image_print

Tous les articles par Josiane Nieuwborgh

Le pervers narcissique en justice

image_print

Le Pervers Narcissique en justice:

Comment le reconnaître en un clin d’œil
et ne plus entrer dans son jeu
ce qui, hélas, enfonce inopportunément sa victime?

 

Les neurosciences nous disent que 10 à 20 % de notre entourage fonctionne de cette manière.

Vous êtes travailleur, consciencieux, bon, gentil, vous aimez la justice… vous êtes bien évidemment la proie idéale qu’il utilisera allègrement pour aboutir à son objectif. Le manipulateur a un sens très développé pour sentir « qui, où, quand, comment » attraper sa future proie et la maintenir en son pouvoir.

Nous sommes tous humains… et donc influençables… tous, sauf peut-être le pervers narcissique qui sait où il veut aller et où il ne veut absolument pas aller. Les notions « de bien et de mal » ne l’intéressent pas. Tout lui est bon pour arriver à ses  fins et vous ne verrez probablement rien venir… Si vous n’êtes pas, vous-même, un excellent manipulateur, vous ne pourrez même pas imaginer que l’on puisse mentir, affabuler, trahir de cette manière. Votre cerveau fonctionne avec les notions de « bien » et de « mal », pas le sien.  Vous ne pourrez le démasquer qu’en étant averti!

Pas toujours facile à reconnaître, et pourtant… voici 10 questions, 10 observations faciles que vous pourrez utiliser pour y voir plus clair… pour voir qui mène le jeu! Vous ou lui? Vous ou son avocat qu’il aura pris soin de manipuler ou de choisir doué de manipulation et sans notion « de bien ou de mal » mais avec un grand désir de vaincre ?

Voici 10 questions que vous pouvez vous poser si vous le désirez :

  1. Le manipulateur jouera avec maestria de vos émotions… Son but : que vous vous sentiez en affinité avec lui et que vous ayez envie de rejeter l’autre qui serait : différent, insensible, riche et privilégié ou autre chose.  Avez-vous tendance à craquer pour lui dès les premiers instants ? Quelle est la personne qui a le plus  de bagout, de non-verbal pour vous faire croire en son honnêteté (le pervers narcissique) et quelle est la personne qui vous semble se perdre dans ses réponses, qui vous semble coupable (la victime)? Etes-vous dans les faits réels ou dans l’empathie et donc dans les émotions? Etes-vous dans votre état habituel ou ressentez-vous de la compassion et de la certitude pour l’une des parties (le pervers narcissique) et du doute pour l’autre (sa victime)? Si la victime essaye de se défendre et de vous démontrer la fourberie du manipulateur, vous la trouverez, sans doute, maladroite et vous croirez qu’elle essaye de vous leurrer. C’est là tout l’art du manipulateur, il ne se sent jamais coupable, et peut raconter « n’importe quoi » avec assurance en jouant le rôle de son choix.  Sa victime est dans le doute et la culpabilité de tout instant, il « s’embrouille les pinceaux » car le pervers aura tout fait pour qu’il en soit ainsi!
  2. Votre vie personnelle vous sensibilise-t-elle aux enfants, à la maladie, aux femmes maltraitées, au manque financier, à la préservation de l’écosystème, à la justice, à la peur de l’erreur… à autre chose? Le pervers narcissique aura vite fait de voir vos failles et il s’en servira!… Si « il » ou « elle » n’a pas précédemment compulsé vos antécédents sur internet ou dans vos écrits, c’est avec les sens affûtés d’un animal qu’il vous « reniflera » au premier instant! La personne joue-t-elle avec vos valeurs, votre sensibilité? N’oubliez jamais, c’est un artiste qui joue un rôle… et ce rôle est censé vous emporter dans sa pseudo-vérité qu’il a crée de toute pièce pour vous et dans son propre intérêt.
  3. Vous basez-vous sur des preuves où sur les paroles de la personne se présentant comme la « victime courageuse »,  « le petit ange n’ayant rien à se reprocher », « la personne pleine de contrition et de repentir « , « la personne amoureuse ayant tout fait pour maintenir la famille, le clan »… Un manipulateur utilise principalement les mots, les gestes… parfois un ou deux faux témoignages. Son dossier sera rarement solide, souvent désordonné, les preuves seront tronquées et facilement démontées si vous n’êtes pas sous l’emprise des émotions. N’y a-t-il pas beaucoup de baratin et peu de concret? Ses demandes ne sont-elles pas excessives et non-fondées sur la réalité?
  4. Une des personnes présentes vous embarque-t-elle dans des détails pour vous faire oublier les faits principaux ? N’oubliez pas l’adage : « le diable est dans les détails »…
  5. Etes-vous maître du temps… ou êtes-vous embarqué dans le temps d’une des parties ? Une spécialité des pervers narcissiques est soit de vous mettre dans l’urgence, soit au contraire de prolonger indéfiniment les choses afin de vous mettre dans la confusion pour que vous répondiez « amen » à ce qu’il dit tout en étant convaincu que vous étiez maître de votre décision.
  6. Qui mène réellement le débat? Sans en avoir l’air, seul ou à travers son avocat… le pervers narcissique affirme, accuse, oblige la partie adverse à se justifier, à s’embrouiller… Et souvent arrive même à vous embarquer sur son propre terrain. C’est lui ou son avocat qui tient le crachoir, il interrompt sans cesse pour empêcher l’autre de se défendre, pour le déstabiliser et surtout, surtout pour ne pas être démasqué. Tenir le crachoir permet de maintenir l’attention sur soi et d’éviter que l’attention se porte sur l’autre. Avez-vous essayé d’empêcher cette partie d’interrompre l’autre ?
  7. Avez-vous essayé d’inverser les rôles? Juste par curiosité, essayez! Le pervers narcissique, lui,  a horreur de devoir se justifier. Soit il jouera la pauvre victime incomprise qui ne comprend rien, soit il vous agressera. Juste par curiosité, testez sa capacité à se remettre en question, il n’en a pas! (ex: Et si c’était à refaire, que feriez vous… Vous avez déjà pensé à travailler, à vous prendre en charge? Avez-vous déjà pensé que vous pourriez partager? Avez-vous déjà pensé que vous pourriez trouver un arrangement moins dur pour la partie adverse?…) Laissez libre cours à votre intuition… les questions sont multiples!
    Si vous le poussez dans ses retranchements, durcissez les questionnements, les affirmations, comme il le fait probablement lui-même ; vous verrez vraisemblablement son vrai visage… Il n’y aura plus de « petit ange victime d’un vilain grand méchant loup »… vous aurez devant vous le pervers narcissique dans toute sa splendeur… incapable de se contrôler, de s’exprimer calmement face à une attaque en règle, vous verrez un personnage délirant, en colère, qui vous méprise, vous nie, vous utilise pour arriver à ses fins… Vous entendrez des monologues incohérents qui ne tiennent pas la route. Vous verrez « celui qui veut tout pour lui même » et n’en a rien à foutre (excusez l’expression) de l’autre et de vous. Quand vous pourrez le voir, une grande sensation de dégoût montera en vous.
  8. Observez : Qui prend plaisir aux jeux, qui est animé du plaisir de vaincre, de dominer, d’écraser (c’est le pervers) et qui est mal à l’aise et semble présenter de la culpabilité (c’est sa victime)?  Le pervers narcissique aime ce type de jeux, c’est sa raison de vivre, il en jouit littéralement. Sa victime, quant à elle, n’aime pas le combat, a de grandes difficultés à se défendre, cherche perpétuellement à se justifier au lieu d’attaquer. Un abattement peut très rapidement la gagner, tandis que la victoire se dissimule très mal dans les yeux du pervers narcissique, même si les mots qu’il utilise et son langage corporel disent le contraire.
    Attention, donc, à ne pas vous laisser prendre aux « mots », aux « apparences ». Un manipulateur pourra affirmer avec aplomb « que tous ces procès le détruisent, le rendent malade ». Il pourra même utiliser, de manière directe ou sournoise, un burnout, une maladie, un drame personnel pour vous faire entendre que tout cela le détruit, et il pourra le montrer sur son visage, dans son corps… Mais en réalité, ses yeux pétillent. Il vous regarde droit dans les yeux avec aplomb ou au contraire baisse la tête pour se montrer humble, tout en jetant régulièrement des regards furtifs pour évaluer à quel point vous tombez dans le panneau.  Rusé, connaissant les procédures et les détails du dossier par cœur, le pervers narcissique attaque, répond du tac au tac, surenchérit, utilise la plainte et la complainte. Il se justifie rarement. Il  joue à écraser l’autre qui a tendance à s’écrouler, à se liquéfier et ne peut plus se défendre. Nous rappelons que c’est son plaisir, sa raison de vivre et que toute victoire renforce ses désirs de toute-puissance.
  9. S’il y a eu des jugements précédents… les parties ont-elles acquitté leurs devoirs? Un pervers narcissique ne suit pas les règles, il n’en fait qu’à sa tête, il fait fi de la loi, seule sa propre loi compte, même s’il utilise la justice pour parvenir à ses fins…. Poussé dans ses retranchements, il pourra même clamer que seul lui est important dans la situation!
  10. Il est l’As du : « TOUT CE QUE VOUS POURREZ DIRE SERA RETENU CONTRE VOUS »! Rien ne lui échappe. Observez : relève-t-il le moindre faux pas, le moindre détail? Accuse-t-il de ce dont il a été lui-même accusé? Et, oui, il retourne toutes les accusations portées contre lui sur l’autre. Au fil des conclusions, des procès, vous pourrez voir que s’il est prouvé qu’il a volé, il se dira volé lui même, s’il est accusé d’adultère, il se dira trompé par son conjoint….. et ainsi de suite.

****************

Cet article est écrit pour tous ceux qui sont confrontés au pervers narcissique en justice. Il est le fruit de ma recherche et de mes observations personnelles.  Il sera certainement utilisé un jour ou l’autre par les pervers eux-mêmes pour mieux manipuler encore… mais… un pervers ne change pas!!! Il se trahit toujours tôt ou tard: confusions, contradictions, embrouilles en tous genres apparaissent par l’observation claire des faits et de la chronologie. Son seul but : obtenir un maximum sans se bouger le « popotin » ; vaincre et écraser pour augmenter sa sensation de pouvoir ; faire prendre la responsabilité de sa propre vie aux autres.

Un défi à relever : les démasquer sachant qu’ils se perfectionnent dans leurs ruses au fil des jugements.

Et surtout, surtout… si vous tombez dans le piège… ne vous en voulez pas… le pervers est doué… et à moins d’être vous-même manipulateur, sociopathe ou d’avoir longuement étudié ce phénomène de toute-puissance… vous ne pouvez PAS penser comme eux, vous ne pouvez même pas imaginer que des personnes puissent fonctionner de cette manière!

N’hésitez pas à faire vos propres recherches; c’est, à mon avis, la seule manière de vraiment comprendre ce phénomène en pleine expansion.

Vous désirez en savoir plus…

Il existe de nombreux articles et témoignages sur internet, ainsi que de nombreux livres écrits par des professionnels ou des victimes; je vous laisse découvrir.

Mais aussi des sites pour aider les manipulateurs à mieux manipuler… Eh oui! ! Ex: http://www.apprendre-a-manipuler.com/.

Un livre à ne pas manquer : « Confession d’une sociopathe », de M.E. Thomas.

Livre et Vidéo YouTube du Dr. James Fallon, chercheur en neuroscience.

Et de multiples livres sur la manipulation et, depuis peu des sites, des séminaires pour apprendre à se défendre contre eux en justice.

Je ne peux vous aider beaucoup plus que par le présent article, mais si ce sujet vous intéresse, faites vos recherches …

Josiane Nieuwborgh, thérapeute et enseignante en kinésiologie, énergétique, décodage…
10 novembre 2014

Les cinq blessures

image_print

L’énergie est mouvement…..

Surfer dans les relations humaines avec le cœur….
Par l’observation, l’écoute sensorielle,
transformons nos comportements de survie
en comportements choisis consciemment,
au mieux pour les deux parties et ceci
en fonction des cartes du jeu de notre vie,
dans l’instant présent.

*************

D’où viennent nos « blessures » ?
Pourquoi portons-nous des masques?

Dès les premiers instants de l’histoire de l’humanité, l’être a dû apprendre…
A SURVIVRE !

Les blessures et les comportements de survie associés (appelés  « masques ») sont les mémoires de nos ancêtres depuis la nuit des temps.
C’est ce qui a permis à l’humanité de survivre !

Si je vis du rejet et que je fuis… je ne me fais pas massacrer, exterminer, tuer,
ET je survis !
Si je vis de la trahison, j’apprends à ne plus avoir une confiance aveugle en tout et en tous, je ne me fais pas tuer, et je survis !
Si je vis de l’abandon, j’apprends à dépendre des autres et à ne pas mourir de faim, et je survis !
Si je vis de l’injustice, j’apprends l’insensibilité, je ne meurs plus de douleur,…
et je survis !
Si je vis de l’humiliation, je me prive moi-même de ma beauté, de ma puissance, de ma liberté et je ne serai plus écrasé, tué…
et je survis ! 

VIVRE dans la CONSCIENCE, dans notre PUISSANCE, ou SURVIVRE ?

Ces blessures ont été réactivées en nous par des événements vécus par nos parents, par des événements rejoués dans le ventre de maman, de la toute petite enfance, de l’enfance…, par les croyances du clan, de la société…

La clé :
Voir, écouter, entendre, sentir, goûter, ressentir autrement…

Quand « le comble de l’horreur, de l’ignominie, de l’injustice… » devient une suite presque inévitable du passé, il n’y a plus de coupable, plus de victime, nous devenons libre quels que soient les événements !

Nous pouvons agir, entrer dans notre puissance et non ré-agir. Le corps change !

Cette recherche sur « les 5 éléments et les 5 blessures » a été pour moi une petite révélation !
Je l’ai ressentie comme une étape vers l’acceptation de qui je suis, de « comment »  je suis, … ici et maintenant.
J’ai pu mieux percevoir ma personne en interaction avec le monde, un  petit microcosme dans un magnifique macrocosme. 

Cette recherche a ouvert des portes ! J’ai pu, voir, comprendre des réactions et interactions intérieures en mon cœur et en mon corps ainsi que dans mes relations. J’ai pu leur sourire !

De les voir clairement, d’en être consciente, de les observer, ces réactions ne deviennent plus des automatismes et disparaissent progressivement. Graduellement, je peux discerner ces réactions comme une partie d’un tout et ainsi rendre à chaque personne de mon entourage leurs propres réactions dans nos relations sans me sentir « coupable »!

Oh! Bien sûr, c’est un long chemin, mais tellement parsemé de fleurs et de lumière que je suis heureuse de le parcourir et de le partager avec vous. Si certains instants de ce chemin paraissent un peu « chaotiques », constamment il m’apporte de plus en plus de paix et de clarté.

J’agis de plus en plus et réagis de moins en moins. 

Observer ces mouvements intérieurs et extérieurs est, pour moi, un aperçu de l’unité que nous formons en nous et dans l’univers. Le moindre petit mouvement se répercute en ondes dans les moindres recoins.

Les jugements « bons ou  mauvais  comportements » disparaissent pour faire place à l’appréciation du chemin de chacun, des différences, des singularités.

C’est le chemin de la coopération, de la collaboration, des associations créatrices et constructives.

Percevoir les blessures, les souffrances, les émotions  (tristesse,  colère…), les comportements réactifs de survie…comme une recherche d’équilibre… c’est…
C’est peut-être simplement, s’apprivoiser, se rencontrer, être avec soi-même, apprendre à regarder les personnes qui nous entourent en dehors de nos modes réactionnels. 

Je vous offre de tout cœur ce travail.  Qu’il  vous apporte ce qui  résonne pour vous et rien d’autre !                                                                                       

                                                                                                                    Josiane                                                                                                                                

 

logofin1-copie.jpg

  Petit avant-propos

Je vous souhaite de prendre cet  article et ce qu’il contient comme une grille de lecture, une forme de langage pour aller à la rencontre de vous-même et des autres. 

Nous ne sommes pas cette grille de lecture, nous ne sommes pas ce langage, nous ne sommes pas nos blessures, nos masques. 

Un jour, pour notre survie, pour la survie du clan, de la famille, de notre boulot, de notre milieu… nous nous sommes habillés, nous nous sommes métamorphosés…

Nos masques, nos comportements ont été des habits de survie, de protection, d’équilibre dans des contextes, des situations précises. 

Il est important dans cette recherche de ne pas nous identifier à nos blessures, à nos masques… Nous sommes bien plus que cela ! 

Lors d’un séminaire, plusieurs questions me furent posées sur le thème :
« Qu’est-ce qui est bien, pas bien en séance, dans la vie, quelle est l’attitude juste, quels cours suivre ?»… 

Le lendemain j’ai répondu par une question :
« J’ai un ami qui veut cultiver un jardin Bio… avez-vous des idées ? »

Et vous ? Avez-vous des idées… Je vous propose de les noter avant de poursuivre !

Voici pour info les idées principales qui ont été formulées :

Amour, amour, amour, plaisir,  suivre le temps et le rythme de la vie ; liberté d’être, sagesse, instinct, écoute, dialogue, nourriture saine, expérimentation, investissement, fleurs, couleurs… 

Extrait : 

Cela dépend de qui je suis.
- Ce n’est pas scientifique ou alors c’est la science du cœur, de l’âme, de la terre elle-même.
- Suivre les cycles de la vie, le rythme des saisons, de la lune, des planètes.
- Se donner du temps, laisser le temps, que le temps fasse son temps. Pouvoir attendre, attendre le bon moment.
- Suivre des phases de travail et de repos, suivant les rythmes de la terre et du cultivateur.
- Fleurs, couleurs, senteurs.
-  Aimer, amour, aimer avec le cœur.
- Amour de la terre, de ce qui y pousse et des soins que l’on donne à la terre et aux plantes.
- Les plantes aimées, soignées, à qui le jardinier donne son temps, récupèrent, sont plus fortes, mieux immunisées, prolifèrent, fleurissent abondamment,  portent beaucoup de beaux fruits…
- Elles sont contentes, sourient.
- Les fruits, les légumes tachés, moins beaux sont presque toujours aussi bons, emplis de vitamines et de minéraux, voire même bien meilleurs,  que ceux de belle apparence.
- Eau de pluie, engrais naturel, graines naturelles… donner ce qu’il y a de pur, de sain, qui fait plaisir à la terre et aux plantes.
- Nos déchets (« notre caca ») deviennent l’engrais de demain.
- Ainsi nourrie, aimée, binée, la terre devient plus fertile, on en mangerait !
- Pouvoir prendre son pied en jardinant, avoir du plaisir en cultivant, en regardant les plantes germer, pousser, qui prennent le temps qui leur est nécessaire.
- Expérimenter, apprendre en expérimentant, en grandissant, en participant.
- Suivre son instinct, oser le nouveau.
- Apprendre par soi-même, apprendre de nos erreurs, recommencer, apprendre.
- Ce travail est parfois très dur, il n’y a pas toujours de retour, parfois on se plante,          c’est ainsi !
- Oser mettre ses petits trucs, sans rien ne demander à personne.
- Ce qui ne veut pas dire ne pas avoir d’organisation, ce qui ne veut pas dire anarchie !
- Ecouter la sagesse des anciens et expérimenter pour voir ce qui nous convient dans notre région et selon nos besoins.
- Ecouter, observer ce que la terre et les plantes disent, ce qu’elles racontent (où, quand, comment … elles se portent mieux… histoire, bien-être, mal-être).
- A forcer la nature, cela ne fonctionne plus et entraîne des dysfonctionnements, des maladies, peu de goût, peu d’énergie…
- Ne pas planter, ne pas forcer à tout prix ce qui ne pousse pas bien à un endroit, à un moment… ou alors écouter, entendre ce dont la terre a besoin et le lui offrir, tout en lui laissant la possibilité de vivre, de grandir à son rythme ou de retourner à la terre.

C’est la science de l’âme, du cœur, de la terre elle-même 

 

En conclusion…  

Au jardin de mon cœur, au jardin de mon âme,
Avec mon cœur, de tout mon cœur,

J’aime à ne rien forcer,
J’aime à en suivre le rythme les saisons de mon cœur, le rythme de ma vie. 

Au jardin de mon cœur, au jardin de mon âme,
J’aime à lui donner le temps, à lui laisser le temps,
J’aime à lui offrir des temps d’action et des temps de repos,
J’aime le fleurir, lui offrir des couleurs, des parfums de la terre,
J’aime à aimer… j’aime à m’aimer. Ainsi aimé(e) je récupère, je vis, je suis plus solide, plus fort(e), mieux immunisé(e), plus prolifère, je fleuris abondamment, je porte de beaux et bons fruits,
Je suis content(e), je souris. 

Au jardin de mon cœur, au jardin de mon âme,
J’aime ce que je suis, même si par rapport à une « norme construite par le mental humain » quelques taches, ou difformités garnissent mon enveloppe physique ou mes comportements, je sais que je suis tout aussi riche si pas beaucoup plus riche que mes congénères de belle apparence. 

Au jardin de mon cœur, au jardin de mon âme,
J’aime y semer des graines naturelles qui donnent des fruits et légumes savoureux, emplis de goût, de vitamines, de minéraux, d’énergie.
J’aime à me nourrir sur le plan physique, intellectuel, spirituel, d’aliments sains, naturels, qui font plaisir à mon corps physique, à mon cœur, à mon âme. 

Au jardin de mon cœur, au jardin de mon âme,
J’aime à expérimenter,
J’aime oser,
J’aime suivre mon instinct, ma sagesse profonde, la sagesse de Ma terre.
J’aime apprendre de mes expériences et même si je me plante, je sais que mes erreurs, des déchets, mon « caca » sont pour moi l’engrais de demain.
J’apprends en grandissant, en participant. 

Au jardin de mon cœur, au jardin de mon âme,
J’aime à m’écouter, à m’observer à entendre le jardin de mon cœur, le jardin de mon âme,
J’aime à me laisser la possibilité de vivre, de grandir ou de retourner à la terre,
J’aime à prendre mon pied, à éprouver du plaisir à être.
J’aime à être tout ce qui précède et bien au-delà. 

