Archives pour la catégorie Généalogie

Lettre à mes ancêtres

image_print

 DSC00164_2

Bonjour, 

Depuis quelques mois, j’ai pu observer dans ma pratique et dans ma vie  que certains de nos comportements, systèmes de croyances, émotions, maladies… étaient, non pas uniquement des fidélités ou loyautés aux ancêtres, mais bien  des liens, des énergies, des attentes créés par eux ou avec eux dans la souffrance ou dans l’amour, dans la joie ou dans la haine… des liens qu’il nous paraît, consciemment ou inconsciemment,  inconcevable de rompre, de couper…  

« On » ne coupe pas, « on » ne brise pas un lien d’amour…, « on » ne brise pas un lien créé par des événements pénibles, vécu dans la douleur… Il est des liens, des pactes indestructibles… ». Une phrase qui revient souvent : « mais… il nous aimait …»… oui ! Mais comment, de quel amour ? 

Et il est aussi des liens, des énergies  ayant acquis une existence, une présence particulière dans la matière, autonome, impalpable pour la plupart …

Des liens, des énergies qui nous gouvernent, qui gouvernent notre vie, qui nous aveuglent, nous rendent sourds, nous coupent de nos sensations et de nos espoirs, qui nous enferment dans des schémas répétitifs dont nous n’avons presque jamais conscience. 

Ces liens, ces énergies « vivent », sont attachés à des lieux, des objets, des lettres, mais aussi à la descendance, aux amis… tels de petits fantômes cachés dans des placards ou de petits revenants malicieux parcourant les continents, vivant en parasite autour de la famille, des amis, ennemis… 

Nombre de ces liens, énergies, fantômes… vivent et survivent par des croyances de devoirs, d’obligations… liées à l’amour… Ils vivent, survivent par une mauvaise définition de l’Amour. 

Ces distinctions sont importantes afin de se dégager plus précisément des mémoires « paralysantes » de la généalogie. 

Fuir ses ancêtres, c’est se couper d’une partie de soi, c’est devoir recommencer une expérience similaire ailleurs et autrement dans une école souvent moins compétente. 

Je vous propose donc d’écrire, de ré-écrire régulièrement cette lettre à vos ancêtres, au fur et à mesure de votre désir de changement. La lire à haute voix, ensuite, semble libérer d’autre chose encore que l’écriture elle-même. La brûler ensuite aide certaine personne à l’envoyer à l’Univers.

Josiane 

 

A Mes Ancêtres, Ici et maintenant, Dans l’au-delà, Là où ils sont.

 

Lettre à mes ancêtres:

 

Bien le bonjour à vous, bonjour à tous,

Je vous salue et je suis heureux(se) de communiquer avec vous.

Bonjour à vous que je connais, que j’ai rencontrés,
bonjour à vous dont j’ai entendu parler par ma famille,
bonjour à vous que nous avons oubliés,
et bien le bonjour à vous dont je ne soupçonne même pas l’existence.

Bonjour à vous, mes ancêtres biologiques, mais aussi à vous tous qui avez tenu le rôle de père, mère, grand-père, grand-mère et ce dans toutes les générations, dans la lignée de mon père, dans la lignée de ma mère…

Je vous salue, vous êtes mes ancêtres, vous êtes ma famille, je vous reconnais comme tels.

Je choisis de vous écrire ces quelques mots dans l’amour qui libère et la paix.

Si ma vie n’est pas toujours simple, je me doute bien que la vôtre a aussi porté sa part de souffrance et de joie.

Je suis le chemin parcouru par moi-même et je suis le long chemin que vous avez parcouru. Vous êtes mes ancêtres, je suis une partie de votre descendance et je suis moi (prénoms, nom, date de naissance).

Vous êtes ceux par qui je suis arrivé(e) un jour sur cette planète. Je vous en suis reconnaissant(e) et je vous rends hommage.

Au fond de moi, je sais que vous avez fait, au jour le jour, au mieux de vos possibilités avec les cartes du jeu de votre vie. Au fond de moi, je sais que je suis un roi, une reine, un mendiant, une mendiante. Au fond de moi, je sais que tous vous avez été un roi, une reine, un mendiant, une mendiante.

