en même temps que le bras opposé et déposer ensuite bras et jambe rapidement.
  3. Variantes :
    -         yeux ouverts, yeux fermés, différentes positions oculaires ;
    -         toucher les bras et les pieds à différents endroits (main, pied, cuisse, avant, arrière, gauche, droite…) toucher léger, fort…
    -         lever bras et jambe rapidement ou lentement…
    -         dire « jambe gauche »,  « bras droit »… sans toucher.

Ce petit exercice amusant active de nombreuses zones du cerveau qui apprennent à travailler en coopération. Il associe réception d’info visuelle, kinesthésique, auditive… et réponse à l’info.
J’ai vu des changements spectaculaires pour bon nombre de personnes en utilisant cette technique simple.
Les résultats peuvent se manifester dans tous les domaines (émotionnel, mental…).
Les résultats sont bien plus puissants que ceux obtenus dans la marche croisée simple. Ici une réflexion continue, une réception d’infos continue activent de nombreuses zones du cerveau.
C’est avec beaucoup de plaisir que je partage cette petite « technique » avec vous.

Cet exercice peut être utilisé tel quel, à la maison, ou « corriger » en séance à l’aide des techniques que vous possédez déjà ou de la façon suivante :
(
N.B. : corriger dans la position oculaire, yeux ouverts ou yeux fermés)

  1. Une main de chaque côté (gauche, droit) de la tête. Attendre que la paix soit dans les deux hémisphères et que votre main gauche puisse parler à votre main droite et vice et versa.
  2. Superposer vos deux mains sur la ligne médiane au sommet du crâne (corps calleux) et sentir la possibilité de passage de gauche à droite et de droite à gauche.
  3. Une main sur chaque tempe, ici, vous pouvez apporter la paix et l’harmonie au cerveau « émotionnel ». Attendre que tout soit fluide.
  4. Une main à la base du crâne (tronc cérébral) et une main sur le haut du front. Attendre que tout soit fluide, qu’il y  ait communication.
  5. Revenir aux points 1 et 2 en sachant que la fluidité et l’harmonie circulent dans tout le cerveau.
  6. Ancrer en tenant les pieds, puis les mains.

N.B. : Cette « correction » peut être renouvelée un nombre considérable de fois dans de multiples occasions… stress intellectuel, émotionnel, mental, difficultés d’apprentissage, concentration, mémorisation…
Vous pouvez l’utiliser pour vous-même, pour vos petites têtes blondes ou brunes, sur vos amis, … … en toute circonstance… (dans l’avion, les pieds en l’air, dans la piscine…)

Bon amusement !

 

 **********************************

 A la fin du séminaire:
 

Interrogation écrite :

  1. Quels sont les différents sens, quelles sont leurs fonctions… !!! Ne pas tricher, ne pas aller voir dans le syllabus… ! 
  2. Qu’avez-vous reçu par ce séminaire ? 
  3. 3 vœux ou plus à réaliser par rapport à vos sens dans les jours et mois à venir : 
  4. Quelle(s) direction(s) choisissez-vous de suivre après ce séminaire ?

 

 

Nieuwborgh Josiane – 5 sens 2003

Laisser un commentaire