Au jardin de mon cœur, au jardin de mon âme,
Tout dépend de moi, de qui je suis… il n’y a rien de scientifique,
Il n’y a point d’anarchie, non !
Il y a tout simplement une organisation qui suit les lois de la Terre, de l’Univers.
J’aime la science de mon âme, de mon cœur, de ma Terre, de l’Univers.
Je m’aime !
Et j’aime à laisser les autres aimer être au jardin de leur cœur, au jardin de leur âme. 

 

Et si la solution à nos blessures, à nos masques était
de revenir de l’exil où nous nous trouvions,
de revenir au jardin de notre cœur,
au jardin de notre âme, à nous-même.
Et si la solution était de revenir
à une culture Bio de qui nous sommes,
à une liberté d’être
et cela,
avec beaucoup d’amour
pour nous même et nos errements.

Josiane

 

 logofin1-copie.jpg

1ère partie :


Le yin et le yang
& les 5 éléments

Chercher la cause première
Soutenir, renforcer l’énergie correcte
Expulser l’énergie perverse
Soigner la cause émotionnelle profonde.

« L’équilibre entre le yin et le yang,
un mouvement harmonieux des 5 éléments
apporte la santé au corps et à l’esprit! »

« L’équilibre est la somme des déséquilibres cherchant l’équilibre !
Tout est mouvement !
 Ce qui est statique et ne bouge pas de manière harmonieuse est
maladie et dysfonctionnement ! »

« Celui qui se soigne alors qu’il est déjà malade
ressemble à l’insensé qui creuserait un puits alors qu’il a déjà soif… »
 Su Wen

Illustration : Tableau Yin et Yang

 

*********

 

Le yin et le yang
nés de l’observation de la nature et de ses opposés 

L’enfant naît de la rencontre de l’ovule et du spermatozoïde.
Toute vie naît du Yin et du Yang

Deux aspects de l’énergie à la fois antagonistes et complémentaires, à la fois opposés et unis ; s’opposant l’un à l’autre, se contrôlant et en même temps dépendants et inséparables.
De leurs interactions constantes naissent l’équilibre dynamique, la construction, la transformation, le développement…. la vie ! 

Le Yin et le Yang n’existent que l’un par rapport à l’autre, une polarité ne peut exister sans l’autre.
Il n’y a pas de Yin sans le Yang ; ni de Yang sans le Yin.
La racine du Yin est dans le Yang et la racine du Yang est dans le Yin.
Le Yang naît dans le Yin et le Yin naît dans le Yang.
La séparation du Yin et du Yang amène la fin de la vie. 

  • Le Yin est le gardien du yang,
    Sans le Yin, le Yang ne se transforme pas.
    La lésion du Yin affecte le Yang.
    Par contre, quand le Yin soutient le Yang, le Yang n’est pas en excès.
  • Le Yang est le serviteur du Yin,
    Sans le Yang, le Yin ne peut être produit.
    Une lésion du Yang affecte le Yin.
    Par contre, quand le Yin est harmonisé par le Yang, le Yin n’est pas trop passif. 

Le Yin et le Yang sont toujours dans un état de mouvement.
Il n’y a point d’équilibre statique.
Le Yin qui circule devient Yang et le Yang qui se condense devient Yin.

Dans le corps, le Yin est matière (organe, tissus, liquide…)
et les activités physiologiques (transformation, transports…) sont Yang.
Les substances nutritives Yin se modifient en activités fonctionnelles Yang et les activités fonctionnelles Yang se modifient en substances nutritives Yin.
Le Yin pour être matière consomme le Yang ; les fonctions Yang consomment les substances Yin.

Le Yin poussé à l’extrême deviendra Yang, le Yang poussé à l’extrême deviendra Yin :
exemple : le froid poussé à l’extrême devient chaleur, la chaleur poussée à l’extrême devient le froid. Ils  se transforment en leurs opposés.

 

Tableau: Yin et Yang – Terre Ciel new

 

*******************

 1.   Engendrement – Production – Soutien – Sheng

Nourrir et être nourri ; donner et recevoir
Etre nourri pour nourrir ; recevoir pour donner
Nourrir pour être nourri ; donner pour recevoir
Équilibre

Au printemps, le Bois croît. 1er combustible de l’homme.
 Le Bois produit le Feu.

Le Bois a alimenté le Feu. Du Feu naissent les cendres qui fertilisent notre Terre. Le feu de la Terre (la lave) produit le sol. La chaleur du soleil permet une Terre arable.
 Le Feu produit la Terre 

La terre s’assèche et se minéralise progressivement. Des roches, nous pouvons extraire les métaux : or, argent, fer…
 La Terre produit le Métal

Des roches, des montagnes jaillissent les sources et donc l’Eau.
 La roche, le Métal produit l’Eau.

Sans Eau… pas de végétation…
 L’Eau produit le Bois.

 

2.   Contrôle – Soumission – Limitation – Inhibition – Freinage -
       Ke

Recadrer, soutenir et être recadré, soutenu

Etre recadré, soutenu pour recadrer, soutenir
Recadrer, soutenir pour être recadré, soutenu 
= Equilibre

La végétation (Bois) maintient la Terre et la protège de l’érosion par la pluie et les vents. En même temps, elle permet, par ses racines,  la circulation de l’eau et de l’air dans les profondeurs de la Terre.
 Le Bois contrôle la Terre. 

Les digues, les berges maintiennent l’Eau. La Terre permet ou ne permet pas l’infiltration de l’eau. La Terre filtre l’eau. La Terre « gère » l’Eau dans la nature.
 La Terre contrôle l’Eau. 

L’Eau éteint le Feu, l’Eau contenue dans le Bois permet à celui-ci de ne pas brûler trop vite.
 L’Eau contrôle le Feu. 

Le Feu fond le Métal. Du feu des volcans surgit la lave…
 Le Feu contrôle le Métal. 

La roche limite la végétation, la hache tranche le Bois.
 Le Métal contrôle le Bois.

 

Tableau récapitulatif : Les déséquilibres d’après la médecine chinoise

 

 

 logofin1-copie.jpg

 

 2ème partie :


5 éléments
5 Blessures
5 Comportements
&
5 Puissances
5 Essences…

En pratique, 

Il n’y a pas d’équilibre statique, l’équilibre est mouvement ! 

Nous le savons, il n’y a pas d’équilibre statique, il y a mouvement continuel ou mort.
L’équilibre est mouvement. Il est l’interaction continue du Yin, du Yang, des 5 éléments… 

La chaise où vous vous asseyez, la table où vous mangez… trop d’eau et elles pourrissent, trop de sécheresse et elles tombent progressivement en poussière…
L’équilibre est mouvement, changement, transformation, évolution… 

Il en va de même pour nos souffrances profondes. Pour ne pas  « mourir » de nos souffrances, nous entrons dans des structures de caractères, nous enfilons des masques qui nous protègent: 

Structure de caractère Blessure Masque
Schizoïde Rejet Fuyant
Oral Abandon Dépendant
Masochiste Humiliation-Impuissance Masochiste
Psychopathe Trahison Contrôlant
Rigide Injustice Rigide

Dans les relations familiales, amicales, professionnelles… mais aussi en nous-même, nous installons un mouvement, nous expérimentons les masques, les structures de caractères en fonction de la personne qui se trouve face à nous et en fonction de nos souffrances et de nos structures de survie !
C’est notre forme d’équilibre: Schéma_équilibre_relations__masques

Quelques exemples : 

- Je réagis de manière réflexe  avec la structure correspondante à la blessure (la fuite pour le rejet, la dépendance pour l’abandon, le masochisme pour l’humiliation, le contrôle pour la trahison, la rigidité pour l’injustice).
- Je veux m’en sortir et fais appel à la structure qui me précède ou me contrôle…
- Je glisse dans la structure qui me suit ou que je contrôle.
- Je surfe d’une structure à l’autre suivant mes besoins, les circonstances, les personnes avec qui je suis en  interactions, suivant les structures de caractères que je côtoie.

Dans ces différents mécanismes, les réactions :

-  peuvent être des schémas répétitifs bloqués ou peuvent être un simple passage pour franchir une situation.
-   Introvertie à l’excès, extravertie à l’excès, plus ou moins mesurée, irréfléchie ou utilisée de manière plus consciente afin d’apporter un équilibre dans la situation…

Le déséquilibre vient d’un manque de mouvement,
le manque de mouvement amène à l’inconfort de l’âme. 

Si nous mettons un masque, c’est tout simplement parce qu’un jour de notre vie ce masque a été notre solution. Il nous a permis de ne pas sombrer dans la souffrance, dans la douleur de la blessure perçue. Il nous a sauvé la mise, il nous a sauvé la vie !
Il est devenu habitude, il est devenu réflexe. Il nous a permis pendant  un temps de trouver un équilibre… 

Et maintenant… aujourd’hui… lorsque nos blessure initiales sont réactivées, alors que les aiguilles du temps ont tourné, alors que beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, alors que la terre a continué son mouvement… nous utilisons encore nos masque de quelques secondes à de longues journées, voire même des années ou toute une vie. 

Ces schémas sont-ils encore appropriés… ne sont-ils pas des handicaps, des pièges qui nous enferment, qui bloquent notre épanouissement, notre santé, notre bien-être, le rire, la joie, la Vie, les désirs de notre âme ?!!!??? 

Dans ces situations « bloquées », l’âme, le Soi profond, l’être profond a le spleen, devient mélancolique, nostalgique…  exprime le « Je veux vivre ». 

Ce qui était équilibre hier, peut-il encore être équilibre aujourd’hui ? Et ce qui est équilibre aujourd’hui pourra-t-il encore être équilibre demain ? 

 Pourquoi une remise en mouvement crée un déséquilibre :

La remise en mouvement fait tomber nos acquis

- des mémoires enfuies remontent à la surface
- la perte de nos acquis apporte l’inconfort à la personnalité, à l’identité que nous
nous sommes créée. La personnalité entre en résistance

- résistance = inconfort de l’âme, mal-être du corps…

 Quelques domaines, quelques exemples de résistance, piège, bénéfice secondaire : 

Peur de perdre, d’abandonner
-          sécurité, sa place dans la famille, dans le groupe, dans la société

-          le contrôle, le pouvoir, l’autorité, le regard positif de l’autre, la confiance en soi
-          « son biberon », ce que l’autre apporte : soins, soutien, attention…, ce que la                               dépendance (alcool, magazine…) apporte
-          ses règles, ses repères, ses rails, ses structures, ses croyances…
-          la bonne image de soi et donc l’affection de l’autre
⇨  Bénéfice : je ne suis pas seul(e) ! 

Interdiction, c’est pas bien ! c’est mal de…
-          d’être faible, de ne pas faire face, d’exister par soi-même, en soi-même

-          de se laisser vivre, de lâcher prise, d’être en contact avec sa petite flamme intérieure,              d’être puissant, rayonnant
-          d’avoir besoin des autres
-          interdit de dépasser les interdits, les rails, les règles, la structure, un schéma
-          de ne pas être performant, bons, juste
⇨  Bénéfice : on garde des repères, on garde une identité. 

C’est honteux, humiliant…   Peur d’être impuissant
-          de ne pouvoir protéger

-          de ne pouvoir sauver l’autre
-          de ne pouvoir nourrir l’autre
-          d’aimer l’autre
-          de ne pouvoir être une bonne personne
Bénéfice : être aimé, apprécié, reconnu, avoir une bonne image de soi. 

Insécurité, angoisse
-          existentielle, physique. Peur de vivre. Qui suis-je ? Rien !

-          par rapport au futur, à la force, à la capacité. Où vais-je ? Nulle part, je ne suis rien !
-          à se trouver seul.  Pourquoi moi ?
-          face à l’inconnu, à s’ouvrir. Où suis-je ?
-          de ne pouvoir trouver la solution Comment ?
Bénéfice : pas de souffrance physique, pas de danger, pas de panique. 

Méfiance, manque de confiance
-          en la vie

-          dans les événements, dans le futur
-          dans les autres
-          dans les règles, la justice
-          dans l’abondance
Bénéfice : contrôle de la situation, de la vie amenant confiance en soi.

 

♥ Des pistes … un souffle d’air…:

Dans quel domaine de ma vie, dans quelles circonstances, pour quelle occasion je décide :
- de me « nourrir » seul, d’entreprendre seul quelque chose ?
- de franchir un interdit, d’expérimenter un interdit.
- de ne pas être une bonne personne…
- de faire face, de partir à l’aventure, de passer à l’action
- de lâcher prise, de laisser faire
Et simplement observer ce qui se passe, sans juger… simplement OBSERVER et me remercier de cette expérience.

→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→

Nous avons toutes les informations en nous !
Réunir la famille en soi, interroger la famille en nous
Prendre les expériences de la famille et laisser les  émotions qui y sont liées.
(voir travail en énergétique)

→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→

Ce sont des mécanismes qui ont été mis en place pour garder un équilibre (réflexes de survie, système de protection des croyances, ou de nos comportements…). 

Même si nous jugeons que ce n’est pas la meilleure réponse à apporter à une situation, ce sera cependant la réaction la plus appropriée en fonction de nos blessures.
Un animal blessé à la patte continuera à se déplacer mais sur trois pattes ! 

Avant de critiquer, de se critiquer, de juger, de se juger…, d’ignorer, de nier… 

Si nous regardions nos blessures avec les yeux de notre cœur.
Cette partie souffrante, cette plaie mal cicatrisée ne demande-t-elle pas naturellement  un peu de soin, un espace de paix et de douceur ? 

Emplis de compassion et d’amour, nous pourrions avec beaucoup de tendresse, apprivoiser ce petit animal farouche, plein de peur, de douleur, de souffrance.
Nous pourrions lui donner la tendresse qu’il n’a pas reçue, l’amour dont il a tant besoin.
Reconnaître sa présence, sa réalité… c’est aussi lui donner le droit d’exister, de cicatriser, de guérir, de se dépasser, d’aller vers des dimensions, des espaces où il n’y a ni bien, ni mal.
Des dimensions, des espaces où il y a simplement « qui nous sommes »  au moment où nous sommes et le pourquoi nous y sommes.  

Alors et alors seulement nous pourrons aussi regarder les blessures des personnes qui viennent à nous, sans jugement avec uniquement les yeux du cœur.

→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→

Retourner à un terrain bio de soi-même (voir introduction).

→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→→

Mode 5 blessures, mode 5 éléments, mode espace-temps, toutes corrections… ouvrez !

 Illustration: Tableau général

 

logofin1-copie.jpg

 

Histoire de vie
dans une forêt enchantée

 

    Il m’est venu un rêve que j’aimerais vous conter.

  Son histoire se déroule,… quelque part dans l’infini,… entre le ciel et la terre.
Si vous levez les yeux peut-être pourrez-vous apercevoir la forêt enchantée où se déroule notre histoire. Si vous fermez les yeux peut-être pourrez-vous la percevoir tout au fond bien au chaud  à l’intérieur de votre être. 

   Je vous ai parlé d’une forêt enchantée ? Oui, certainement, il n’y a pas d’autres mots !  Imaginez donc, des milliers de couleurs, des milliers de vies, le vent, le soleil, la terre, les rochers, la pluie… Tout ce petit monde vivant en parfait synchronisme. Tout ce petit monde cohabitant en parfaite harmonie. 

   Sous la musique douce d’une fin d’été, j’ai rencontré, sur le sol frais et humide de la terre… une petite graine de vie. Silencieusement, elle observait les vents, la pluie et le soleil parfois trop ardent !
Comment vous la révéler ? Je l’ai perçue mignonne, douce, la peau lisse d’un bébé, un peu timide parfois, silencieuse et un peu effacée aussi. Tout au fond de cette petite graine de vie, j’ai eu le grand privilège de deviner une étoile splendide, légère, lumineuse, pétillante de mille feux. Je l’ai donc baptisée Grainardente. 

   C’est qu’elle n’était pas bien certaine d’être à sa place notre petite graine de vie.
-    Que faire ?
Captive d’une terreur de vivre… elle aurait aimé ne pas s’aventurer dans la vie. Surtout, surtout ne pas souffrir dans ses chairs, ne pas risquer de sentir cette angoisse de vivre. Attendre, oui, c’est cela attendre… ou alors, s’évader avec mille pensées dans un monde bien à soi et … ignorer cette vie pleine de bruits et de mouvements.
S’évader le plus possible dans les  rêves où tout est beau… vous savez un peu comme dans les contes de fées où tout finit toujours bien. Que diriez-vous d’un beau château en Espagne où vous seriez roi, où vous seriez reine, où le vent et la pluie n’existeraient pas !
Mais voilà, cela ne semble pas vraiment la solution… ! Malgré son beau château en Espagne ou vivent de merveilleux personnages imaginaires emplis de tendresse et d’amour… la terreur de vivre était toujours présente, latente en Grainardente.
-         Que faire ?
Que de soucis, que de pensées ! Et si l’on s’occupait… oui, pour ne plus penser… voilà une bonne idée ! Un peu de travail intellectuel, de hautes pensées spirituelles, des activités… voilà… voilà de quoi s’occuper !
-    Mais quel est encore ce sourd tiraillement au creux de l’estomac ? 

   Et, …si nous décidions, pour un temps, de Vivre. Vivre cette grande aventure de la vie, si nous choisissions, pour un temps, de participer joyeusement à la vie. 
Créons sur la terre, dans la matière nos châteaux en Espagne.
Et va pour l’aventure ! Soyons présence, résonance à la terre, légèreté, joie de vivre, jeux, incarnation, observation, maître spirituel, le ciel et la terre. 

***

   Mais on parle, on parle et voici déjà l’automne qui s’annonce royal, sous ses mille nuances chaudes, flirtant entre l’or et le pourpre.
Les feuilles commencent à tourbillonner, virevoltantes au gré du temps. 

 La « gemme » de vie bien cachée tout au fond de Grainardente, ce pur métal, ce feu rayonnant, c’est son essence… son âme.
-   « Alors, Grainardente, accueilles-tu le pur métal de ton âme qui te remplira de cette confiance absolue en la vie et en toutes les merveilleuses créatures qui t’entourent ? »
-   « Pourras-tu suivre avec foi le flux de la vie en toute simplicité, en toute humilité, le cœur assuré ? »
-   « Peux-tu lâcher le contrôle permanent du présent et du futur, des événements et des âmes qui te côtoient ? »
-   « La puissance de ton pur métal rayonnera-t-elle suffisamment que pour transcender les armes et armures de métal dur toujours prêts pour affronter ce que tu pourrais percevoir comme un ennemi ? »
Méfiance ? Peur de la trahison amenant contrôle et prise de pouvoir  … pour surtout, surtout rester le plus grand, le plus beau, le plus fort… pour… pour être reconnu, aimer et retrouver une apparence de confiance ???…
Ou lâcher, lâcher l’orgueil et, simultanément, laisser place à ce merveilleux pur métal, qui dans la paix de l’âme ose rencontrer, partager, communier avec la vie, l’inconnu, et toutes les essences du monde. 

   Regarde, regarde Grainardente, l’hiver s’annonce, mais si tu observes bien, il y a au fond de toi et autour de toi un aperçu du printemps !
Vois-tu ces petits appendices qui apparaissent en remplacement des feuilles jonchant le sol ou ce petit renflement de la graine…c’est l’essence, l’étoile de  vie qui jaillit de la matière, de la chair ! Nulle tristesse, nul chagrin, on ne perd rien… on gagne… on gagne l’étoile ! 

***

   Pouh ! Quel froid ! Dans la pénombre austère de l’hiver, un superbe manteau d’hermine royale scintillant de par sa blancheur immaculée nous recouvre entièrement…

- « Que se passe-t-il ? »
- « Bah ! Même pas peur ! »
Bien au chaud dans mon corps de chair, gouvernée par mon étoile de vie ! Je prends ce temps d’intériorisation pour reprendre des forces après toutes ces péripéties !
Je deviens forte et autonome. Je suis ma propre source. Mes racines s’enfoncent dans la terre, je ne risque plus rien !
Je suis tellement bien avec moi-même dans ce profond silence hivernal ! J’ai tout ce dont j’ai besoin !
Je prépare le printemps !
Courage, volonté ? De quoi me parlez-vous ? Ah ! Peut-être voulez vous parler de cette force naturelle née de ma chair, de mon étoile et de l’intériorisation des deux ? Est-ce de cela que vous voulez parler ? … Je ne perçois pas très bien, cette force me paraît si naturelle… 

   Peut-être que je peux entendre…, à mes côtés, une petite graine amie fond en larmes…  ? Entre les sanglots, elle me dit : « J’ai faim, j’ai soif…aidez moi, j’ai tellement besoin de vous, s’il vous plaît… s’il vous plaît, je ne peux rien sans vous ! »
J’entends sa grande souffrance ! Je comprends sa détresse… Est-elle à mes côté ? Est-elle moi ?