 

Aujourd’hui, par cette lettre,

je veux me libérer,  me dé-s-identifier,  me désolidariser, me différencier

-       de toute mes fidélités et loyautés familiales;

-       de toutes mes croyances conscientes et inconscientes liées à l’amour, la haine, la souffrance, la culpabilité, les notions de « bien et de mal »;

-        de toutes ces mémoires, ces fantômes du passé;

-       des croyances, des vécus familiaux, sociaux par rapport aux relations amoureuses, sentimentales, conjuguales, sexuelles, filiales…

-       des traumatismes physiques, émotionnels, mentaux, spirituels…

qui freinent mon épanouissement, qui sont pour moi dépassés, ankylosants et même parfois franchement nocifs.

 

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toutes ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Ici et maintenant, je me donne le droit de me libérer, je me donne la permission de me libérer de toutes les fidélités, loyautés qui freinent mon épanouissement.

Prendre ces fidélités était pour moi une manière de vous aimer, d’être aimé(e), considéré(e), reconnu(e), d’appartenir à une tribu… et d’autres choses peut-être.

Toutes les fidélités, loyautés dont je peux me libérer aujourd’hui, je m’en libère aux niveaux conscient, inconscient, subtil… dans tous mes corps, tous mes chakras, toutes mes cellules, dans tout mon ADN (gènes, chromosomes, atomes et tout, absolument tout ce qui compose mon ADN) afin de trouver, retrouver la puissance de mon être, de mon bien-être, de ma santé.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Aujourd’hui, je choisis d’être moi-même, d’être pleinement moi-même, de suivre ma voie, ma voix et non la voie, la voix du sang.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

La meilleure manière pour moi de vous être fidèle est de me réaliser pleinement dans la joie et l’amour.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Je sais que cette opération chirurgicale peut me laisser une impression de vide, de grand vide, de lassitude, de perte… mais je sais qu’elle peut aussi m’apporter beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup… de légèreté, de plénitude, de vitalité, d’enthousiasme pour la vie, pour ma vie.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Je choisis d’accueillir le cortège des émotions, des sensations qui accompagnent ce travail… Je choisis d’accueillir qui je suis, d’accueillir ma beauté infinie, ma puissance, mon rayonnement divin.

Si vous le pouvez, je vous demande, du fond de mon cœur, du fond de chacune de mes cellules qui portent les mémoires de votre ADN et/ou de votre vécu, si vous le pouvez, je vous demande votre aide et votre bénédiction dans cette libération.

Je me libère, je vous libère du plus de fidélité, de loyauté dont je peux me libérer et vous libérer aujourd’hui.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Je veux me libérer, me détacher, me dé-s-identifier, me désolidariser, me différencier.

Je me donne le droit, la permission de me libérer, me détacher, me dé-s-identifier, me désolidariser, me différencier.

Je veux vous libérer de toutes les émotions conscientes et inconscientes : les « je t’aime » que je n’ai pu vous dire, exprimer ou vivre, les bons moments que je n’ai pu ou su partager avec vous, mais aussi les frustrations, les colères, les haines ; les sensations de rejet, d’abandon, d’humiliation, de trahison, d’injustice que je n’ai pu exprimer ou que j’ai enfouis, refoulés ou tout simplement portés sur mes épaules, sur mon dos, en mon cœur ou dans toutes autres parties de mon corps et de mes corps.

Je me libère, je vous libère.

Je me détache, je vous détache.

Je me désidentifie, je vous désidentifie.

Je me désolidarise, je vous désolidarise, je me différencie, je vous différencie.

Je vous rends votre destin, vos choix, vos émotions, vos souffrances et je choisis de reprendre le gouvernail de ma vie. Je reprends le gouvernail de ma vie.

Je vous rends votre destin, je reprends mon destin.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Je choisis d’être fidèle à vos vies en réalisant pleinement la mienne.

Je reprends ma vie, la vie, mon chemin.

Je prends ma vie, la vie, mon chemin.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

J’ai le trousseau de clés qui me permet de fermer la porte derrière toutes ces mémoires, fidélités, loyautés et autres dont je viens de me libérer et de vous libérer.

 

Avec tout mon amour et ma considération.

DSC00479_2