*** 

   La lumière croît graduellement de jour en jour, la température s’élève progressivement… Voici venu le grand jour ! Le jour de la grande sortie dans la vie ! Le printemps de tous les possibles…
Je vais grandir, grandir dans toutes les directions et explorer le monde…Je vais jouer, courir, sauter… Voyez, j’ai déjà dix centimètres ! Je deviens une plante !
-   « Mais, que se passe t’il ? »
-   « Ouille ! A l’aide… Quel est donc ce morceau de bois rigide que l’on met à mes côtés et qui m’empêche de bouger ? Que dites-vous ? Je dois pousser droit ? Ah ! »
-   « Aïe ! Qui me coupe des branches ? Comment, que dites-vous, elles sont inutiles ? Je dois pousser bien droit, dans une seule direction et ne pas en sortir ? Vous êtes certains de ce que vous dites ? Oui ? Ah ! » 

   Comme c’est étrange… je pensais, au fond de moi, que dans la vie tout était possible… et me voici alignée à tous mes congénères ! Bien ! Si c’est cela la vie… soyons parfaitement droit et aligné ! Fermons-nous à nos envies, à notre imagination et devenons la perfection !
Et gare à moi si je sors de l’alignement ! Je me mords à pleines dents !
-   « Et là, vous… oui vous… rentrez dans le rang, comme tout le monde! »
-   « Hé… Voisin, vois-tu celui là dehors… il est grotesque, il n’a aucune forme et bouge dans tous les sens…regarde comme il se laisse ballotter par le vent, son feuillage en est tout décoiffé ! Quel ridicule ! 
Ecoute, il chante et devant tout le monde ! Ce n’est jamais moi qui ferais cela ! Je suis trop bien élevée ! Ecoute, pff ! … … … »

-   « Mais… mais…elle paraît très belle, très douce cette musique ! Je ne peux m’empêcher de l’écouter ! Il y a quelque chose qui vibre en moi… »
-   « Non ! Non ! Je ne veux pas… je ne peux pas ! »
-   « Mais, n’arrête pas, continue, continue cette belle mélodie… »
-   « Non ! Tais-toi ! »
-   « Tu chantes la vie… c’est beau ; j’entends que tu suis le rythme de la nature, du vent, tu accompagnes les oiseaux… c’est beau… »
-   « Arrêtes ! Tu vas me faire pleurer ! »
-   « Tais-toi, ferme-là ! Tu es bien trop dangereux ! Je ne veux plus t’entendre ! Non ! Non et Non ! »
…………
-   « Sniff, j’ai mal, mon cœur me fait mal, … … …je ne veux, ne peux pas le sentir… sniff ! »
-   « Je veux redevenir Moi… Je veux découvrir le monde, sortir de ce carcan, rompre mes tuteurs… Je veux vivre la vie ! Je veux mordre dans la vie ! Je veux que ma lumière unique brille de mille feux, comme pour toi, petit arbre difforme !
Pourquoi, pourquoi es-tu venu chanter près de moi ? J’ai mal maintenant… et je suis heureuse, je vais redevenir…Moi ! »

***

    La chaleur augmente de jour en jour, la lumière flamboie dans les moindres recoins de ce jardin d’Eden de la vie !….
Quelle abondance ! Tout est là ! Tout est à notre disposition… douceur, chaleur, fruits juteux,  mille saveurs… ! Que de couleurs, que de senteurs ! C’est merveilleux, cette profusion  de rire, de joie, d’amour. Merci, merci !
Comme tout cela est beau et bon… Quelle bonne fortune. Oui, vraiment !
Quelle abondance, quelle richesse débordante du donner et du recevoir sous toutes ses formes !
Ce sont les vacances ! Mais bien sûr qu’il y a des vacances dans une forêt enchantée ! N’est ce pas le propre de l’enchantement ?
Vive la liberté ! 

   Oups ! Finies les vacances, on reprend le collier ! C’est qu’il faut mériter ses vacances ! Il faut être gentil, doux, serviable, faire tout son possible, prendre sur soi un maximum de choses…être une bonne et généreuse personne… alors oui, je peux jouir un tout petit peu de ce jardin d’Eden !
Tiens, je vais aller aider cette petite plante, toute chétive…Je vais nettoyer ce vieil arbre poussiéreux… Je vais aider les abeilles à féconder les fleurs et à produire le miel… Je vais aider cette petite grenouille si triste à comprendre sa mission de vie… Vous aller voir, je suis une bonne personne, vous n’aurez jamais honte de moi !
Tout ce que j’ai… je le mérite ! Je fais tout ce qu’on me dit ! Jamais je ne me révolte… ou le moins possible !
Vive la liberté ! Liberté ? Que de choses à faire, que de choses à ne pas dire et à ne pas faire pour être une bien bonne personne !…
Toutes ces responsabilités, tous ces devoirs me donnent parfois l’impression d’être moi-même l’été… Mais je crois bien que je me goure… ce maigre pouvoir ne remplace pas l’opulence entièrement gratuite de l’été.
Je ne me sens pas vraiment libre, j’étouffe, je suis étranglée, restreinte, impuissante par la vie que je me suis construite… ! 

   Mais pourquoi tant d’abondance dont on ne peut vraiment profiter ? Est-ce à cause de la pomme d’Adam et Ève… ? Oui, j’ai entendu cette histoire l’été passé quand j’étais dans le fruit, ma mère ! 

   Et si je choisissais de vivre les vacances toute l’année.
Si je choisissais d’être un canal ouvert à l’abondance.
Si je choisissais de prendre mes responsabilités et de rendre aux autres leur propre pouvoir !
Si je choisissais de reprendre ma liberté et de rendre la liberté à tous ceux qui m’entourent ?
Si je choisissais d’aimer les autres sans aucune attente, d’un amour vrai, inconditionnel…
Si je choisissais de m’aimer… moi !
Si nous choisissions de mettre de l’amour dans les petites choses de la vie, d’instant en instant ?

   Vous ne croyez pas que ce  pourrait être… l’été toute l’année!

 

   J’ai une grande nouvelle à vous annoncer… 

   Je suis bientôt  mère d’une petite Grainardente… qui un jour se déposera sur le sol frais et humide de la terre. Silencieusement, elle observera le vent, la pluie, le soleil parfois trop ardent… 

  Vous ai-je dit que cette histoire se passait quelque part entre le Ciel et la Terre ? Mais non ! Elle est le Ciel et la Terre ! 

Bien à vous,

                                                                                                                                            Josiane

 

logofin1-copie.jpg

« J’aurais dû ne pas l’écouter, me confia-t-il un jour, il ne faut jamais écouter les fleurs. Il faut les regarder et les respirer. La mienne embaumait ma planète, mais je ne savais pas m’en réjouir. Cette histoire de griffes, qui m’avait tellement agacé, eût dû m’attendrir… »
Il me confia encore :
« Je n’ai pas su la comprendre ! J’aurais dû la juger sur les actes et non sur les mots. Elle m’embaumait et m’éclairait. Je n’aurais jamais du m’enfuir ! J’aurais du deviner sa tendresse derrière ses pauvres ruses. Les fleurs sont si contradictoires ! Mais j’étais trop jeune pour savoir l’aimer »

                                                                                                                              Antoine de Saint-Exupéry

 

Guérir l’ombre pour atteindre notre lumière …….

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞
Rt/Es
Blessure :  LE REJET
Masque de fuyant
Structure de caractère : Schizoïde
∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

1.   Rejet … se sentir rejeté 

Se sentir : écarté,  repoussé, expulsé, non admis, non accepté, non accueilli, non toléré, « on ne veut pas de moi »

2.   Réveil de la blessure 

  •  L’enfant ne s’est pas senti accepté, accueilli par l’un ou l’autre de ses parents (ou les deux).
  • Bébé non désiré, « conçu par accident ».
  • L’enfant n’est pas du sexe désiré ou ne correspond pas à l’attente des parents…
  • Le rejet est souvent réveillé par le parent du même sexe.
  • Difficultés physiques, forte terreur de la mère dans la vie intra-utérine.
  • Douleur physique de l’accouchement, paramètre de la naissance (froid, bruit, lumière…coupure du cordon.)
  • Traumas, douleurs, sévices corporels, abus, tortures ayant apporté de grandes douleurs physiques, situations ressenties comme très douloureuses voir même terrifiantes.
  • Surprotection  Ex. : « Trop petit pour ceci, trop petit pour cela ».  ! ! ! Surprotégé, un enfant peut se sentir rejeté, sentir qu’il n’est pas accepté pour ce qu’il est. Se sent rejeté dans ses capacités. Etre aimé devient donc «être étouffé».  Plus tard,  il rejettera par peur d’être étouffé.

3.   Caractéristiques corporelles 

  • ‚Étroit, mince, frêle, léger, semble fragile.  Presque pas de chair sur les os, la peau semble collée sur les os mais avec un système musculaire solide…  il se tient droit.
  • Dégingandé, fragmenté. Corps ou  partie difforme. Les différentes parties du corps semblent ne pas tenir  fermement ensemble, ne pas bien aller ensemble. Corps ou une partie du corps qui semble vouloir disparaître ; il semble manquer un morceau comme les fesses, les seins, le menton…
  • Instable sur ses pieds, prêt à décoller.
  • Enfant poupée ; adulte dans un corps d’enfant. Peut attirer la pitié.
  • Manque de coordination corporelle.
  • Faiblesse des membres inférieurs.
  • Fantomatique, irréel, immatériel, inconsistant, non vivant.

4.      Particularité des Yeux 

  • Yeux du fuyant souvent petits, vacants, vides ou remplis de peurs, ou impression de masque autour des yeux.
  • La personne peut avoir l’impression de voir à travers un masque (pour éviter de souffrir).

5.      Vocabulaire – expressions utilisées

  • « Je ne veux pas »
  • « NUL »,  « Il est nul », « Je suis nul ».
  • « Inexistant », « Disparaître »,  «Je veux disparaître », « Qu’il disparaisse ».
  • « Panique »,  « J’ai une peur panique à l’idée de … ». 
  • « Tu m’écœures » ou « Ça m’écœure ».
  • « J’ai besoin de me rassembler ».
  • « Je me sens coupé des autres.  C’est comme si je n’étais pas là ».
  • « Je ne suis pas là ! Je n’existe pas, je ne compte pas »
  • Voix éteinte et faible.
  • Se tait, ne s’exprime pas.

6.      Réaction – Système de défense

  • Je ne suis pas là, je n’existe pas.
  • Je ne suis pas incarné sur cette Terre.
  • Je ne suis pas de cette Terre, je ne suis pas de ce monde. Je suis un extra-terrestre.
  • Qu’est-ce que je fais sur cette planète ?
  • Je ne vis pas, je ne veux pas vivre, « on » ne me laisse pas vivre.
  • La vie, c’est risqué de souffrir… je préfère ne pas vivre.
  • Exister signifie souffrir ; exister signifie mourir !
  • Laissez-moi tranquille, laissez-moi dans mon coin, ne me touchez pas !
  • Ne me regardez pas trop. Ne me regardez pas !
  • Qu’est-ce que je fais ici ? Je n’ai pas le droit d’exister ! Je ne vaux rien ! Je suis nul, sans valeur !
  • Retrait du monde physique, surtout ne pas s’impliquer, ne rien créer.
  • Fuite dans les rêves, dans un monde imaginaire, dans la lune, en astral, dans la spiritualité ou dans le travail intellectuel intense : théorie, abstrait, mentalisation mais rien de concret, grande difficulté à créer,  réaliser rêves et projets. Bref, rêve, pense, réfléchit mais ne le concrétise pas. 
  • Préférerait retourner au monde spirituel d’origine.
  • Spiritualité à l’excès.
  • Beaucoup d’idées mais éparpillées.
  • Refus de participer aux activités.
  • Voudrait s’impliquer, mais c’est plus fort que lui, il n’y arrive pas.
  • Difficulté à laisser vivre son enfant intérieur.
  • Peut passer par des phases de grand amour à de la  haine profonde.
  • Évite  les conflits, croit qu’il n’a pas le droit de riposter.
  • A de la difficulté à donner son opinion si on ne la lui demande pas.
  • Ne demande rien même s’il en a besoin par peur de déranger.
  • Peut se cacher derrière une personne, un groupe de personne qui lui donne une place.
  • Impression d’être en morceaux.  « Je me sens coupé des autres.  C’est comme si je n’étais pas là ».
  • Impression d’avoir une séparation à la taille, entre le haut et le bas du corps.
  • Se sent rejeté à la moindre remarque désobligeante, au jugement, à l’impatience, à la colère. Se croit coupable lorsqu’il se sent rejeté.
  • La douleur peut amener à en vouloir, à haïr la personne par laquelle on se sent rejeté.
  • Capacité à s’effacer, à se rendre invisible. 
  • Ne se croit pas digne d’être aimé, ne sait pas quoi faire de l’attention, de l’amour qu’on lui porte, n’y croit pas. Quand il est choisi, il perd ses moyens, il fuit,  lorsqu’il n’est pas choisi, se sent rejeté. 
  • S’il ne se sent pas compris, il croit ne pas être aimé.
  • Je vous rejette avant que vous ne me rejetiez.

L’enfant :

  • „  Dans le ventre de sa mère, le bébé peut déjà ne pas prendre beaucoup de place.
  • „  L’enfant peut  croire que ses parents se sont trompés de bébé à l’hôpital ou qu’ils ne sont pas ses vrais parents.
  • „ Enfant sage et tranquille ne causant pas de problèmes et ne faisant pas de bruit et/ou hyperactif s’il veut qu’on s’aperçoive qu’il existe. 
  • „ « Touriste » à l’école. « Dans la lune ». Dans un monde imaginaire, se construit des châteaux en Espagne.

7. Sensations 

  • Angoisse, anxiété. Angoisse existentielle profonde dont on ne connaît pas la raison, l’origine.
  • Terreur existentielle. Panique existentielle
  • Peur de la douleur, peur de vivre peuvent entraîner un refus de sentir.
  • Impression de ne pouvoir arrêter les pensées.
  • Fatigue, épuisement.
  • Difficulté à mettre quelque chose en route.
  • Panique lorsqu’il « faut » se mettre en avant.
  • De ne pas faire partie de la société.
  • Fureur, rage ou rage refoulée de « devoir » vivre dans un monde froid, hostile.
  • Rage quand ressent un besoin d’amour, de chaleur, de tendresse.
  • Vivre dans un corps physique est une épreuve dangereuse.
  • Peur de l’hostilité possible des autres, se sent blessé par la colère des autres même si elle ne le concerne pas ! 

8.    Relation à l’autre 

  • Difficulté d’aimer et d’être aimé par peur de la souffrance  d’être rejeté, non accueilli…
  • Généralement très peu d’amis. Peu de relations, difficulté d’entrer en communication.
  • Mal protégé par la couche aurique, peut être une vraie éponge.
  • Effacé. On le considère solitaire et on le laisse seul et donc se sent rejeté et s’efface.
  • Parle peu généralement.  S’il se met à parler beaucoup, ce sera pour essayer de prendre une place et ses paroles peuvent sembler orgueilleuses. 
  • S’efface, ne participe pas dans les groupes. Se met dans un cocon.
  • S’occupe de lui-même et des autres, cela lui donne l’impression de ne pas vivre le rejet.

9.   Vie sexuelle

  • Passe par des phases de grand amour à des phases de haine profonde.
  • Peut finir par croire que la sexualité interfère avec la spiritualité. 
  • Difficulté à concevoir qu’il puisse avoir besoin de sexualité.
  • S’attire des situations où il se fait rejeter au plan sexuel ou se coupe lui-même de leur sexualité.

10.  Plus grande peur

  •  Peur de ne pas avoir le droit d’exister.
  • Peur de vivre, d’exister, de prendre place donc de souffrir, d’avoir mal
  • Peur de la douleur possible, des souffrances du corps physique (peut parfois supporter la douleur un moment et puis tout est trop… vraiment trop !)
  • Peur de paniquer.  S’échappe, se fige sur place, trou de mémoire pour ne pas avoir à paniquer.

 11.   Alimentation

  • Petites portions.
  • Anorexie = façon de disparaître. Glouton = fuite dans la nourriture (sucre, alcool, drogue).
  • Porté sur les choses sucrées pour avoir l’énergie de bouger.
  • Appétit coupé par les émotions ou la peur. 

12.    Malaises et maladies possibles

  •  Beaucoup de douleurs physiques en tout genre, mémoire de souffrances passées.
  • Fatigue chronique, épuisé lorsqu’il s’agit de créer, de se manifester.
  • Déprime, manque de joie de vivre.
  • Difficulté de concentration.
  • Problèmes de peau pour ne pas être touché.
  • Consomme facilement des anti-douleurs…
  • Faiblesses immunitaires, pas de combat pour la vie
  • Circulation sanguine : souvent main et pied froids.
  • Arythmie, impression que leur cœur veut sortir de la poitrine.
  • Peu de respiration lorsqu’il doit entreprendre !
  • Allergies = reflet du rejet qu’il vit par rapport à certains aliments ou substances, personnes.
  • Diarrhées : rejet de la nourriture ; vomissement de la nourriture, son rejet d’une personne ou d’une situation en disant : « Tu m’écœures » ou « Ça m’écœure ».
  • S’évanouir ou étourdissement, agoraphobie, coma = fuir une situation ou une personne pour fuir certaines personnes ou situations.
  • Hypoglycémie ou diabète si abus de sucre.
  • S’il développe beaucoup de haine et qu’il se croit rendu à sa limite émotionnelle et mentale, dépressif ou maniaco-dépressif. 
  • S’il pense au suicide, il n’en parle pas et s’il décide de passer à l’action, il fera tout ce qu’il peut pour ne pas se manquer.
  • Névroses obsessionnelles. Délire.
  • Peut se perdre dans la personnalité d’une autre personne qu’il admire, ce qui peut se transformer plus tard en psychose. 

13.   Émotions

Soucis, pensée sans fin, rumination Bonne pensée analytique qui permet la transcendance de la douleur.
Pas de joie de vivre – angoisse Joie de vivre
Fatigue, épuisement, flegme Energie, endurance, ressources
Timide Capable et aime jouer, s’exprimer
Peur du conflit Communication, empathie, résolution des conflits, observateur
Obsessions Contentement
Absent Incarné, présent, enraciné, ancré, pieds sur terre
Projet non réalisé Réalisation, création
Retrait, tétanie, fuite, échappatoire Aventure, découverte
Indifférence, rejet Participation, sensation, sensitivité, sensualité
Nausée Digestion de la vie
Peur existentielle Sécurité, unité, stabilité
Eponge Prends sa place, crée des limites, un espace
Hyperactivité souvent désordonnée Action posée, organisée, constante, ordonnée, structurée

14.  Étapes de guérison : vivre – exister – créer – OSER VIVRE -
transformation

  •  Je suis là !
  • Je veux vivre.
  • Je participe à la vie.
  • Je suis incarné dans mon corps.
  • J’ose.
  • J’ose vivre.
  • J’ose la vie.
  • J’ai de l’audace.
  • J’ai l’audace de prendre ma place.
  • Je crée MA Vie.
  • J’accueille.
  • Je m’accueille.
  • Je suis accueillie par la vie.
  • J’existe.
  • Je vis.
  • J’ai l’audace d’exprimer ma spontanéité.
  • Je m’ancre à la Terre.
  • Je suis stable, enraciné, constant.
  • J’ai les pieds sur la terre et la tête dans le ciel.
  • Je me sens en sécurité dans ce monde.
  • Je vis dans le monde physique.
  • Je ressens mon unité.
  • Je crée mes limites.
  • Je prends conscience de mon corps physique, de mes limites.
  • Je m’octroie de l’espace.
  • Je renforce mes limites.
  • Je crée mon espace.
  • Je sors de ma coquille, de mon univers.
  • Je suis bien dans ma peau même si les autres semblent me rejeter, ne pas me voir.
  • Je prends une place, ma place.
  • Je ressens et vis ma propre individualité.
  • Je ressens toute la force de ma présence et de mon impact dans le monde physique.
  • Je crée, j’ai une créativité débordante.
  • J’ai la capacité d’inventer et de créer.
  • Je suis empli de talent.
  • Je suis plein de motivation et d’enthousiasme pour créer, réaliser.
  • Je laisse la joie de vivre emplir toutes mes cellules.
  • L’enthousiasme est mon starter.
  • Je réalise mes projets et mes rêves.
  • J’ai le droit d’être là, de réaliser, de créer.
  • J’ai le pouvoir de créer, réaliser.
  • J’ai des buts, des objectifs concrets.
  • Je manifeste ma spiritualité dans le monde de la matière afin qu’elle se matérialise à travers ma créativité.
  • J’accepte joyeusement de jouer dans le monde.
  • Je pars à l’aventure.
  • La vie est une grande aventure.
  • Je m’aventure dans les groupes, je noue des relations humaines, je communique.
  • Je dérange les autres pour mon bien.
  • Je fais des demandes pour mon bien.
  • Je m’exprime.
  • Je suis à ma place même quand les autres sont mal dans leur peau, en colère…
  • Je communique avec tous les aspects de mon être.
  • Je passe outre ma peur et je concrétise.
  • Je prends mes responsabilités.
  • J’ai des activités qui me remettent les deux pieds à terre : jardinage, arts martiaux, sports, acrobatie.
  • J’entame une activité. Je passe à l’action. Je m’implique.
  • Je fais le premier pas.
  • J’ai beaucoup de ressources
  • J’ai beaucoup de ressources et les fais fructifier.
  • Je suis efficace, organisé, structuré.
  • Je suis objectif et plein de discernement.
  • Je ressens mon corps.
  • Mon corps m’appartient.
  • Je m’occupe de mon corps (massage, sport).
  • Je prends conscience de la terre, des plantes, des minéraux.
  • Je vis en interaction avec notre terre.
  • Je suis rempli d’énergie.
  • J’ai une bonne endurance.
  • Je maîtrise le temps.
  • Je suis drôle, original, créatif, intuitif, rempli de la joie légère de l’enfant.
  • J’utilise mon pot-en-ciel afin d’apporter, de partager mes innombrables qualités sur la terre.
  • Je transforme mes peurs en réalisations. 

Version imprimable: Le rejet

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞
Re/Ve
Blessure :  L’ABANDON
Masque de dépendant
Structure de caractère : Oral

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

1.   Abandon

Abandonner, quitter, laisser, s’en aller, s’éloigner, partir pour quelqu’un d’autre ou autre chose temporairement ou définitivement.  La blessure d’abandon est gravée dans le cœur.

2. Réveil de la blessure

→ ”La blessure d’abandon peut être réveillée par le parent du sexe opposé.

  • Naissance (coupure prématurée du cordon, séparation de la maman pour des soins, mise au berceau…)
  • Entre un et trois ans.
  • Manque cruellement vécu de nourriture physique et/ou affective, présence, amour, soins…
  • „    Ex : un petit enfant peut se sentir abandonné…
    … a) si la maman donne peu d’affection, fait semblant ou donne à contre cœur.
    … b) si la maman se trouve tout à coup très occupée avec un nouveau bébé.
    … c) si ses parents travaillent beaucoup et ont très peu de temps pour lui.
    … d) lors d’une hospitalisation.
    … e) lors de la mise chez une gardienne ou en colonie…
    … f) une maman souvent malade, un père très occupé ou absent
    … g) par manque de communication.
    … h) un parent renfermé, l’autre prenant toute la place.
    … i) manque de nourriture physique.

3. Caractéristiques corporelles

  • Long, mince. Les chairs, les muscles, quand il y en a, manquent de tonus. Jambes faibles, dos courbé
  • Semble immature, un petit enfant qui a besoin d’aide
  • Bras semblent trop longs et pendent le long du corps, ne semble pas savoir quoi faire de ses bras lorsqu’il se tient debout.
  • Parties du corps tombantes ou flasques, affaissées, molles ou plus basses que la normale (épaules, seins, fesses, joues, ventre, le scrotum chez les hommes, etc)
  • Besoin d’un appui, d’un support (mur, chaise…) 

4. Particularités des yeux

  • Grands yeux tristes qui semblent vouloir attirer, absorber l’autre.

5. Vocabulaire – expressions utilisées

  •  « Absent ».
  •  « Seul ».
  • « Je ne supporte pas ».
  • « Je ne peux pas ».
  • « Bouffer ». « Je me fais bouffer » «Il me bouffe toute mon énergie » ou « Mon travail me bouffe tout mon temps ».
  • « On ne me lâche pas ».
  • Parle bas.
  • Voix d’enfant au ton plaintif.
  • Pose beaucoup de questions.

6. Réaction, Système de défense

  • Besoin de soutien, d’aide,  de présence, d’attention ; alors se sent aimé. 
  • A l’impression que Dieu et les hommes l’ont laissé tomber. 
  • Ne se croit pas capable d’y arriver seul. Compte sur les autres pour le remettre sur pieds.
  • S’accroche physiquement aux autres. 
  • En l’absence de présence physique, la télévision et le téléphone lui tiendront compagnie.
  • Attire la pitié.
  • Se croit indépendant et  aime beaucoup dire et prouver sa soi-disant indépendance.
  • Exige que les autres lui donnent entière satisfaction.
  • Attirer l’attention c’est compter pour l’autre. Aime avoir un large auditoire, être regardé, se sentir la vedette.
  • Se débrouiller trop bien seul, équivaut à ne plus recevoir d’aide et de soutien. 
  • Préfère travailler avec des personnes soutenantes. Seul il ne fait pas grand chose.
  • Les problèmes de santé et autres lui apportent l’attention dont il a grand besoin. Ses problèmes lui sont moins douloureux que la solitude et l’impression d’être abandonné.
  • Besoin de l’opinion, de l’approbation des autres avant de décider même s’il ne suit que son idée.
  • Ses attentes face aux autres sont en fonction de ce qu’ils peuvent faire pour l’aider.
  • Est gentil, serviable pour recevoir de l’attention, de l’admiration…mais peut devenir très  agressif, désagréable, culpabilisant quand il ne reçoit pas l’attention désirée. Manipule de façon doucereuse, tortueuse ou dissimulée, en jouant les pauvres victimes… pour obtenir.
  • Lorsqu’il reçoit l’affection souhaitée, il voudrait que cela dure toujours ! Colle, s’accroche.
  • Difficulté à se faire dire non (à accepter un refus).  Insiste pour obtenir ce qu’il désire…      Tous les moyens sont bons : manipulation, bouderie, chantage, menace de suicide etc.
  • Difficulté à terminer une relation.
  • Possessivité, jalousie. Tu m’appartiens, tu es à moi !
  • Recherche la fusion dans les relations. Se sent alors responsable du malheur et du bonheur de   l’autre et croit que l’autre est responsable de son bonheur ou de son malheur. 
  • A de la difficulté à s’ouvrir à la chose ou à la personne à laquelle il tient par peur de ne pouvoir  faire face à ses  émotions.
  • Sabote  son propre bonheur.  Aussitôt qu’une relation devient plus intense, il s’arrange pour mettre un terme à celle-ci. 
  • Se laisse envahir facilement par les émotions des autres.
  • Se laisse facilement attirer, subjuguer par des personnes qui ont l’air de n’aimer qu’eux, de ne regarder qu’eux, de parler juste pour eux, de se donner l’impression d’être unique au monde.
  • En consultation privée, recherche le support non reçu d’un parent ou du conjoint chez son thérapeute. Situation de transfert.
  • Difficulté à accepter la mort de qui que ce soit.  Peur de la mort. 
  • Dramatise beaucoup. Le moindre petit incident prend des proportions gigantesques.
  • Pleure facilement lorsqu’il parle de ses problèmes ou de ses épreuves.  Des hauts et des bas ; un moment joyeux, et l’instant suivant se sent triste, malheureux sans même savoir pourquoi. 
  • Apte à devenir victime.
  • Déclin de la combativité.
  • Se traîne en espérant des jours meilleurs.
  • Accumule, garde plein de choses, difficulté à vider les armoires, greniers…
  • Coureur d’aubaines, de réclames, de soldes…
  • Inquiétude permanente de ne pas avoir assez dans le futur.
  • Difficulté à laisser les siens, son travail, sa maison, l’endroit de ses vacances…
  • Réflexes de survie : accumulations de toutes sortes (poids, objets…) en attendant d’être entouré de la tribu.

7.    Sensations

  • Effrayante sensation de vide intérieur ; manque que rien ne semble pouvoir combler.
  • Sentiment de manquer toujours de la chose qui pourra rendre heureux.
  • Cœur en manque, assoiffé. Besoin d’être gavé, materné.
  • Etat d’insécurité ; se sent vide, creux, affamé. Peur de perdre, de manquer, d’être abandonné, d’être seul.
  • Insatisfaction permanente, jamais assez, toujours besoin de plus, de se remplir (nourriture, boissons, télévision, magazine, sports, travail, voyage…) entraînant de la frustration.
  • Passivité pitoyable ; n’a pas envie de bouger. Isolement.
  • Tristesse, agressivité lorsque n’a pas ce dont il a besoin ; avidité.
  • Abandon et  rejet sont souvent liés. Lorsqu’on se sent abandonné, on se sent souvent rejeté par les personnes qui, selon nous, auraient dû prendre notre défense, nous donner plus d’attention pour combler cet abandon.

8.    Relation à l’autre

  • S’accroche physiquement aux autres.
  • Besoin de se sentir important et d’être considéré.
  • Fait beaucoup de choses, est gentil, chaleureux pour se faire complimenter, pour se sentir important, recevoir chaleur et attention. « Après tout ce que j’ai fait pour toi, tu pourrais m’aimer… »
  • Aime très souvent jouer le rôle de sauveur, de parent vis-à-vis de quelqu’un qu’il aime, il devance les désirs. Se sent alors important et reçoit l’attention dont il  a besoin.
  • Offre des cadeaux plus en fonction de ses propres sensations, qu’en fonction de l’autre ; attend que l’autre lui offre autre chose en retour (amour…).
  • L’amour des autres aide à se tenir debout.  A besoin d’être aimé par un maximum de personnes et fera un maximum pour ce faire.
  • Aime à se faire croire et à dire qu’il est indépendant, qu’il se sent bien seul, qu’il n’a besoin de personne.
  • Aime que l’on voie qu’il est aimé.

9.   Vie sexuelle

  • Se sent  facilement abandonné par les personnes du sexe opposé et les accuse.
  • Utilise le sexe pour accrocher l’autre.
  • Aime le sexe.  Désiré, il se sent important. Veut souvent plus que son conjoint. 
  • Prend, mais ne donne que pour recevoir en retour.
  • La femme qui ne désire pas faire l’amour préfère endurer la situation plutôt que d’être abandonnée par son conjoint. 
  • S’accroche physiquement à la personne aimée.  Le dépendant s’appuie contre l’autre ou lui tient la main ou le touche fréquemment.
  • Préfère croire qu’il n’y a aucun problème dans son couple par crainte d’être abandonné. 

10.   Plus grande peur    

  • « Que vais-je faire seul, que vais-je devenir ?  Que va-t-il m’arriver ? ».
  • Peur de  la solitude.  S’arrange pour être rarement seul ou occupé.
  • Peur de toute forme d’autorité.  Il s’imagine qu’un autoritaire ne voudra pas s’occuper de lui.  Il le croit indifférent et froid.

11.   Alimentation

  • Bon appétit. 
  • Tendance à devenir boulimique.  Besoin de stocker.
  • Peut manger beaucoup sans prendre de poids.  Attitude intérieure générale est de ne jamais en avoir assez, c’est aussi le message que son corps reçoit lorsqu’il mange. Ou alors stocke en attendant le retour des beaux jours !
  • La sensation de manque peut amener un transfert sur la nourriture. 
  • Préfère les aliments mous aux aliments durs. 
  • N’aime pas manger seul.
  • Ne laisse rien dans son assiette.

12.   Malaises et maladies possibles 

  • Fatigue, passivité.
  • Enfant souvent malade, faible ou chétif.
  • Maladie suite aux excès de nourriture, d’alcool…
  • Souffle court.
  • Asthme, cette personne prend plus qu’elle ne devrait et ne redonne qu’avec grande difficulté.
  • Bronches : indique qu’il a l’impression de ne pas recevoir assez de sa famille, qu’il en dépend trop.  Il a intérêt à croire qu’il y a une place dans sa famille plutôt que de faire des pirouettes pour arriver à le croire.
  • Glandes surrénales.
  • Système digestif fragile parce qu’il croit ne pas être nourri adéquatement même si ce manque n’a aucun rapport avec le plan physique.
  • Myopie, difficulté à voir plus loin, reliée à la peur de l’avenir, de faire face à l’avenir seul.
  • Hystérie, victime, craint d’être privé du lait nourricier et abandonné.  Montre bruyamment ses émotions.
  • Agoraphobie.
  • Dépression, lorsque ses blessures font trop mal et qu’il se sent impuissant à se sentir aimé comme il le désirerait.  C’est aussi une façon d’obtenir de l’attention.
  • Migraines, s’empêche d’être lui-même, bloque son « Je suis ».  Pirouettes pour être ce que les autres veulent qu’il soit ou il vit trop dans l’ombre des personnes qu’il aime.
  • Dos.
  • Maladies rares, qui attirent davantage l’attention ; maladies dites incurables. 

13.   Émotions

Vide, manque Empli, comblé
Sentiment de solitude, besoin d’attention Intériorisation, silence
Peurs ; peurs de manquer Centré
Flegme, pas de capacité à avancer Dynamisme, vitalité, force intérieure
Insatisfaction Courage, volonté
Dépendance Autonomie
Gémissement Ecoute
Délire de persécution, paranoïa Sagesse

14.  Étapes de guérison

Je prends conscience et prends soin de mes besoins. Je suis une maman pour moi.

  • Je me  sens bien, même seul.
  • J’ai  moins besoin d’attention. 
  • Je me donne l’attention dont j’ai besoin.
  • Je trouve en moi la maman nourricière.
  • Je suis pour moi-même une maman nourricière, aimante, douce, soignante, à l’écoute, présente, valorisante, m’amenant à mon épanouissement…
  • Je trouve en moi ma source d’énergie.
  • Je trouve en moi la source de mon bien-être.
  • Je me tiens debout tout seul, comme un grand.
  • Je suis autonome.
  • Je suis comblé.
  • J’ai foi en ma capacité à me combler.
  • J’ai ce qu’il me faut.
  • Je suis plein et riche à l’intérieur.
  • J’ai en moi ma propre nourriture, mes propres richesses.
  • Je suis capable de subvenir à mes besoins.
  • Je puise l’énergie de la terre par mes propres racines et reçois l’énergie du ciel.
  • Je suis le trait d’union entre le ciel et la terre.
  • L’Univers s’occupe de moi.
  • J’apprends à distinguer mes vrais besoins.
  • Je prends soin de mes besoins avec amour et bienveillance.
  • Je sais ce que je veux – ce dont j’ai besoin.
  • Je suis dynamique.
  • Je suis combatif.
  • J’aime vivre.
  • J’aime la vie.
  • Je m’aime.
  • J’ai envie d’entreprendre des projets et de les mener à terme, même si je n’ai aucun appui.
  • J’aime à créer pour moi-même.
  • Je suis heureux de terminer mes projets.
  • Je suis tenace, persévérant dans mes projets.
  • Je prends des responsabilités et les mène à bien.
  • Je suis empli de courage, de volonté.
  • Je suis intéressé par toutes les choses de la vie. Les petites et les grandes choses m’intéressent.
  • Je suis gai, enjoué et très sociable, empli de joie de vivre, rieur, joueur.
  • Je suis détendu et tonique en même temps.
  • Je célèbre chaque instant de ma vie.
  • Je prends soin des autres et je donne sans attente.
  • Si l’autre ne veut pas de mon aide, je ne la lui offre pas à tout prix afin de recevoir son amour.
  • Je demande clairement ce dont j’ai besoin et accepte sereinement les réponses.
  • Je me sens bien même si l’autre ne peut me donner ce que je désire.
  • Je peux entendre et être bien si l’on me dit « non ».
  • Je découvre mes besoins et compose ma propre mélodie.
  • Je prends un temps d’introspection.
  • Je suis bien dans le silence.
  • Je suis bien dans le silence de mon cœur.
  • Je prends un temps de silence.
  • Je m’écoute et je m’entends.
  • J’écoute et j’entends.
  • Je suis dans l’assurance de ma capacité à approvisionner  mon bien-être.
  • La sagesse est en moi.
  • Ma sagesse est ma propre source.
  • Mon corps et mon âme ne font qu’un.
  • Je suis présent corps et âme.

Version imprimable: L’abandon


∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞
Ig/Tr  -  Co/Mc
Blessure :  L’HUMILIATION – L’IMPUISSANCE
Masque de masochiste, sauveur
Structure de caractère : Masochiste
∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 1.      Humiliation…

Humiliation, se sentir abaissé, écrasé, s’abaisser ou abaisser quelqu’un d’autre outrageusement, honte, mortification, vexation, dégradation, avilissement.
Oscillation entre Victime et Bourreau ; Dominé / Dominant 

2.      Réveil de la blessure

  • Entre un et trois ans avec le parent (souvent vécu avec la mère) qui s’est occupé de son développement physique (être propre, manger, s’habiller…)
  • L’enfant sent qu’un de ses parents a honte de lui, a peur d’avoir honte ou est dégoûté lorsqu’il est sale, mal habillé, lorsqu’il fait un dégât (surtout en public ou en famille).
  • L’enfant se sent abaissé, humilié par un parent contrôlant ne le lui laissant pas la liberté d’agir ou de bouger comme il le souhaiterait. Se sent impuissant, écrasé, dominé.
  • Les secrets,  sujets « honteux » de famille dont on ne peut parler. (ex. : sexualité, se masturber, « Petit cochon, tu n’as pas honte ? »).

3.    Corps

  • Très souvent : gros, rondelet, taille courte, cou gros et bombé, tensions au cou, à la gorge, aux mâchoires et au pelvis. Corps aussi profond que large. Une partie du corps est grosse et rondelette avec un surplus de graisse (ventre, fesses, seins)  ! ! !  Plusieurs personnes arrivent à bien contrôler leur poids.
  • Son visage est souvent rond et ses yeux sont ouverts et innocents comme ceux d’un enfant.
  • Son corps physique prend beaucoup de place.  Il grossit en fonction de la place qu’il croit devoir prendre dans sa vie.
  • Portant le poids du monde.

4.   Yeux

  • Grands, ronds
  • Ouverts et innocents d’un enfant.
  • Ses grands yeux ouverts sur le monde nous montrent son grand intérêt pour tout et son désir de vivre plusieurs expériences. 

5.   Vocabulaire – expressions utilisées

  • —   « être digne », « être indigne ».
  • —   « petit », « gros ».

—Le masochiste feint souvent des sentiments dans sa voix afin de passer pour une personne intéressée.

6.   Réaction – système de défense

  • Oublie ses besoins pour ne penser qu’à ceux des autres et être une bonne personne, généreuse, toujours prête à rendre service même au-delà de ses limites. Fait pour les autres ce qu’il ne ferait pas pour lui-même.
  • N’arrive pas à profiter de l’abondance de la vie, de voir la beauté, les merveilles du monde !
  • Connaît ses besoins mais préfère se faire souffrir en ne les écoutant pas. Ne croit pas en sa liberté de les écouter et d’y répondre.
  • Pense sincèrement et répète qu’il est bon, généreux, dévoué, altruiste. Ce n’est en fait que par domination ou par soumission et non  par liberté d’être ! Il y trouve un intérêt, un plaisir, une sensation de chaleur !
  • Veut se montrer solide, performant. Fait tout pour se rendre utile,  prend sur son dos les responsabilités et les engagements d’autres personnes, et leur donne ainsi l’impression qu’ils ne peuvent y arriver seuls.
  • A besoin de faire savoir que les autres ne peuvent rien sans lui ; c’est lui qui fait tenir la « baraque ».
  • Se blâme pour mille et une choses, même des choses qui ne lui appartiennent pas. Sert de tampon, de bouc émissaire.
  • Faire et avoir des choses deviennent des moyens pour compenser la blessure.
  • Se crée des obligations par peur d’être libre. Utilise sa liberté à  manger, acheter, boire, dépenser, en faire trop… Pourtant la liberté est très importante pour lui.
  • Fera tout ce qu’il faut pour ne pas avoir honte de ses proches ou de lui-même. Veut être digne à tout prix.
  • Joue à la petite maman et se sent rarement reconnu pour tout ce qu’il fait.
  • N’existe qu’au travers de ce qu’il croit faire pour les autres.
  • Les femmes se sentant servantes se plaignent mais continuent à le faire.
  • Souvent fusionnel avec la maman qui a beaucoup d’emprise, même si c’est inconscient et non volontaire.
  • Hypersensible. La moindre petite critique faite à son égard le fait se sentir humilié et abaissé.  Préfère se critiquer, s’humilier, s’auto punir lui-même avant que les autres ne le fassent. C’est moins douloureux !
  • Peut se croire petit, peu important, moindre que les autres, malpropre, sans cœur, cochon.
  • Souvent reconnu pour sa capacité de faire rire les autres en riant de lui-même.  Très expressif lorsqu’il raconte des faits et il trouve un moyen pour les rendre drôles.  Se prend comme cible pour faire rire les autres. Raconte toutes les choses interdites qu’il a faites étant jeune et adolescent  = façon inconsciente de s’humilier, de s’abaisser.
  • N’aime pas et a difficile à aller vite.
  • Ressent et vit souvent du  dégoût. Peut se dégoûter lui-même ou éprouver du dégoût pour les autres.

7.    Sensations

  •  De ne pas pouvoir profiter de la vie, rayonner par lui-même, de ne pas pouvoir recevoir l’amour et l’abondance.
  • De ne pas pouvoir être libre dans son épanouissement mais soumis à de multiples contraintes ou de devoir soumettre à des contraintes.
  • Manque de liberté, étouffement.
  • D’être prisonnier d’événements, de situations, de personnes qui l’empêchent de vivre.

8.    Relation à l’autre

  • A l’affût des humeurs des autres, il n’écoute pas ses propres besoins.
  • Se croit responsable du bonheur des autres.  Dès que quelqu’un se sent malheureux, il se croit responsable.  Croit qu’il aurait dû ou pas dû dire ou faire quelque chose.
  • Se convainc que tout ce qu’il fait pour les autres lui fait énormément plaisir et qu’il écoute vraiment ses besoins en le faisant.
  • Excellent pour dire et penser que tout est bien et pour trouver des excuses aux situations ou personnes qui l’ont humilié.
  • Bourreau, soumet l’autre ; pense qu’en soumettant l’autre, il aura une impression de plénitude, de sécurité…
  • Victime, esclave ; pense qu’il n’a pas droit à la liberté, à l’abondance.

9.    Vie sexuelle

  • Peut ressentir de la honte, de la timidité par rapport à la sexualité. Notions de péché, saleté, reliées à la sexualité. Ou notion d’être utilisé, abusé.
  • N’écoute pas ses besoins, mais s’il s’écoute et se laisse aller peut devenir sensuel, faire l’amour très souvent voir même être obsédé.
  • Si ces personnes vivent du harcèlement ou de l’inceste, elles se sont fait répondre : « c’est de ta faute, c’est toi qui es trop sexy » ou « tu n’as qu’à pas le provoquer » ou « tu as sûrement fait quelque chose pour que cela t’arrive ». Se croient inconsciemment obligées de subir.
  • Soumission et inconcevable, selon elles, de déranger l’autre pour son propre plaisir.
  • Domination, je suis  celui qui te fait « jouir » ou encore, tu es à mon service, tu m’appartiens, tu dois me satisfaire.
  • Co-dépendant par soumission, sensation d’impuissance.

10.   Plus grande peur

  • Peur de la liberté. Semble une personne libre, mais ne se sent pas libre.
  • Peur de faire honte.
  • Peur d’être impuissant face aux événements.

11.   Alimentation

  • Compense et se récompense par la nourriture. Sa planche de salut, sa manière de se gratifier, de trouver de l’abondance.
  • Besoin compulsif, souvent il n’a même pas faim !
  • Aime aliments riches en gras, chocolat.
  • Honte de s’acheter ou de manger des « gâteries ».
  • Soit il mange gloutonnement, soit il mange plusieurs petites portions.
  • Moments de boulimie où il mangera en cachette sans se rendre compte de ce qu’il mange.
  • Mange debout.
  • Coupable, honte de manger n’importe quoi, chocolat par exemple.  Plus une personne pense et se sent coupable d’avoir trop mangé, plus la nourriture mangée la fera engraisser.

 12.   Malaises et maladies possibles

  • Maux de dos, lourdeurs sur les épaules, car il en prend beaucoup sur lui, sentiment de manque de liberté.
  • Problèmes respiratoires, s’il se laisse étouffer par les problèmes des autres.
  • Problèmes aux jambes et aux pieds, comme varices, entorses, fractures, qu’il finit par s’attirer, de peur de ne plus être capable de bouger.
  • Glande thyroïde.
  • Ne pas savoir écouter ses besoins provoque fréquemment des démangeaisons de la peau.
  • Hypoglycémie et diabète, difficulté à se payer des douceurs ou chez celles qui s’en accordent mais qui se sentent coupables.
  • Problèmes cardiaques, ne s’aime pas assez, pas la capacité de se faire plaisir avec la joie de vivre

13.   Émotions 

Sensation que la vie est dure Capacité de goûter à la vie, à l’abondance des plaisirs naturels.Rire, joie
Obligations
Soumis à la vie, aux autres, à des croyances
Oppression, étouffement Liberté, légèreté, épanouissement
Recherche du plaisir à l’excès (sorties…), Jouis de la vie dans les petites choses de tous les jours.
Écrasé, écrasant Libre
Incapacité à recevoir Reçois
Impuissance Vigueur, capacité à agir, réagir…

14.   Étapes de guérison :
        Liberté et capacité à laisser les autres libres, épanouissement de soi         à soi

  • Je prends le temps de vérifier mes besoins avant de dire oui aux autres.
  • Je suis libre de dire oui ou non.
  • Je dis NON
  • Je suis capable de voir une personne en recherche, en attente, en demande, sans intervenir.
  • Je suis d’abord une maman et un papa pour moi-même avant même de l’être pour les autres.
  • Je sens et ressens ma puissance intérieure et respecte la puissance intérieure des autres.
  • Je rends à l’autre la responsabilité de sa propre vie. Je sais que l’autre a des qualités en lui pour s’en sortir.
  • Je prends beaucoup moins sur mes épaules.
  • Je suis capable  de faire des demandes sans me croire dérangeant, voire « emmerdant ».
  • Je sais au plus profond de moi que je suis  spécial, important, je n’ai pas besoin  de le montrer aux autres.
  • J’ai un grand potentiel.
  • Je suis digne d’être aimé, de recevoir.
  • Je suis digne d’être aimé, de recevoir même lorsque je dis non, même si je prends ma liberté.
  • Je laisse aux autres leurs engagements, responsabilités, travail…
  • Je vais à mon propre rythme, à ma propre vitesse.
  • Je suis digne de vivre libre.
  • Je suis libre.
  • Je prends ma liberté.
  • Je me sens libre, sans contrainte.
  • Je construis ma liberté.
  • Je trouve ma liberté dans toutes les situations de ma vie.
  • Je laisse l’autre libre, il ne me doit absolument rien.
  • Je profite de l’abondance de la vie.
  • La vie est abondance, je suis un canal ouvert à l’abondance.
  • J’ai confiance en l’univers, la vie s’occupe de moi !
  • Je vis dans une sensation de plénitude.
  • Je retrouve le sens de la plénitude quels que soient les événements extérieurs.
  • Le monde est sécurité, chaleur, amour, beauté, sensualité, plénitude.
  • Je suis le fruit de la terre.
  • Je peux m’épanouir.
  • La terre est abondance pour moi et pour les autres.
  • Je profite réellement de ma vie même si je ne m’occupe pas des autres.
  • Je m’aime.
  • J’aime les autres sans conditions.
  • J’assimile les événements de ma vie. Je les vis pleinement dans l’expérience.
  • Je suis chaleureux pour moi-même
  • Je me respecte et ainsi me fait respecter.
  • Je respecte les personnes qui m’entourent.
  • Je goûte à la vie.
  • Je jouis de ma liberté.
  • Je suis libre de jouir de la vie.
  • Je dis oui et je dis non selon mes besoins.
  • Je ne suis plus co-dépendant des problèmes d’autrui.
  • Je peux recevoir.
  • Je reçois
  • J’aime que l’on s’occupe de moi !
  • La vie est échange, donner mais aussi recevoir.
  • Je me pose régulièrement la question : Ce que je fais, cela respecte-t-il mon épanouissement ? Ma créativité ? Ma liberté et celle des autres ?
  • Je suis libre et je laisse l’autre libre.
  • Je suis libre comme l’autre est libre.
  • Je ne me soumets pas à la vie, je la vis.

Version imprimable: L’humiliation

 


∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞
Po/Gi
Blessure :  LA TRAHISON

Masque de contrôlant
Structure de caractère : Psychopathe

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 1.   Trahison…

Cesser d’être fidèle à quelqu’un ou à une cause ; livrer quelqu’un.

2.   Réveil de la blessure

  • „Entre deux et quatre ans, généralement avec le parent du sexe opposé.  Forte connexion d’amour et une grande attirance mutuelle, donc un fort complexe d’Œdipe.
  • L’enfant se sent trahi lorsque le parent ne tient pas ses promesses, chaque fois qu’il trahit sa confiance, chaque fois qu’il ne répond pas à ses attentes (aussi les attentes que l’enfant avait d’un parent idéal). Parents séducteurs, centrés sur eux-mêmes.
  • Une petite fille est mise de côté à l’arrivée d’un bébé garçon.
  • Pour dissimuler une blessure d’abandon.

 3.   Corps 

  • Un corps qui exhibe la force, le pouvoir et qui semble dire : « Je suis responsable. Je suis capable. Vous pouvez me faire confiance ».
  • En général : l’homme aura plus de force dans le haut du corps : bonnes épaules. La femme : force aux niveaux des hanches, des fesses, du ventre et des cuisses : la « culotte de cheval ».
  • Des hanches très fortes et un ventre proéminent, indiquent une rage ressentie contre le sexe opposé et ce, surtout au niveau sexuel.
  • Corps qui prend beaucoup de place. 

4.   Yeux 

  • Regard intense et séducteur.
  • Yeux pour garder l’autre à distance quand il est sur la défensive ou pour fixer et scruter l’autre d’une façon intimidante.
  • Regard insistant, magnétique.

5.   Vocabulaire – expressions utilisées 

  • —  « As-tu compris ?»
  • « Je suis capable » « Fais-moi confiance »
  • « Laisse-moi faire seul ».
  • « Je le savais ».
  • « Je ne lui fais pas confiance ».
  • Voix forte qui porte loin.

6.      Système de défense/ réaction

  • Manque de confiance en soi, besoin de la reconnaissance des autres.
  • A besoin de paraître fort et puissant pour se croire et se sentir fort et puissant ; au fond ne croit pas en son pouvoir, a peu de confiance en lui.
  • Se cherche à travers le regard de l’autre, n’hésite pas à utiliser le pouvoir, la séduction, la manipulation pour voir à travers le regard de l’autre qu’il est bien !
  • Cherche à paraître au lieu d’être.
  • Exhibe sa force de caractère, montre qu’il est capable, courageux, responsable, talentueux, qu’il ne se laisse pas marcher sur les pieds, qu’il s’affirme et qu’on peut vraiment lui faire confiance. S’arrange, de plus, pour que tout le monde sache tout ce qu’il a fait, comment il l’a fait et combien il en a fait.
  • Besoin d’impressionner, d’être remarqué, reconnu, admiré, félicité pour ses capacités.
  • Méfiant, sceptique, sur ses gardes, autoritaire, exigeant,  intolérant à cause de ses attentes.
  • Préfère travailler seul. Faire les choses à sa façon. Difficulté à déléguer, tout en faisant confiance à l’autre. Surveille, vérifie ce que les autres font. N’en fait en général qu’à sa tête.
  • Pour lui, il est important que tout le monde soit fiable, tienne ses engagements, soit responsable, travailleur. A beaucoup de difficultés avec la paresse, la lâcheté, le désengagement, la tricherie, le mensonge, l’hypocrisie, le reniement ou ce qu’il perçoit comme tel ! Mais pourra les utiliser pour garder le contrôle !
  • Catégorique, convaincu d’avoir raison, veut que les autres adhèrent à ses croyances, interrompt souvent dans les conversations, discussions. Aime avoir le dernier mot. Ne supporte pas de ne pas avoir la réponse, difficile ou même impossible d’avouer : « Je ne le sais pas ». Préfère encore répondre n’importe quoi plutôt que de ne pas répondre. Se justifie et a toujours une bonne raison pour faire les choses à sa façon.
  • Donne des ordres, décide pour les autres.  Besoin de savoir tout ce qui se passe. Donne son opinion, ajoute son commentaire, aime bien diriger d’autres personnes. Généralement une âme de chef.
  • Déteste qu’on ne lui fasse pas confiance. Peut mentir plutôt que de perdre sa réputation. Vit très difficilement le fait que quelqu’un ne le croit pas.
  • Se sent insulté quand quelqu’un s’occupe de ses affaires sans qu’il lui en ait donné la permission.
  • Surtout ne pas montrer sa faiblesse, sa vulnérabilité, son manque de confiance, ses doutes ou son impuissance…  Peut ressentir une énorme souffrance lorsque quelqu’un découvre ses points faibles. Difficulté à se confier, à se dévoiler.
  • Peu de patience avec les gens plus lents.
  • Lorsqu’il est pris par surprise, lorsque tout ne va pas selon ses attentes, qu’il n’a pas pu se préparer, programmer, il peut vivre de la colère, devenir facilement agressif.  Besoin de tout prévoir pour l’avenir.
  • Difficulté à vivre le moment présent et à en profiter ; se projette dans le futur. La tête dans le futur et vit peu le présent.
  • Lorsqu’il se retrouve avec des personnes qu’il considère plus rapides, plus fortes, il se retirera par peur de ne pas pouvoir leur faire face.  Éprouve beaucoup de difficultés avec les personnes autoritaires. N’aime pas être surveillé. 

7.   Sensations

  • Manque de confiance en soi, perte de son identité profonde ! Qui suis-je au fond de moi ?
  • Sensation de mourir ou d’être mort quand ne reçoit pas d’admiration, quand n’est pas reconnu.
  • Besoin de performance, se cherche à travers les performances (ce qui ne donne évidemment que de faux résultats).
  • Grande douleur intérieure lorsque se sent trahi, abusé. Pouvant amener de l’agressivité ou une armure encore plus grande.

8.   Relation à l’autre

  • Se sent facilement trahi par les personnes du sexe opposé et les accuse facilement pour sa douleur ou ses émotions.
  • Peu de confiance dans l’autre.
  • Sur la défensive.
  • Difficile de partager sa vie, son ressenti…
  • Très séducteur, préfère que ceux du sexe opposé soient des amis plutôt que des amoureux.
  • Utilise souvent la séduction pour manipuler les autres et, en général, cela lui réussit très bien.
  • Le contrôlant est convaincu qu’il ne ment jamais, qu’il garde toujours sa parole.
  • Convaincu que personne ne lui fait peur.

9.   Vie sexuelle

  • Besoin de garder le contrôle dans la relation.
  • Séducteur, utilise beaucoup la séduction dans sa vie sentimentale.
  • Je t’aime, si tu m’aimes ; je fais semblant de t’aimer pour recevoir ton amour.
  • Besoin d’être admiré inconditionnellement.
  • Relation de dominant à dominé ; je suis le plus beau, le plus grand, le plus fort.
  • Aime beaucoup tomber amoureux, séduire, être aimé passionnément.
  • La femme a souvent l’impression de se faire avoir par l’homme, aime décider elle même de l’acte d’amour.
  • L’homme se sent trahi lorsque l’autre refuse, aime aussi que ça vienne de lui.
  • Le parent du sexe opposé a été tellement idéalisé qu’aucun partenaire ne peut arriver à répondre aux attentes de cette personne. Ou multiples attentes de leur compagnon reliées à ce qu’il n’a pas reçu du parent.
  • N’aimera pas que son ou sa partenaire prenne plus de place que lui.
  • Une expérience incestueuse est vécue comme une trahison dans presque tous les cas d’inceste.
  • Une séparation de couple est vécue comme une trahison.

10.   Plus grande peur 

  • Peur de la folie.
  • Peur de l’engagement par peur du désengagement et donc de trahir.
  • Peur de se sentir déchiré, séparé, à part de l’autre ; se fait croire que ces séparations ou reniements valent mieux pour lui.

11.   Alimentation

  • A un bon appétit.
  • Mange rapidement car il n’a pas de temps à perdre. Absorbé par une tâche importante, il peut facilement oublier de manger.
  • Manger n’est pas important ; lorsqu’il décide de manger, il mangera beaucoup et jouira de sa nourriture.
  • Ajoute des épices avant même de goûter aux aliments.
  • S’assure d’avoir le dernier mot au sujet de son alimentation. 

12.   Malaises et maladies possibles 

  • N’est pas souvent malade, nie ou ne le montre pas. Doit être fort.
  • Maladies de contrôle et de perte de contrôle.
  • Burn-out, crises cardiaques, cancer.
  • Agoraphobie.
  • Articulation, genoux.
  • Hémorragies.
  • Impuissance sexuelle.
  • Diarrhée.
  • Paralysie, impuissance totale.
  • Système digestif, foie, estomac.
  • Maladies en « ite » qui, à cause de ses nombreuses attentes, sont portées à l’impatience, la colère et la frustration.
  • Feux sauvages ou herpès buccal, se manifestent quand il accuse, consciemment ou non, le sexe opposé.

13.   Émotions

Manque de confiance en soi En contact avec son propre pouvoir, son essence, son âme
Manque d’estime de soi
Méfiance Confiance dans la vie et les autres
Contrôle Lâcher-prise
Pouvoir Intégrité, équité, générosité
Projeté dans le futur Vivant dans l’instant présent
Orgueil Humilité, simplicité, indulgence
Chagrin, tristesse Rayonnement intérieur

 

 14. Étapes de guérison : je suis en contact avec mon essence profonde 

  • Je me sens bien face à l’imprévu. Je fais confiance à l’imprévu.
  • La vie m’apporte les expériences dont j’ai besoin pour apprendre, évoluer.
  • Je lâche prise face aux résultats.
  • Je vis très bien sans planification.
  • Je me sens bien même lorsqu’on ne me voit pas.
  • Je suis humble et accepte toutes les croyances, toutes les différences.
  • J’ai confiance en moi-même sans rabaisser les autres, sans les contrôler, sans avoir la réponse pour eux. La confiance est en moi, par moi et pour moi.
  • Je délègue et fais confiance dans les capacités d’autrui.
  • J’ai confiance en l’abondance de la vie.
  • J’ai confiance en mon essence, j’ai foi en la vie, rien ne peut me trahir.
  • J’ai confiance en mes capacités.
  • Le soleil est dans mon cœur.
  • J’inspire et j’expire, j’expire et j’inspire, l’air vient et va, la vie vient et va.
  • La vie suit les rythmes de l’Univers, je peux suivre la vie.
  • Je suis tolérant.
  • Je suis en contact avec moi-même.
  • Je suis en contact avec mon essence divine.
  • Je m’accepte et m’aime avec mes qualités et mes défauts.
  • Je me centre.
  • J’apprends de mes erreurs, expériences.
  • Je me sens bien quel que soit le regard, le jugement de l’autre.
  • Je suis vrai, simple et naturel.
  • Je respecte les autres et apprends à les aimer inconditionnellement.
  • Je donne du pouvoir aux autres, librement et joyeusement.
  • Je comprends et respecte les autres, leurs souffrances et leurs besoins qui peuvent les amener à ne pas m’apprécier !
  • Je suis simple, humble, intègre.
  • Je suis vrai avec moi-même et les autres.
  • Solitude, méditation, silence, écoute de soi et des autres.
  • Don de soi.
  • Service discret.
  • Je fais des compliments aux autres.
  • J’ose me montrer tel que je suis.
  • Je lâche prise et n’attends rien.
  • J’offre mon support sans prendre aucune influence.
  • Don de moi pour que les autres réussissent même mieux que moi.
  • J’aime jouer, je peux perdre.
  • Je soutiens, écoute l’autre dans un profond respect de son autonomie, de son individualité, de sa créativité, de son pouvoir, de ses blessures…
  • Je pratique l’humilité, l’oubli de moi-même, l’impersonnalité.
  • Je fais confiance à l’authenticité, la sincérité, la franchise, la droiture, la loyauté.
  • Je suis rassurant et protecteur.
  • Je me retrouve.
  • Je suis apte à capter et faire valoir les talents de chacun en l’aidant à acquérir plus de confiance en soi-même.
  • Je mets ma force et mon pouvoir au service de l’autre.
  • J’aide les autres à se valoriser.
  • J’aide les autres à trouver leurs vraies sources de pouvoir.
  • Je suis et me sens intègre.
  • J’utilise le pouvoir pour aimer et servir.
  • Je dédramatise et fais rire.
  • Je suis capable de passer vite d’un élément à l’autre et de gérer plusieurs choses en même temps.
  • Je prends des décisions rapidement.
  • Je m’entoure des gens dont j’ai besoin pour passer à l’action.
  • Je sais que je suis capable de grandes performances à plusieurs niveaux, je n’ai rien à prouver.
  • Je fais confiance à l’Homme et l’Univers
  • Je fais confiance à ma force intérieure.

Version imprimable:  La trahison

 


∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞
Fo – Vh
Blessure :  L’INJUSTICE 
Masque de rigide
Structure de caractère : Rigide
∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 Méridien yin : Foie : vide : blessure, excès souffrance qui y est liée.

 1. Définition

 La justice, c’est l’appréciation, la reconnaissance et le respect des droits et du mérite de chacun. Droiture, équité, impartialité, intégrité.

2.   Réveil de la blessure

  • Vécue, entre quatre et six ans, en général avec le parent du même sexe.
  • Parent froid, autoritaire, critique, sévère, intolérant, conformiste ou perçu comme tel.
  • Il est demandé à l’enfant d’être performant, parfait. L’enfant trouve injuste de ne pas pouvoir bien intégrer son individualité, de ne pas pouvoir s’exprimer et être lui-même.  Blocage de l’individualité.
  • L’enfant s’aperçoit qu’on l’apprécie davantage pour ce qu’il fait que pour ce qu’il est.  Il devient donc ce qu’on attend de lui !

3.   Caractéristiques corporelles

  •  Droit, rigide et le plus parfait possible.  Bien proportionné, avec des épaules droites et de la même largeur que les hanches. Petite taille serrée par vêtement ou ceinture.
  • Peau souvent claire.
  • Cou raide, souvent les nerfs du cou qui ressortent, mâchoire serrée.
  • Poids bien proportionné. Fait son possible pour garder la ligne, une bonne présentation.
  • Mouvements rigides, dynamiques, sans grande flexibilité démontrant une fermeture. Jambes et bras tendus même au repos. Jambes fermées, collées l’une contre l’autre. Bras fermés le long du corps, mains fermées.

4.   Particularités des yeux

  • Regard brillant et vivant.
  • Yeux clairs. 

5.   Vocabulaire – expressions utilisées

  • « pas de problème »
  • « toujours / jamais et très »
  • « très bon / très bien »
  • « très spécial »
  • « justement »
  • « exactement »
  • « sûrement »
  • « d’accord »

—   Le rigide parle d’une façon plutôt mécanique, retenue, sèche, raide. 

6.   Réaction/système de défense 

  • Attitude rigide, perfectionniste, exigeante, froide, brusque et sèche.
  • Colère, impatience, critique, intolérance, dureté face à soi-même. Ne respecte pas et ne reconnaît pas ses limites, s’en demande beaucoup trop.  Veut atteindre un idéal de perfection.  Performant pour être parfait.
  • Veut avoir des trucs pour devenir parfait le plus vite possible
  • Peur d’être injuste ou cause directe ou indirecte d’une injustice, trouve injuste d’être favorisé, d’avoir plus, surtout si on ne l’a pas mérité. Mieux vaut mériter que d’avoir de la chance.
  • Enclin à ressentir de l’envie envers ceux qui en ont plus et qui, selon lui, ne le méritent pas.
  • Préfère ne pas voir qu’il a des difficultés afin de ne pas sentir la souffrance qui y est reliée. Lorsqu’on lui demande comment il va, il répond systématiquement : « Super bien ! ».
  • Se coupe de son ressenti ou développe la capacité à le faire afin de se protéger car très sensible, même écorché vif lorsqu’il ne se protège pas ! Se cache et cache ce qu’il ressent. Donne une apparence imperturbable. Utilise le rire pour cacher sa sensibilité et ses émotions.
  • Lorsque quelqu’un est froid avec lui, le cœur lui fait mal. Il se demande tout de suite ce qu’il a fait ou dit de pas bien, de pas juste. A mal en son cœur, lorsqu’il ne se sent pas apprécié à sa juste valeur, lorsque les autres pourraient penser ou pensent qu’il n’est pas parfait, qu’il se trompe.
  • Difficulté à montrer son affection. Difficulté à se laisser aimer et à démontrer son amour.  Se prive d’exprimer ce qu’il ressent véritablement.  Il pense souvent, trop tard, à ce qu’il aurait voulu dire ou aux marques d’affection qu’il aurait voulu donner à ceux qu’il aime.
  • Porté à se croiser les bras, bloquant ainsi la région du plexus solaire pour ne pas sentir.
  • Porté à aider les autres à leur donner des chances. Il se sent bon, chaleureux et donc juste.
  • Il est très difficile pour lui de comprendre que ce qui est juste pour lui ne l’est pas nécessairement pour quelqu’un d’autre. Que l’autre puisse être ouvert à d’autres concepts, d’autres modes de fonctionnement, d’autres réalités, à une autre vérité.
  • Vit à travers le devoir : « C’est mon devoir, d’élever correctement mon enfant » « C’est mon devoir d’être fidèle à mon patron, mon conjoint… » .
  • Confond discipline et rigidité. Ne perçoit pas qu’une discipline peut être souple ou modifiable.
  • Aime l’ordre, que tout soit bien rangé méthodiquement.
  • Se croit obligé de toujours être dans l’action.  S’impose, se crée des tâches, des obligations.
  • S’en demande tellement que les autres lui en demandent aussi beaucoup.
  • Se permet rarement de se détendre sans se sentir coupable.  Se justifie lorsqu’il se repose ou qu’il s’amuse.  Se sent coupable s’il ne fait rien pendant que quelqu’un d’autre travaille. Difficulté à se faire plaisir sans se sentir coupable.  Difficulté à recevoir des cadeaux.
  • Craint l’autorité.
  • Voudrait tout régler tout de suite et que tout soit fait instantanément. En même temps peut prendre beaucoup de temps afin que tout soit parfait !
  • Se justifie beaucoup. Besoin de se sentir juste à ses yeux et aux yeux des autres.
  • Difficulté à demander de l’aide.  N’en demande qu’en tout dernier ressort. Préfère tout faire seul pour que ce soit parfait.
  • Enclin à souffrir de burn-out ou d’épuisement professionnel.
  • Peur de prendre de mauvaises décisions, doute de ses choix. Difficulté à voir la vie comme une suite d’expériences.
  • Ne vérifie même pas si ce qu’il désire répond véritablement à un de ses besoins.  Ne prend pas le temps de s’intérioriser et de se demander : « Comment est-ce que je me sens avec ce désir et avec la façon que j’ai choisie d’y arriver ? ».
  • Facilement en colère envers lui-même pour ne pas avoir vu juste ou ne pas avoir fait la bonne action. Sa réaction première est d’attaquer l’autre et s’il ne veut pas voir sa colère, il essaiera d’arranger la situation en excusant l’autre.
  • Attiré par le respect et l’honneur.  Impressionné par des titres importants.
  • Impressionné par les personnes qui semblent parfaites ou proches de son idéal de perfection, renie son individualité par désir de leur ressembler. Est porté à se comparer à ceux qu’il considère mieux et surtout plus parfaits que lui.

7.   Sensations 

  • Cœur brisé ou absent.
  • Souffrance triste intérieure permanente.
  • Extérieurement « tout va bien » et intérieurement « jamais je n’y arriverai ».
  • Ne sait pas qui il est  intérieurement.
  • Malaises quand les choses ne sont pas en ordre ou quitte l’ordre initial.
  • D’être jugé. 

 8.   Relation à l’autre 

  • Le rigide aime bien dire à tout un chacun combien il est juste, que sa vie est sans problèmes et il  aime croire qu’il a beaucoup d’amis qui l’aiment comme il est. 

9.   Vie sexuelle

  • Difficulté à se laisser aller, à ressentir du plaisir.  A exprimer toute la tendresse qu’il ressent.
  • Physiquement l’air le plus sexy.  Vêtements moulants, sexy, et être très attirant physiquement.
  • Se crée facilement un idéal de relation sexuelle, non réaliste.
  • Difficulté à s’engager par peur de se tromper dans son choix de partenaire.
  • Entretient plusieurs tabous au niveau sexuel.
  • Dépendra beaucoup de la capacité à se faire plaisir dans la vie. 

10. Plus grande peur 

  • La peur de se tromper est très forte.
  • Peur de la froideur, la sienne et celles des autres.
  • Peur d’aller voir au-delà de ses limitations, d’expérimenter tout ce qui n’a pas de structure, tout ce qu’il « juge » pas « bien ». 

11. Alimentation 

  • Préfère aliments salés aux sucrés.
  • Aime tout ce qui est croustillant.  Se contrôle pour ne pas grossir.
  • Se justifie et a honte lorsqu’il perd le contrôle de son alimentation dans les sucreries ou l’alcool.
  • Essaie en général de bien équilibrer son alimentation. 

12.   Malaises et maladies possibles 

  • Raideurs  ou tensions, telles que dans le haut de son dos et son cou ainsi que les parties flexibles de  son corps (chevilles, genoux, hanches, coudes, poignets etc.)  Les rigides aiment se faire craquer les doigts essayant ainsi de les assouplir.
  • Le burn-out (épuisement professionnel).
  • Maladies en « ite » telles des tendinites, bursite, arthrite ; colère intérieure retenue.
  • Torticolis, difficulté à voir tous les aspects d’une situation qu’il considère injuste.
  • Constipation et hémorroïdes, difficulté à lâcher prise et de la retenue qu’il fait dans sa vie.
  • Crampes qui se manifestent lorsqu’une personne s’accroche ou se retient par peur.
  • Sa difficulté à se faire plaisir peut provoquer des problèmes de circulation du sang, des varices
  • Peau sèche.
  • Boutons dans le visage lorsqu’il a peur de se tromper, de perdre la face.
  • Psoriasis pour ne pas être trop bien ou trop heureux.  Ce serait injuste face aux autres.
  • Anorgasmie (femme), éjaculation précoce ou impuissance (homme).
  • Foie, sa colère refoulée.
  • La nervosité.
  • Insomnie surtout pour celui qui ne se sent bien que lorsque tout est terminé et parfait.
  • Vision, sa difficulté à voir qu’il a pris une mauvaise décision ou qu’il puisse avoir une mauvaise perception d’une situation. 

13.   Émotions 

Rigidité, inflexibilité. Souple, flexible, je grandis, je m’ouvre, je change.
Froid. Chaleur qui vient du cœur et non de la tête.
Fermeture. Ose s’ouvrir, aimer, être aimé.
Hypersensibilité. Attentif aux autres.
Suivant des lignes  tracées, des modèles, des règles. Etre authentique, s’ouvrir à soi-même et à sa créativité.
Fidélité à l’excès. Oser l’aventure et l’inconnu.

14.   Étapes de guérison : j’expérimente le hors norme, j’ouvre mon cœur

  • J’ouvre mon cœur et mon esprit.
  • J’ouvre mon cœur et le laisse se réchauffer au contact de ceux qui m’entourent.
  • J’accepte de ressentir et de montrer, de vivre mes sentiments.
  • Je me laisse aimer.
  • Je reçois la chaleur humaine.
  • Je montre mon amour.
  • Je suis un avec mon ressenti.
  • J’ose sentir et ressentir.
  • Je sens et ressens ce que j’aime, ce que je veux, ce que je peux, …
  • J’accueille mes émotions et les maîtrise à la lumière de mon âme.
  • J’accueille mes émotions et les vis pleinement dans la maîtrise et l’authenticité.
  • Je célèbre ma sensibilité.
  • Je me permets de montrer ma sensibilité, de pleurer devant les autres.
  • Je suis empli de compassion envers moi-même.
  • Je redécouvre les bienfaits de la douceur, de la tendresse.
  • Je suis souple, flexible, doux.
  • Je me sens bien dans la détente.
  • Il est bon et juste pour moi de me détendre.
  • Mon corps est détendu et heureux d’être détendu.
  • Je médite avec mon cœur et libère mon âme.
  • J’assouplis mon corps.
  • Je suis souple et solide en même temps.
  • Je prends le temps de bien sentir une situation, ensuite je vois ce que je désire vraiment.
  • Je m’ouvre au monde de tous les possibles.
  • Etre normal est anormal puisque nous sommes tous différents. J’aime et accepte ce qui est hors norme, ce qui est différent.
  • J’entre dans la différence et j’apprécie la différence.
  • Je me donne le droit d’être humain et d’avoir encore des choses à régler.
  • J’expérimente même si je peux me tromper.
  • Je suis comme un enfant, j’expérimente en vacillant, en tombant, cela est bien ; j’expérimente, j’essaye et j’apprends de mes erreurs.
  • Je me laisse surprendre par la vie, je vis joyeusement les imprévus.
  • Je suis les rythmes de la vie, des saisons, du soleil et de la pluie.
  • Je prends part à des activités non structurées, planifiées…
  • J’accepte volontiers les contretemps et profite du moment.
  • J’ose prendre des risques.
  • Je vois la vie comme une suite d’expériences.
  • Je me permets d’être moins perfectionniste, de faire des erreurs, d’oser la différence, d’oser sortir des modèles sans vivre de colère ou de critique envers moi-même.
  • Je reconnais et respecte mes limites.
  • Je vois mes qualités et les qualités de mes réalisations.
  • Je perçois et réalise que ma vérité peut-être différente de celle des autres.
  • Je dispose d’une grande ouverture et d’une grande clarté mentale.
  • J’ai un grand respect de l’autonomie et de la liberté de chacun.
  • Je perçois la vie comme un gigantesque réseau routier où tous les chemins peuvent être empruntés par moi-même ou mon entourage.
  • Je suis en contact avec mon individualité propre.
  • J’exprime mon individualité, ma différence.
  • Je me permets de ne pas être impeccable dans ma tenue et me permets de faire tout plein de grimaces !
  • Je suis unique, j’ai intégré ma propre individualité, j’accepte ma différence.
  • Je joue comme un enfant.
  • Je suis encore un enfant.
  • Je me fais librement beaucoup de plaisirs.
  • Je suis réellement attentif aux autres, j’approfondis mes relations.
  • J’écoute les autres et les accueille dans leurs différences.
  • Je suis très sensible à l’aspect humain.

 Version imprimable: Linjustice

 

logofin1-copie.jpg

©  Nieuwborgh Josiane – Octobre 2002
Mise à jour mai 2004

 

Exister

image_print

L’équilibre de l’existence, de la vie, des relations humaines et de chaque individu se trouve dans l’équilibre d’un cercle (voir ci-joint: exister).

Il est évident que la dimension des quartiers peut fluctuer en fonction des circonstances, des périodes de vie… mais l’équilibre dans l’espace et le temps devrait toujours revenir à ce cercle.

Ne pas s’occuper de soi-même nous conduit à être irresponsables, dépendants.
Ne pas recevoir nous met en état de fatigue, de sur-stress…
Ne pas donner fait de nous des personnes de peu de valeur humaine, égocentriques…
Ne pas laisser les autres s’occuper de nous nous enlève le soutien nécessaire à notre vie et prive l’autre du plaisir de donner.

Josiane Nieuwborgh

 

A ceux qui doutent d’eux-mêmes et s’auto-jugent négativement…
Qui « es-te » vous?

Mon âme, mon moi profond vivent et vibrent
telle chaque particule du dedans de la sphère. 

Ce qui est à l’intérieur est comme ce qui est à l’extérieur,
ce qui est à l’extérieur est comme ce qui est à l’intérieur. 

Chacune des facettes lumineuses est le représenté d’une partie  du dedans
ou de ce que j’ai été un jour en  mon for intérieur.
Ces belles facettes sont parfois en connexion avec des particules de l’âme du dedans ;
elles sont et seront toujours l’émergence de ce qui, un jour,
a vibré dans mon moi profond,

et cela même si elles ont perdu, provisoirement, le chemin de mon âme
et qu’aujourd’hui elle semble vide, terne ou franchement oxydée. 

Elles sont l’interface de ce que je suis et de ce qui se réverbère du monde en moi.
Elles sont le miroir de ce que je suis,
et ce en intercommunication avec ce qu’elles captent du monde.
Autant de petits miroirs de Moi et des Autres, du Monde et de l’Univers. 

Ce que je suis est magique et merveilleux ;
ce que je suis à l’extérieur est l’expression plus ou moins développée
de ma beauté intérieure.

Ce n’est ni critiquable, ni condamnable, ni par moi-même, ni par personne. 

À partir d’aujourd’hui, je choisis d’aimer les facettes éclairées de la sphère ;
elles sont un reflet de mon âme. 

À partir d’aujourd’hui, j’essaye de les faire vivre, vibrer, luire
de temps en temps, de plus en plus, à partir de mon moi profond. 

À partir d’aujourd’hui, je permets à mon moi profond d’éclairer
de temps en temps, de plus en plus, de nouvelles facettes de ma sphère. 

À partir d’aujourd’hui, je me permets de devenir qui je suis, de plus en plus pleinement.

Si vous souhaitez imprimer ce texte, cliquez sur ce lien: Mon âme.

Les cinq sens

image_print

 Les cinq sens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au début du séminaire:

Interrogation écrite :

  1. Quels sont les différents sens, quelles sont leurs fonctions… ? Ne pas tricher, ne pas aller voir dans le syllabus… !

 

  1. Qu’attendez-vous de ce séminaire ?

 

  1. 3 vœux ou plus à réaliser par rapport à vos sens :

 

  1.  Que désirez-vous voir se transformer pour vous après ce séminaire ?

 

**********************************

Bienvenue,

au pays des sens,

  du sens.

 

5 sens pour donner un sens à sa vie.

5 sens pour s’incarner et vivre sur terre.

Entrer dans  la nais-sance (nais-sens).

Reprendre connais-sance (connais-sens).


Les yeux, les oreilles, le nez, la bouche, la peau

pour :

voir, entendre, sentir, goûter, toucher,

pour recevoir les informations, communiquer, vivre sur Terre.

 

⇨  Se nourrir des informations captées par nos 5 sens

   5 sens qui coopèrent en équilibre, en pleine conscience.

Une perception unifiée pour vivre pleinement sur Terre.

  5 sens en équilibre pour aller au delà des sens…

5 sens pour trouver un sens à sa vie.


 

******************


 

« Imaginez-vous un instant les yeux bandés…
vous ne voyez plus.
Noir total !

Ensuite, le son serait coupé…
vous n’entendez plus.
Silence absolu !

Après, l’odorat serait éteint…
plus d’odeur !
Tout est inodore !

A la suite, les papilles gustatives se mettraient en chômage technique…
plus de goût !!!
Tout est insipide !

Et enfin, ce serait au tour de tous les récepteurs sensoriels de la peau
et du sens du mouvement de se déconnecter…
Plus aucune sensation !

 Dites-moi…
Pourriez-vous encore recevoir des informations de la Terre,
Pourriez-vous encore communiquer avec vos semblables, avec la nature ?

Dites-moi
Pourriez-vous encore vivre, apprendre, connaître…

Dites-moi…
Que serait une vie coupée entièrement du monde
avec pour seuls compagnon des hallucinations, des éléphants roses… et encore…

Dites-moi…
Pourriez-vous me dire encore quoi que ce soit ?! »

 

Nos sens perçoivent et transforment illico toutes les informations reçues en messages électriques via les nerfs vers le cerveau. Celui-ci traite, analyse (suivant nos mémoires, nos systèmes de croyances, de survies…) et nous permet ainsi une réaction appropriée dans l’ici et maintenant…

Renouer, se réconcilier avec nos sens,
leur permettre de coopérer,
harmoniser nos sens… sens à la vie.
Voilà l’aventure que tente de vous proposer ce séminaire !

N.B. Dans ce séminaire nous verrons aussi le sens du mouvement ainsi qu’une approche à la clairvoyance, clairaudience et claisentiance.

 

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

 

Relaxation

Installé confortablement au contact de la Terre-Mère
Je suis trait d’union entre le ciel et la terre.
L’énergie Terre monte en moi, l’énergie céleste s’écoule en moi pour s’incarner sur notre Terre-Mère.

J’expire et j’inspire.
J’expire les tensions, les toxines et j’inspire la vie le prana, la joie…
J’expire mes doutes, mes peurs et j’accueille la vie, la beauté, la puissance.

Je suis Un, un avec moi-même, Un avec la Terre, un avec le ciel, Un avec les étoiles, les planètes, l’Univers, Un avec le monde ! UN, UN, UN… !

J’expire et j’inspire
Le sol de la terre m’accueille… je prends le temps de sentir mon corps sur le sol…
Des milliers de propriocepteurs en mon corps me permettent de sentir le contact de mon corps sur le sol.
Je sens l’arrière de ma tête posé vers la terre, le haut de mon dos, le bas de mon dos, mes fesses, mes cuisses, mes jambes, mes talons.

Je ressens, mon corps ressent.
J’expire et j’inspire.

Je peux peut-être ressentir aussi … mes vêtements, un élastique plus serrant peut-être, une bretelle, une ceinture, le contact d’un tissus, je ressens…

Merci ma peau.

J’expire et j’inspire.
Je sens  et j’entends…
Des milliers de petits récepteurs captent les sons autour de moi, des sons proches, des sons plus lointains, des sons aigus, des sons graves ?
J’écoute, j’entends les sons que je réceptionne.
J’écoute, j’entends, une voix  me parle, un fond de musique, les bruits de la rue, la respiration des personnes autour de moi, ma propre respiration, mes battements cardiaques peut-être, j’entends, j’écoute et j’entends.

Merci mon ouïe.

J’expire et j’inspire.
Y a-t-il des odeurs dans la pièce ; quelles sont-elles ? L’air entre par mes narines où de petits propriocepteurs accueillent les informations de senteur, fleuri, doux, âcre peut-être… Je sens, je hume…

Merci mon odorat.

Je me souviens de ce que j’ai dégusté ce matin, hier, lors du plus merveilleux repas de ma vie… mes papilles gustatives se souviennent.
Merci, merci, merci de donner un goût à tous les aliments de ma vie.

Merci le goût.

J’aime aussi à saluer ma vue, celle qui me permet de voir tant et tant de choses de mon lever jusqu’à l’instant de mon  coucher… celle qui me permet de me nourrir de mille et mille couleurs, de mille et mille formes, de mille et mille structures…

Merci…

En moi, ma profonde sagesse va maintenant circuler d’un sens à l’autre, purifier, soigner, réparer, ouvrir, revitaliser, cajoler, harmoniser ces sens qui nous permettent d’entrer en contact avec la vie, avec la terre, avec nos semblables…

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage… se consacre à mes yeux :

la pupille, l’iris, le cristallin, les muscles oculaires, la rétine avec ses cônes et ses bâtonnets, les nerfs optiques et toutes les zones du cerveau associées au traitement des information visuelles.

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens et toutes les parties associées à ce sens…

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans mes yeux et dans toutes les parties de mon système nerveux  qui leur sont associées… cette énergie purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens.

Un œil, deux yeux, pour voir les couleurs de l’arc en ciel – le mauve, le bleu, le vert, le jaune, l’orange, le rouge…. Le rouge, l’orange, le jaune, le vert, le bleu, le mauve… 

Un œil, deux yeux pour voir les millions de couleurs de la vie… les millions de formes, de structure, de matières.

Un œil, deux yeux; je vois l’herbe tendre, les arbres, les fleurs, les oiseaux, le sourire d’un enfant… que c’est beau… Toute cette beauté qu’il m’est donné de voir est pour moi une véritable nourriture céleste… Je me nourris de ces beautés… J’accueille, je reçois ce qu’il m’est donné de voir… Je me ravitaille, je me sustente de toutes ces nourritures célestes…

C’est beau… c’est bon… Je prends un temps avec les couleurs, les images, les formes, les structures qui, peut-être, défilent devant mes yeux… et même si je ne vois pas grand-chose, je sais qu’au fond de moi mes yeux voient…

En moi, ma profonde sagesse après avoir purifié, soigné, réparé, ouvert, revitalisé, cajolé, harmonisé mes yeux, va maintenant faire de même avec mon audition… avec ma capacité à entendre et à traiter les informations auditives qui me parviennent…

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage… se consacre à mes oreilles (à gauche et à droite) et à tous ces petits propriocepteurs munis de cils qui perçoivent, reçoivent, traitent les informations reçues, se consacre au tympan, au marteau, à l’enclume, à l’étrier, aux canaux semi-circulaires de l’oreille, au conduit auditif interne, an nerf auditif et à toutes les parties du cerveau qui leur sont associées.

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens et toutes les parties associées à ce sens…

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans mes oreilles et dans toutes les parties de mon système nerveux qui leur sont associées… Cette énergie purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens.

Je peux entendre, écouter les sons proches de moi, une respiration peut-être, la musique en bruit de fond, les bruits de la rue, des oiseaux qui chantent, les battements de mon cœur ou ma propre respiration… J’entends, j’écoute…

En descendant dans mon cœur… peut-être même qu’une voix de sagesse ou plusieurs voix de sagesse me parlent… Que disent-elles ? Ou peut-être est-ce une douce musique céleste… le chant des oiseaux « du paradis »…

J’entends, j’écoute, j’écoute et j’entends…

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise mes yeux et mes oreilles et toutes les parties de mon corps physique qui leur sont associées …

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans mes yeux, dans mes oreilles et dans toutes les parties de mon système nerveux  qui leur sont associées… Cette énergie purifie, soigne, répare, régénère, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens.

En moi, ma profonde sagesse après avoir purifié, soigné, réparé, ouvert, revitalisé, cajolé, harmonisé mes yeux, mes oreilles, va maintenant faire de même avec tous les autres propriocepteurs de mon corps…
Les propriocepteurs qui captent toutes les informations  des deux mètres carrés de mon corps,
les propriocepteurs de mes deux grands copains, le goût et l’odorat…
et de tous les propriocepteurs situés dans tous les muscles de mon corps, leurs tendons, leurs articulations, ces propriocepteurs qui me permettent d’avoir conscience de mon corps dans l’espace, dans la matière Terre.

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage… se consacre
à ma bouche, aux bourgeons du goût des pailles gustatives et tous les autres propriocepteurs qui définissent tant et tant de sensations…
à mon nez qui hume les parfums de la vie et des aliments que ma bouche accueille…

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise mon goût et mon odorat et toutes les parties associées à ces sens… Je peux peut-être même sentir toute cette activité joueuse et revitalisante… Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps…

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage… se consacre à toute la surface de ma peau, devant, derrière, à gauche, à droite, en haut, en bas à moins que cela soit en bas, en haut, à droite, à gauche, derrière, devant… à toute la surface de ma peau…

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise ce sens du toucher et toutes les parties associées à ce sens…

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… je sens peut-être toute cette vie circuler le long de ma peau, dans les cellules de ma peau !

Ma profonde sagesse, tel un petit ange, telle une petite flamme lumineuse peut-être, ou tel un grand sage…se consacre à tous les petits propriocepteurs situés dans les muscles, tendons, articulations…
Parcourons-les rapidement… les muscles de la face, du cou, de la nuque, des épaules, des bras, des avant-bras, des mains et des doigts, les muscles du torse et du dos, les muscles de l’abdomen, des fesses et des cuisses, des jambes, des pieds et des orteils…

Ce petit ange, cette petite flamme lumineuse purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise tous les propriocepteurs de mes muscles, tendons, articulations et toutes les parties associées à ce sens…

Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans tout mon corps… Peut-être puis-je sentir cette vie, cette énergie qui purifie, soigne, répare, ouvre, revitalise, cajole, harmonise tout mon corps et lui donne cette conscience d’être vivant.

Oui, cette conscience d’être vivant, nourri, comblé par la beauté que captent ces fenêtres sur la vie que sont mes yeux, mes oreilles, mon goût, mon odorat, ma peau et tous les propriocepteurs de mon corps…

Oui, peut-être puis-je sentir cette vie circuler en moi en parfaite harmonie, sans oublier aucune de ces petites fenêtres vers la vie… Tel un pétillement de champagne, telles de petites étincelles de vie, telle une brise de printemps… l’énergie circule dans tout mon corps…

 


Travail et corrections

Alterner modes sens (vue, ouïe….) et mode croisé (index) + mise en circuit (facultatif).

  1. La vision & les modes oculaires

 L’intérêt des mouvements oculaires :

La vie est mouvement, ce qui n’est pas mouvement est statique, inerte, mort.
La vision comprend 70% des récepteurs sensoriels de notre corps.
15% de notre cortex est destiné au traitement des informations reçues par les yeux  (couleurs, formes, textures, mouvements) et près de la moitié du cortex cérébral semble participer à un aspect ou à un autre du traitement des informations visuelles, permettant ainsi une action réponse très rapide et appropriée : choix, décision, mouvement, action et, quelques micro fractions de seconde après, une reconnaissance : prise de conscience de ce qui est perçu.

Les mouvements oculaires permettent de remettre le Mouvement dans notre vie, de sortir de schémas répétitifs, des ressassements, et d’aller de l’avant : choix, décision, mouvement, action, conscience.

Travailler les modes oculaires avec la lumière, les couleurs et/ou dans la pénombre :

Les cônes de la rétine accueillent les fréquences lumineuses visibles par l’œil humain : de la lumière rouge, à l’orange, à la jaune, à la verte, à la bleue, à la mauve et la lumière blanche qui est l’alliance de toutes les couleurs. Les cônes favorisent la vision des détails.
Myosis (gouverné par le système parasympathique) : contraction du muscle de l’iris, diminution du diamètre de la pupille lorsque la lumière est vive.

Les bâtonnets sur la rétine interviennent dans la pénombre, la vision crépusculaire, lorsque la lumière est de faible intensité. Une vision en noir et blanc qui ne distingue  que peu de détails.
Mydriase (gouvernée par le système sympathique) : relâchement du muscle de l’iris, dilatation de la pupille dans la pénombre.

Travailler l’accommodation de l’œil de la vision ‘proche à loin’ et ‘loin à proche’ :

Capacité d’accommodation aux expériences, aux événements de la vie. Capacité à entrer en action et à prendre du recul… Observation.
Capacité à se mouvoir, à se projeter dans le monde.

Travailler les modes oculaires dans ces différentes situations c’est, bien évidemment, stimuler différentes parties du cerveau, différentes situations de vie…
C’est aussi retrouver la capacité à vivre une multitude de situations, d’événements et de passer d’une situation à une autre avec plus de facilité.

Choix, décision, mouvement, action, conscience et changement en toute facilité.  

Pour info… mais attention !

Si ce tableau a pour base la PNL, les mots en italiques sont plutôt une observation dans ma pratique, un développement personnel et n’engagent que moi.
A vous de vérifier par votre pratique, par votre ressenti si cela correspond ! 

Voir tableau ci-joint : Tableau vision et modes oculaires

Si ce tableau est, pour moi, fiable, il est cependant important de garder à l’esprit que :
-         Une personne peut créer ou recréer le passé à partir d’un fait réel, car le passé est trop difficile à regarder de face ! Ce n’est absolument pas pour cela qu’elle imagine, fabule…
-         Le cerveau peut avoir mis en place des systèmes de « déviation » pour cause de stress.
Les entrées/sorties d’une ou plusieurs infos peuvent être inversées dans les                  hémisphères cérébraux et les mouvement oculaires seront inversés, différents…
-         …

Dans tous les cas vous avez toujours la possibilité de tester une info par rapport au mouvement oculaire difficile, les mouvements oculaires à corriger…

Correction : (Tester et/ou observer)

Outils : suivre 2  doigts, paume de la main, lampe couleurs, cartes couleurs, cartes formes, bouteille ou lampe aura-soma…
Distance : toutes les distances (proches ou plus lointains), mais aussi des mouvements de proche à loin et de loin à proche.
Amplitude : Toutes amplitudes possibles : petite amplitude 2 à 3 cm ó grandeurs du champ visuel.
Un œil, l’autre œil, les deux yeux ensemble
Cligner régulièrement des yeux
entre les exercices
Type de mouvements : doux, rapides, saccadés, balayages, déplacements lents, rapides…
Les mouvements : Tous les mouvements, symboles,  positions qui « coincent » ou positions en rapport à l’objectif sont utilisables. N.B. Une seule position peut suffire!

Voici quelques propositions utilisées couramment : Correction vision et modes oculaires

Autre mode de correction :

Longueur d’onde, fréquence du spectre électromagnétique des couleurs
= … couleurs chakras : rougeorangejaunevertbleuindigo
…⇒ Correction par couleur sur Plexus d’énergie, point d’accu et travail d’expansion, d’accommodation, de convergence pour équilibrer les sens !!!

 

2. L’odorat

Souvent mésestimé, oublié, ce sens nous mène, pourtant, par le bout du nez !
Une mémoire impressionnante qui respire !
Lié à de nombreux souvenirs anciens, profonds…
« Le parfum de maman ou de la cuisine de maman, le tabac de papa, l’odeur de la cire ou des draps frais, l’odeur de la maison de grand-père et grand-mère, l’odeur de la fête foraine…
Mais aussi, l’odeur de l’hôpital, d’un incendie… »

Nous réagissons encore aujourd’hui en fonction des odeurs enregistrées dans notre enfance. Cette odeur me plaît, je ne l’ai même pas consciemment remarquée et pourtant je me dirige vers elle sans même m’en rendre compte !

Cent millions de cellules olfactives garnies de plus ou moins 6 cils chacune ont capté et captent encore aujourd’hui les substances odorantes.

L’odorat et sa mémoire intimement unis au goût, goût des aliments bien sûr mais aussi goût de la vie dans son sens le plus général comme dans tous ses petits détails.

Travailler en séance avec des parfums, des huiles essentielles… peut « enivrer » ce sens, et par son impact décontracter, déstresser, transmuter les mémoires du cerveau et du corps.
A cela, vous pouvez ajouter le pouvoir exceptionnel tout personnel de chaque senteur
.

Un deuxième nez :
Encore peu connu, niché dans les fosses nasales, un deuxième nez détecte les phéromones qui à notre insu nous guident vers tel ou tel partenaire. Ce deuxième nez qui nous permet de sentir ce qui n’a pas d’odeur (les phéromones par exemple) nous appelle à sentir ou ne pas sentir telle ou telle personne.

Correction :

Humer une huile essentielle, un parfum, un remède homéopathique, des épices…
+ Éventuellement : bosse frontale, point d’accu, un endroit du corps, mode oculaire…
Ancrer aux pieds.

Proposition d’huiles essentielles pour travail en consultation :
Camomille romaine 5 ml – Chamaemelum nobile : appaisement profond
Laurier noble 10 ml – Laurus Nobilis : équilibre du systhème ortho et parasympatique
Hélichryse : à usage immédiat lors de traumatisme
Mandarinier – Citrus reticulata zestes : anti-stress
Cyprès – Cupressus sempervirens : décongestionnant
Ylang Ylang  - Cananga odorata : aphrodisiaque
Menthe poivrée – Mentha piperita : digestif
Ravintsara – Cinnamomum camphora ct cinéole : augmente l’immunité
Basilic exotique – Ocimum basilicum : antispasmodique digestif et musculaire
Romarin à camphre – Rosmarinus officinalis CT1 : décontractant musculaire
Verveine citronnée – Lippia citriodora : anti douleur, anti inflammatoire, sédative.

Livre facile : Les Huiles essentielles pour votre santé de Guy ROULIER.


3. L’audition

L’oreille capte des milliards de sons, de fréquences, d’intensités différentes.
Elle peut même saisir l’endroit, l’origine d’où proviennent ces sons.
Un moustique dans la pièce, un bébé qui pleure à l’étage, le cri des mouettes, le vent dans les arbres, la parole douce d’un ami, le bruit des travaux de la rue, ….
Les sons accompagnent chaque instant de notre vie… Le silence absolu n’existe pas ! Même dans une chambre insonorisée, notre respiration, nos battements cardiaques sont audibles.

Dressés bien droits, des millions de cils des cellules auditives ondulent, vibrent au gré des vibrations sonores aiguës ou graves.

Correction :
Diapason, xylophone, bols tibétains, piano… par la personne elle-même ou par le thérapeute
+ éventuellement : bosse frontale, point d’accu, un endroit du corps, mode oculaire…
+ une main sur chaque oreille et attendre l’harmonie.
Ancrer aux pieds.

4. Le goût : une multitude de sensations !

 10 000 bourgeons du goût regroupés dans les papilles gustatives de la langue et quelques-uns dans le voile du palais.

Question de goût…, en fonction du pays, de la région, des expériences, de l’éducation, des associations au plaisir, au bien-être ou au contraire au malaise, au dégoût…
Le goût change, se forme, s’éduque…

Le goût est indissociable de l’odorat !
Rhume, nez bouché… nous n’avons plus le goût des aliments.
Brillat Savarin au XIXème siècle dans La physiologie du goût disait déjà :
« … je suis tenté de croire que l’odorat et le goût ne forment qu’un seul sens dont la bouche est le laboratoire et le nez la cheminée ».
Par les narines et l’arrière-nez lors de la déglutition, le nez capte les arômes à chacune de nos bouchées.

Une infinité de saveurs et de sensations.
4 à 5 saveurs primaires que nous pourrions traduire dans notre langage par :
sucré, salé, acide, amer (et, suivant les sources) glutamate de sodium (cuisine japonaise).

Le goût, une infinité de sensations.
Les récepteurs tactiles de la bouche reçoivent toutes sortes d’informations, par exemple :
-       piments, poivres ⇒ activent les terminaisons nerveuses de la douleur et nous donnent cette sensation de piquant ;
-       menthe ⇒ en se dissolvant dans la salive, elle en prélève de l’énergie et donc de la chaleur, les récepteurs du froid sont stimulés et nous donnent cette impression de fraîcheur ;
-       les tanins ⇒ les vins ont tendance à resserrer les tissus de la bouche.

Notre état de santé, l’équilibre de nos hormones peuvent aussi modifier la composition de notre salive. Les aliments en contact avec la salive ainsi modifiée nous donneront une autre perception du goût.

Correction :

Déterminer la zone de la langue (voir livre anatomie).
La personne peut toucher cette zone.
+ Bosse frontale
ou un endroit du corps…
ou mise en circuit et correction de yeux ou toutes corrections…
Ancrer aux pieds.

 

5. Le toucher

La peau (+ 2 m² et 4 kg).
Frontière entre notre monde intérieur et le monde extérieur.
D’une grande souplesse et d’une grande solidité, elle nous protège, nous enveloppe et nous INFORME : une pression, une caresse, un rayon de soleil, un changement de température, la structure d’un tissu, un insecte sur la peau, une douleur….
La peau des doigts, le grand spécialiste pour reconnaître un objet, une matière, une structure, les pièces de monnaie et billets, le braille pour les aveugles.

Correction :

Tester un endroit du corps, déterminer la zone (ex. : 1 cm, une jambe….)
La personne et/ou le thérapeute pose la main (pression légère, forte, tapotement, frottement, pincement, effleurement, caresse….).
Ancrer aux pieds.

 

6. Sens du mouvement

Des millions de propriocepteurs situés dans les muscles, les tendons… nous permettent à tout moment d’être dans la conscience de notre corps, de sa position dans l’espace et ses mouvements sans même utiliser la vision !
Sans eux… impossible de mettre le doigt sur le bout de notre nez, impossible de prendre une fourchette, impossible de tenir debout… Nous aurions tout simplement l’impression d’être un petit fantôme désincarné sans action dans la matière !

Correction : associer toucher, mouvement les yeux fermés, localisation de parties du corps les yeux fermés, mouvement oculaire et petite technique d’intégration cérébrale (voir ci-dessous) et tout ce que vous connaissez !

**********************************


Petite « technique » d’intégration …
facile…. et super géniale !!!

  1. (facultatif) La personne se met en contact avec une activité, une pensée, un but… (ex. : lire, calculer, cuire des pommes de terre, prendre l’avion, accueillir la colère de ses enfants…)
  2. Couchée sur la table… ou éventuellement assisse, la personne devra essayer de lever le bras que vous toucherez en même temps que la jambe opposée ou lever la jambe que vous touchez en même temps que le bras opposé et déposer ensuite bras et jambe rapidement.
  3. Variantes :
    -         yeux ouverts, yeux fermés, différentes positions oculaires ;
    -         toucher les bras et les pieds à différents endroits (main, pied, cuisse, avant, arrière, gauche, droite…) toucher léger, fort…
    -         lever bras et jambe rapidement ou lentement…
    -         dire « jambe gauche »,  « bras droit »… sans toucher.

Ce petit exercice amusant active de nombreuses zones du cerveau qui apprennent à travailler en coopération. Il associe réception d’info visuelle, kinesthésique, auditive… et réponse à l’info.
J’ai vu des changements spectaculaires pour bon nombre de personnes en utilisant cette technique simple.
Les résultats peuvent se manifester dans tous les domaines (émotionnel, mental…).
Les résultats sont bien plus puissants que ceux obtenus dans la marche croisée simple. Ici une réflexion continue, une réception d’infos continue activent de nombreuses zones du cerveau.
C’est avec beaucoup de plaisir que je partage cette petite « technique » avec vous.

Cet exercice peut être utilisé tel quel, à la maison, ou « corriger » en séance à l’aide des techniques que vous possédez déjà ou de la façon suivante :
(
N.B. : corriger dans la position oculaire, yeux ouverts ou yeux fermés)

  1. Une main de chaque côté (gauche, droit) de la tête. Attendre que la paix soit dans les deux hémisphères et que votre main gauche puisse parler à votre main droite et vice et versa.
  2. Superposer vos deux mains sur la ligne médiane au sommet du crâne (corps calleux) et sentir la possibilité de passage de gauche à droite et de droite à gauche.
  3. Une main sur chaque tempe, ici, vous pouvez apporter la paix et l’harmonie au cerveau « émotionnel ». Attendre que tout soit fluide.
  4. Une main à la base du crâne (tronc cérébral) et une main sur le haut du front. Attendre que tout soit fluide, qu’il y  ait communication.
  5. Revenir aux points 1 et 2 en sachant que la fluidité et l’harmonie circulent dans tout le cerveau.
  6. Ancrer en tenant les pieds, puis les mains.

N.B. : Cette « correction » peut être renouvelée un nombre considérable de fois dans de multiples occasions… stress intellectuel, émotionnel, mental, difficultés d’apprentissage, concentration, mémorisation…
Vous pouvez l’utiliser pour vous-même, pour vos petites têtes blondes ou brunes, sur vos amis, … … en toute circonstance… (dans l’avion, les pieds en l’air, dans la piscine…)

Bon amusement !

 

 **********************************

 A la fin du séminaire:
 

Interrogation écrite :

  1. Quels sont les différents sens, quelles sont leurs fonctions… !!! Ne pas tricher, ne pas aller voir dans le syllabus… ! 
  2. Qu’avez-vous reçu par ce séminaire ? 
  3. 3 vœux ou plus à réaliser par rapport à vos sens dans les jours et mois à venir : 
  4. Quelle(s) direction(s) choisissez-vous de suivre après ce séminaire ?

 

 

Nieuwborgh Josiane – 5 sens 2003

Barrières et sabotages

image_print

 BARRIÈRES

SABOTAGES

& Cie

DSCN7159 

Au-delà  de la correction,
au-delà des informations données,
ce sera toujours l’état de présence et d’accueil,
qui fera la différence.

Soyez dans l’observation, la présence, l’accueil,
ne jugez pas.
Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises réponses.
Il n’y a même pas de réponses déterminées.

Il y a simplement un chemin,
un chemin qui diffère pour chacun,
qui diffère suivant le vécu, la généalogie ;
les choix et les buts de la personne qui vient à vous.

Vous n’avez aucune réponse.
Vous êtes le portier qui ouvre les portes.
Le choix de les franchir ou de les refermer
appartient toujours à la personne qui vous rencontre.

Et même parfois… vous ouvrirez des portes
que vous ne connaissez pas vous-même,
qui seront contraires à vos systèmes de croyances,
et là, vous serez sans attentes, sans préjugés…

Vous serez libre pour vous-même,
libre de laisser l’autre s’envoler
vers les horizons de sa vie.
Libre dans… et avec la Vie.

 DSCN1286

 

 **********************************


Bonjour, bonjour,

Partager ce séminaire avec vous, c’est un peu partager ma vie.

Ce qui m’a amenée à écrire, rédiger ces pages, a trouvé son origine dans mon vécu, dans les événements qui ont jalonné mon existence, dans les séminaires suivis, les livres lus, les personnes rencontrées sur mon chemin, les observations faites dans ma pratique…

Ce séminaire sera peut-être pour vous, comme pour moi, une des multiples pièces du puzzle sans fin de la vie.

Que votre puissance intérieure règne en votre cœur, en votre corps et sur votre Univers.

La seule vérité, la seule solution est à l’intérieur de vous et non à l’extérieur.

Ce séminaire est ici comme une  proposition, il n’est pas la solution ! Vous êtes seul maître de votre « solution », de votre « vérité ».

Josiane
Septembre 2003

  « Lorsque vous avez mal à la tête…
vous pouvez prendre une aspirine
mais vous n’êtes pas l’aspirine ! »

DSC02500_2

 **********************************

 

Petites définitions

 

Barrière : Barrière, écran, porte fermée entre la solution et la personne. Je ne peux pas avancer, la barrière est fermée. Je peux regarder au-dessus, au travers… mais je ne peux avancer. 

Le risque : Retourner en arrière, tourner en rond, attendre sans fin, rester figé le regard dans le vide.

Sabotage : La solution est dangereuse pour moi, elle réveille des peurs (souvent viscérales), des doutes ; elle est contraire à ce que je perçois comme sécurisant, confortable. La solution peut être contraire à mes apprentissages ; changer serait une infidélité à des acquis familiaux ou autres…

Position très inconfortable : une partie veut changer, l’autre sabote la possibilité de changement.

Le risque : Mettre tout en place pour que rien ne change. Sensation de déchirement intérieur, impression qu’il n’y a pas de solution, tendance à remettre la faute sur l’extérieur, les autres…

Blocage : Incapacité d’avancer, de reculer, d’aller à gauche ou à droite. L’énergie est bloquée. Je ne sais pas où je suis, je ne vois plus rien, je ne comprends rien, rien n’est clair… arrêt sur image.

Le risque : Paralysie, brouillard, confusion, léthargie, impuissance, inertie.

Faille : Il existe en moi une faille, une partie non construite ou « ouverte » par laquelle les énergies extérieures entrent (colère, agressivité, gentillesse, affection, passion, impertinence, brutalité…). Ces énergies entrent en moi et je ne peux pratiquement pas vivre ce que je désire vivre.

Impression d’être transpercé dans une plaie ouverte ! Impression de se vider de son énergie dans une situation donnée.

Le risque : Ne pas être en contact avec son propre pouvoir ; subir éternellement les mêmes « coups de couteaux ».

Croyance limitative : Une croyance et non une réalité m’empêche de réaliser mon potentiel, de vivre ma liberté. Une croyance (ce que je crois, croîs) limite la puissance de mon âme. Je ne peux donc pas me réaliser.

Les croyances sont mises en place par nos expériences, par notre besoin d’être aimé, reconnu, par les croyances familiales, culturelles, sociales…

Le risque : Ce que je crois bride ma liberté, mon extension. Pas de croissance, d’expansion, d’aventure, d’abondance…

Virus : Un virus est comme un code mathématique qui engendre une programmation différente, le virus se développe tandis que la personne devient de moins en moins capable de se retrouver. Une info mathématique programmée principalement en embryologie, au niveau cellulaire, cela pourrait faire penser à un cancer…à une prolifération indifférenciée…

Lorsqu’il y a  « virus », nous pouvons nous couper de certaines parties de nous-même afin de ne pas laisser de place au virus. Vous pourriez aussi déceler des petits virus malins qui se déplacent lorsqu’ils sont localisés (voir les modes : énergies/entités/transfert).

Le risque : Qui suis-je ? Où suis-je ? Je ne comprends plus rien à rien ! Je ne suis pas moi-même.

 Démotivation : J’ai perdu l’énergie me permettant de suivre ma direction. Je ne suis plus en contact avec ma Puissance intérieure, mon Potentiel (pot-en-ciel), mes ressources.

Le risque : Tout attendre de l’autre, se laisser vivre, se laisser mourir, vivre = mourir.

 

 

 ********************************** 

 

 

Petite histoire de Moiperdue

DSCN0714_2

Une coccinelle épuisée par la vie décide de s’endormir à tout jamais…
Oh, n’allez pas croire qu’elle démissionne, qu’elle est faible, sans défense, ou qu’elle n’a plus toute sa tête… Non ! Simplement, elle est fatiguée, épuisée…
Quand on lui demande son âge, elle répond :
« Je n’ai pas d’âge »
ou encore
« J’ai 197 ans ».

Le champ où elle a vu le jour est triste, gris, empli de la pollution d’une usine toute proche.
Les habitants de ce champ sont bruyants, sans aucun respect de l’environnement…

Et puis,… il y a tant à faire… laver et peigner les brins d’herbes salis par l’usine, s’occuper des deux grands-pères, des deux grands-mères, du conjoint, des enfants et tout cela dans un bruit, une odeur… beurk… c’est écœurant, fatiguant !
Oh ! Tout cela se fait de « bon cœur », enfin cela en a « l’air »… un air bruyant, malodorant, écœurant…

Cette petite coccinelle, je vous propose de l’appeler « Moiperdue ».

Moiperdue se sent bien seule ! Agressée par le contexte dans lequel elle vit. En activité permanente pour le bien de ceux qui l’entourent, elle laisse à gauche et à droite des parties d’elle-même pour ne pas déranger, pour ne pas prendre de place, pour ne pas « faire-mal »…
Moiperdue n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Un matin, elle décide de faire quelque chose pour s’en sortir et décide de demander de l’aide à ses connaissances et de consulter les « Grandecoccinelles ».
Elle prend donc de nombreux rendez-vous.
Elle ira ainsi consulter un psychosolution, un géosolutionmaison, un gourousolution, un carapacesolution, un corpsespritsolution… et j’en passe, je n’ai pas tout retenu !

Désirez-vous connaître la suite ? Ou peut-être connaissez-vous la suite pour l’avoir vous-même vécue ?
Peut-être que votre histoire ne sera pas la même que celle de Moiperdue… Nous allons voir…

Revenue de toutes ces consultations, Moiperdue se trouve avec un plein sac d’informations variées reçues de partout. En voici quelques-unes:

  • C’est à cause de ton arrière-grand-mère… Elle n’a pas épousé le beau prince charmant qu’elle avait rencontré.
  • Pendant que ta maman t’attendait, elle a fait une grosse déprime et voulait que tu quittes son ventre.
  • Le champ où vous habitez, très chère, est invivable.
  • Votre alimentation est très nocive… vous prenez trop de… pas assez de…
  • Votre milieu de travail est très stressant, votre patron vous exploite… !
  • Votre conjoint est un égoïste, fainéant et dictateur ; que faites-vous encore avec lui ?
  • Vos enfants sont des ingrats, vous devez les discipliner !
  • C’est normal que vous vous sentiez épuisée… personne ne s’occupe de vous, personne ne fait attention à vous…

Je ne pourrais écrire tout le contenu du sac d’information… il me faudrait un livre entier pour relater tout ce qui lui a été Affirmé !

Portant le sac de toutes les - « ses ? » – informations, toutes ces vérités reçues des Grandescoccinelles, Moiperdue s’est sentie très… perdue…
Non seulement, elle s’est sentie encore plus fatiguée… mais surtout, surtout… elle ne savait plus qui elle était…

Elle croyait tout ce qui lui avait été dit ; elle était certaine que les Grandescoccinelles possédaient « Toute La Sagesse Du Monde ».

Une « tranche » de Moiperdue était dans ses convictions face à la vie, d’autres parties dans le «bienfairepourlesautres», une autre chez le psychosolution, une autre chez le géosolutionmaison, chez le gourousolution, chez le carapacesolution, chez le corpsespritsolution… et… et… et, et j’en passe…

Mais alors, vous allez peut-être vous poser des questions du genre : … « Où est maintenant Moiperdue ? » « Qui est Moiperdue réellement… ? » « Comment pourrait-elle s’en sortir ? »…

Et je vous répondrai… Moiperdue est dans son cœur, dans son âme, dans son corps… Peut-être l’a-t-elle oublié…
Peut-être pourra-t-elle, un jour, récupérer tous les morceaux d’elle-même laissés à gauche et à droite, devant (dans le futur) et derrière (dans le passé).
Peut-être pourra-t-elle, un jour, réunir en un seul cœur, en une seule âme, en un seul corps, toutes ses expériences et ramener à elle toutes les parties éparpillées au gré des vents de la vie.
Peut-être, un jour, pourra-t-elle faire le tri dans toutes ces informations.
Peut-être, un jour, pourra-t-elle donner de l’énergie à la beauté, à l’amour et non plus aux « problèmes ».
Peut-être un jour, pourra-t-elle lâcher l’écran « de ses problèmes, de ses bobos, de ses croyances » pour enfin participer à la vie, vivre sa vie, vivre ses désirs les plus fous.
Peut-être un jour…
Je le lui souhaite de tout cœur.

Au fait, j’avais oublié de vous mentionner un tout petit détail… :
Moiperdue était un surnom que lui avait donné son entourage… en réalité, elle s’appelait « Puissancerayonnante ».

 DSC02510_2

 

**************************

IMG_1207_2 

La formulation d’un objectif, d’une affirmation 

  1. Pourquoi formuler, préciser un objectif, une affirmation ?

Formuler un but, une affirmation… c’est déjà prendre conscience que l’on existe… que l’on existe aussi pour soi-même. C’est prendre conscience que l’on peut changer des choses ou espérer changer des choses… C’est prendre conscience de ce qui m’empêche d’avancer, de ce dont j’ai besoin pour avancer. C’est prendre sa vie en main ! C’est sortir de la mort pour aller vers la Vie.

  1. Comment, en séance, accompagner la formulation d’un objectif ?
    Être observateur de la personne qui réalise son objectif. Prendre le temps

Il est évident que le mot « joie » pour moi a une signification et probablement une autre pour vous et une autre, encore, pour la personne qui traverse la rue…
Il me paraît donc important de ne pas proposer des mots ou des formulations à la personne.
Par contre, il me semble essentiel de lui laisser la possibilité de choisir les mots, la formulation qui parle à son cœur, à son âme, à son présent, son passé… !
L’aider à formuler son objectif ou son affirmation avec nos mots à nous la guide sur notre chemin et non sur le sien !
Il est donc important de ne pas proposer, intervenir, suggérer, intervenir avec nos croyances, peurs, vécus, pensées… personnelles, avec notre vision des choses,…nos filtres.
Si nous étions tous des bouchers, qui élèverait le bétail et qui viendrait acheter en notre magasin?
Il en est de même dans la vie… nous avons tous un chemin de découvertes…
Le « rôle » du kinésiologue est d’amener la personne à se découvrir sur son chemin et non de lui « imposer » un « contrôle » [contre-rôle].
La seule vérité est au sein même de la personne !

  1. Des petites questions, formulations pouvant aider la personne à aller vers le meilleur d’elle-même ; éclaircissement à l’aide des mots formulés par la personne :
  • Si un petit lutin (une petite fée bleue, un beau génie…) passait cette nuit et te proposait de changer quelque chose en toi (attitude, compétence, comportement, aptitude…), que lui demanderais-tu ?
  • Comment aimerais-tu te lever demain matin et/ou tous les jours de la semaine ?
  • Et si tu avais …. (reprendre les mots de la personne) quelle est la première chose que tu accomplirais ; à quoi verrais-tu que cela fonctionne… ?
  • Si tu étais capable de…, si tu avais…, si tu étais…, quelle serait la première chose qui serait transformée dans ta vie ? Comment te sentirais-tu ?
  • Donc, ce que tu désires….
  • Si je comprends bien…
  • Si j’entends bien ce que tu me dis…
  • Donc, pour toi, la première chose à travailler c’est …
  •  … … …

 Vous pouvez aussi régulièrement répéter des mots-clés, des morceaux de phrases, des phrases…

 

***********************

 

 

Sabotage par formulation verbale….

Ou comment nous nous sabotons avec des mots.

 Ou… comment ne plus tourner le dos à nos objectifs avec des mots.

DSCN1450

  1. Un mot en passant qui peut révéler bien des choses

Un jour, une jeune femme me disait : « Je ne comprends pas… je me sens très mal, plus mal qu’avant alors que je me désangoisse méchamment ».

Question… « En quoi, pour vous, se désangoisser est-il méchant ? » Il est évident que si se désangoisser est méchant, je ne pourrai pas me sentir bien !

Une autre jeune dame ayant un surpoids disait régulièrement dans la conversation : « C’est lourd, je porte » ou encore, « J’attends que ça se tasse »… Cela exprime à la fois un ressenti mais aussi une croyance qu’il faut porter même si c’est trop lourd, qu’il faut se taire, tasser les choses…

  1. Il faut, je dois… & le verbe faire

Toutes les croyances de nos parents et de la société apprises dans notre enfance et très probablement contraires au désir de notre âme ou tout au moins chargées de beaucoup d’émotions du passé.

Le matin, lorsque je vais me lever, si je me dis… « Il faut tatata, je dois tatata… »,  je n’ai qu’une envie, c’est de me recouvrir la tête à l’aide de ma douce couette de laine !

Faire  = souvent : ‘je dois, il faut…’  Faire peut-être l’antagoniste de être.

  1. Les verbes terminant par « -rais et -erais » :

J’aimerais, je voudrais et tous les conditionnels qui ne se réalisent jamais, qui ont tendance à rester dans le rêve, l’illusion, le virtuel, le non-accessible !

Conditionnel = ‘Je ne crois pas que je peux le réaliser’.

  1. Les verbes statiques : rester, demeurer… alors que la vie est mouvement :

Rester, demeurer… alors que la vie est mouvement…
Ex. : « Je reste calme en toute circonstance… »
Mmmoui, le rêve est permis ! Voir point 7.
N’oublions pas que la vie est mouvement… Utiliser des verbes statiques arrête le temps.
⇒ Conflit avec le mouvement de la vie.
Un objectif est mouvement… Il est dans la vie, il est dans l’action.

  1. Les verbes perdre, quitter, abandonner, renier, renoncer, résigner, céder, se soumettre

Avez-vous vraiment envie de perdre ? Avez-vous vraiment envie de renoncer ?…
Vous allez répondre… cela dépend « quoi ! »
Mmmoui très bien… en attendant votre cerveau a entendu perdre et scanne toutes les émotions qui y sont liées… y compris le sac de gymnastique que vous aviez perdu à l’école… alors… bonne chance !

  1. Attention aussi  aux  verbes tels que : résister, lutter, gérer
  1. Précision de mots :

Notre passé peut être lourd d’expériences perçues comme non-constructives, paralysantes, dévalorisantes…et le cerveau ne veut pas renouveler l’expérience.  Une affirmation, une phrase peut être mieux reçue, plus efficace, si elle contient de petits mots qui permettent un changement sans les blocages du subconscient.

  1. Objectif réalisable, mesurable, atteignable… :

Ex. : « Rester calme en toute circonstance », « Courir plus vite qu’un TGV… » sont des objectifs difficilement atteignables par le commun des mortels…
Si nous désirons qu notre subconscient coopère, veillons à lui formuler des objectifs atteignables.

 

 

*************************

 

Quand les parties du cerveau ne coopèrent pas.

DSC02020_2

L’UNIVERS est infini…

Alors,
Pourquoi notre cerveau est-il si souvent immobilisé par une image, une pensée ?
Pourquoi sommes-nous condamnés à écouter les rouages continus des pensées défilantes ?
Pourquoi  nos émotions nous ensevelissent-elles ?
Pourquoi réagissons-nous comme les animaux de la faune sauvage, aux aguets, prêts à la fuite ou à  l’attaque?

Pourquoi ?

Mais surtout, comment nous en sortir…

Métaphore d’intégration

 (À  utiliser seule ou avec la petite technique d’intégration facile décrite plus bas)

Dans ta main droite se trouve posé ton hémisphère droit, celui qui te permet de réfléchir, d’analyser, d’observer les détails, de choisir, de faire un essai, un effort… c’est l’hémisphère du langage.

Dans ta main gauche se trouve ton hémisphère gauche, celui qui agit de façon spontanée, intuitive. Il a une vue d’ensemble, il est orienté sur l’instant présent, sur les sentiments, les émotions.

Lentement, à ton rythme, tu vas laisser tes deux mains se rejoindre.

L’hémisphère gauche rejoint progressivement l’hémisphère droit ; ils vont coopérer, vivre, jouer ensemble… Tu pourras ainsi réfléchir et être spontané. Tu pourras ainsi étudier le détail d’une situation tout en gardant une vue d’ensemble. Tu pourras ainsi faire et être en même temps…

Lorsque tes mains se sont rejointes, l’hémisphère gauche s’associe à l’hémisphère droit.

C’est tout ton cerveau qui fonctionne en association. L’énergie, les infos y circulent, fluides, en harmonie.

Les réflexes de survie, les émotions s’associent à ta capacité à réfléchir, choisir, partir à l’aventure de la vie.

Le passé rejoint le présent en prévision du futur…

Tu es Un.
Un de toi à toi.
Un de toi par toi.
Un de toi pour toi.
UN.

En bref… notre cerveau :

1. Les hémisphères cérébraux :

 Voir tableau ci-joint : tableau notre cerveau_hémisphères

2. Le cerveau reptilien

Contient les réflexes de survie les plus primitifs.
Réagit quand il perçoit la vie en danger.

 

Sous stress :

  • immobilisation du reptile
  • incapacité de bouger, inhibition à l’action
  • incapacité de recevoir des infos, comprendre ce qui est, s’exprimer
  • incapacité à faire confiance à notre corps, confiance en la vie…
  • incapacité à interagir avec l’environnement

Danger, ne bougeons plus, alors que le cerveau émotionnel réagira par l’agressivité, la lutte, la fuite….

3. Cerveau émotionnel, limbique

Responsable de la survie de l’espèce et de ses acquis.
Il réagit émotionnellement par rapport aux croyances de l’espèce : c’est bien, c’est mal !
Ce n’est pas le fait qui provoque la réaction mais ce que je crois, ce que je pense par rapport à ce fait…, ma façon « limbique » de voir le fait.
Contrairement au cerveau reptilien qui réagit pour protéger ma vie, (= réaction de survie), ici, je réagis, alors même que ma vie n’est pas en danger.

Il est programmé par

  • Le dressage : conditionnement culturel, apprentissage volontaire, induit, conscient ou inconscient…
  • En fonction de son expérience personnelle, émotionnellement, il mémorise, enregistre des comportements, des attitudes, des techniques, des mouvements, tels que : parler c’est pas bien, marcher vite c’est bien, descendre un escalier est dangereux, conduire une voiture c’est être libre…
  • Par l’instinct grégaire (programme génétique) responsable d’un grand nombre de nos comportements:
    -
    instinct maternel
    -
    besoin de se regrouper, d’être aimé, considéré
    -
    esprit de compétition
    -
    soif de pouvoir
  • Reproduction de l’espèce au mieux pour l’espèce… ici, pas de raison… juste des pulsions à reproduire ou aussi en fonction de ce que je pense être bien.


 

***************************

 DSC02231_2

 

Petite « technique » d’intégration … facile…. et super géniale !!!
= « 
pour remettre les idées en place »
= augmenter le ‘pot-en-ciel’ cérébral,
permettre au cerveau de travailler dans son intégralité.

  1.  (facultatif) La personne se met en contact avec une activité, une pensée, un but… (ex. : lire, calculer, cuire des pommes de terre, prendre l’avion, accueillir la colère de ses enfants…)
  2. Couchée sur la table… ou éventuellement assisse, la personne devra essayer de lever le bras que vous toucherez en même temps que la jambe opposée ou lever la jambe que vous touchez en même temps que le bras opposé et déposer ensuite bras et jambe rapidement.
  3. Variantes :
    -
    yeux ouverts, yeux fermés, différentes positions oculaires
    -
    toucher les bras et les pieds à différents endroits (bras, main, doigt, pied, orteil, jambe, cuisse, avant, arrière, gauche, droite…) toucher léger, fort…
    -
    lever bras et jambe rapidement ou lentement…
    -
    dire « jambe gauche »,  « bras droit »… sans toucher
    -
    toucher chaud, froid.

Ce petit exercice amusant active de nombreuses zones du cerveau qui apprennent à travailler en coopération. Il associe réception d’info visuelle, kinesthésique, auditive… et réponse à l’info.
J’ai vu des changements spectaculaires pour bon nombre de personnes en utilisant cette technique simple.
Les résultats peuvent se manifester dans tous les domaines (émotionnel, mental…).
Les résultats sont bien plus puissants que ceux obtenus dans la marche croisée simple. Ici une réflexion continue, une réception d’infos continue activent de nombreuses zones du cerveau.
C’est avec beaucoup de plaisir que je partage cette petite « technique » avec vous.

Cet exercice peut être utilisé tel quel, à la maison ou pour « corriger » en séance à l’aide des techniques que vous possédez déjà ou de la façon suivante :
(N.B. : corriger dans la position oculaire, yeux ouverts ou yeux fermés)

  1. Une main de chaque côté (gauche, droit) de la tête. Attendre que la paix soit dans les deux hémisphères et que votre main gauche puisse parler à votre main droite et vice versa.
  2. Superposer vos deux mains sur la ligne médiane au sommet du crâne (corps calleux) et sentir la possibilité de passage de gauche à droite et de droite à gauche.
  3. Une main sur chaque tempe, ici, vous pouvez apporter la paix et l’harmonie au cerveau « émotionnel ». Attendre que tout soit fluide.
  4. Une main à la base du crâne (tronc cérébral) et une main sur le haut du front. Attendre que tout soit fluide, qu’il y  ait communication.
  5. Revenir aux points 1 et 2 en sachant que la fluidité et l’harmonie circulent dans tout le cerveau.
  6. Ancrer en tenant les pieds, puis les mains.

N.B. : Cette « correction » peut être renouvelée un nombre considérable de fois dans de multiples occasions… stress intellectuel, émotionnel, mental, difficultés d’apprentissage, concentration, mémorisation…
Vous pouvez l’utiliser pour vous-même, pour vos petites têtes blondes ou brunes, sur vos amis, … … en toute circonstance… pour être libre dans la tête et dans le corps et retrouver toute liberté de mouvement… (Dans l’avion, les pieds en l’air, dans la piscine…)
Bon amusement !

DSCN7152

 

*******************************

 

Transgénérationnel

DSCN7780_2

 …N.B. … les verrous sont à … l’intérieur…

 

 « Riches et construits de notre passé,
ancrés dans notre présent,
suivons notre voie (voix)
et non la voie (voix) du sang
qui nous apparaît, ici et maintenant,
dépassée, ankylosante,
et même parfois franchement nocive.

Libérons-nous de nos fidélités révolues. »

 

Introduction :

C’est dans l’ici et maintenant, à chaque instant de notre vie, que nous créons notre histoire.
Nous sommes, bien évidemment, notre présent. Et nous sommes riches, construits de notre passé proche, de notre passé lointain. Nous sommes le chemin parcouru par nous-mêmes et le long chemin parcouru par nos ancêtres, ceux et celles grâce auxquels nous sommes, un jour, arrivés sur cette planète.

Merci à vous, mes ancêtres, de toutes les découvertes, de toutes les expériences bonnes et moins bonnes qui ont participé au chemin d’évolution intellectuelle, technologique… mais aussi au chemin de la Sagesse.       
Dans chaque personne de mon arbre généalogique, je sais que je peux découvrir simultanément un roi, une reine et un mendiant ou une mendiante ; dans chaque personne de mon arbre, je sais qu’il y a le beau, le pur et les blessures, la souffrance.

Dans les nombreuses informations transmises dans nos gènes, nos comportements, notre éducation, très nombreuses sont celles qui sont vitales, positives, constructives… de véritables révélations.
De nos souvenirs, nombreux sont joyeux, réconfortants, stimulants…  
Une merveilleuse base d’expansion et de réalisation !!!           

D’autres informations, d’autres mémoires d’expériences apparaissent pour nous, aujourd’hui, dépassées, ankylosantes et parfois même nocives.
Il est donc important pour nous-mêmes, pour notre présent, mais aussi pour la continuation d’une belle évolution de nous autoriser à nous en « dés-identifier », à nous en libérer, à nous en alléger, à nous en désolidariser, à nous en différencier, à nous en dissocier.        
Suivre notre voie – notre voix – et laisser la voie – la voix – du sang qui n’est est plus aujourd’hui appropriée.

Mettre en évidence le temps passé ne veut pas dire faire le procès de nos ancêtres, juger, psychanalyser…! En aucun cas il ne s’agira de remettre la faute sur le passé, les ancêtres… Soyons en contact avec nous-même, arrêtons de donner de l’énergie à un passé révolu !    

Établir un génosociogramme, c’est trier les armoires du passé, jeter le superflu, l’inadapté, et donc faire de la place au présent afin de retrouver notre propre pouvoir, notre liberté d’être. Établir un génosociogramme, c’est contacter nos racines, c’est retrouver une place dans une société, c’est recontacter des moments merveilleux, riches de douceurs, de chaleur, d’humour… pour vivre le présent.

Cette opération « chirurgicale » ne se réalise pas en un jour, c’est une voie de chaque instant de la vie. C’est, progressivement, devenir conscient de qui nous sommes vraiment et de notre place sur la terre.

Cette opération « chirurgicale » peut laisser une impression de grand vide, de lassitude…    
Se débarrasser des charges, des poids du passé peut donner l’impression de tout perdre, de ne plus se retrouver… En effet, nous pouvons ne plus nous re-trouver mais … nous pouvons, enfin, nous trouver.
Se trouver peut aussi amener un cortège de sensations, d’émotions.    
Accueillez-les, accueillez-Vous !         

Bonjour à vous, bienvenue à qui vous êtes !    

 DSC00924_2

 

GENOSOCIOGRAMME

DSC00164_2

 « Découvrons nos racines, notre base de création et d’expansion ».

« Partons à la découverte des mots non exprimés, des non-dits…
qui s’expriment en maux dans la descendance.
Dégageons les fidélités, les loyautés à nos ancêtres
qui nous privent de notre liberté, de notre bien-être et/ou de notre santé ».

Suivant ce que vous pouvez retrouver:
Si possible avec âge ou mieux : dates précises !
Les émotions, les sensations, les effets, les conséquences liées aux événements – tant pour les personnes concernées que pour l’entourage – sont des informations très intéressantes !
Accepté, non-accepté, renié, caché…
Spécifiez : confirmé, approximatif, probable, supposé… et la source des informations lorsqu’il n’y a pas d’écrit.

Bonne chance & bonne découverte aux pays de vos ancêtres !

1. Nom et date de naissance :

Noms, prénoms, surnoms & diminutifs.
Qui a choisi le(s) prénom(s) et en fonction de qui ou de quoi ?
D’autres personnes portent-elles ce prénom (famille, ami, roi, reine, archange…)
Date de naissance : (ex. : samedi 13 septembre 2003).
Heure de naissance: (ex. :19h58 ; stipulez : heure précise, approximative ou supposée).
Pays, ville, commune…
Rang dans la fratrie (ordre de naissance, en comptant les enfants décédés, morts-nés, IVG, demi-frère, demi-sœur).
Signification, traduction, origine des noms, prénoms.

2. Conception et grossesse :

Date de conception (stipulez : date précise, approximative ou supposée).
Programmée, non prévue, accident, agression (abus), sous contraceptif, hors (avant) mariage, mariage des parents pendant la grossesse, « à cause » de la grossesse.
Traitement par hormone, in-vitro, fivete…
Circonstances: désirs, projets des parents à la conception ; vie des parents à la conception.
Désir de l’enfant, enfant très (trop) attendu, pensée ou essais d’interruption de grossesse.
Médicaments importants pris pendant la grossesse, difficultés à maintenir la grossesse.
Événements importants durant la grossesse (départ, abandon, séparation, accident, décès, déménagement, changement de pays, de nationalité, événements naturels, événements politiques nationaux, internationaux…).

3. Naissance :

Circonstances à la naissance : durée, césarienne (+ cause de la césarienne), péridurale, anesthésie générale, accouchement provoqué, forceps ou ventouse, siège, cordon autour du cou, prématuré, postnatal, couveuse, hémorragie, risque de décès pour la mère et/ou l’enfant, enfant né cyanosé/bleu, pas de cri et/ou respiration à la naissance, accident ou maladie/déformation à la naissance, jaunisse, soin particulier…
Séparation à la naissance de l’enfant et sa maman (cause : soins particuliers, autres…)
Un parent ou deux parents présents.
Accouchement à l’hôpital, à la maison, dans un pays étranger, sur mer, en avion…
Poids et taille de naissance, particularités.
Nationalité à la naissance.
Mère célibataire ; non reconnaissance par le père biologique ; abandon à la naissance.
N.B. Veuillez noter aussi les fausses-couches, les enfants morts-nés et les noms proposés pour ces enfants ainsi que les IVG (interruptions volontaires de grossesse) !!! Très important !!!
Dans le cas de naissances multiples (jumeaux…) : nombre de poches, déclarés vrais ou faux jumeaux… temps entre la naissance des jumeaux…
Conditions matérielles et familiales à la naissance.
Événements importants à la naissance (départ, abandon, séparation, accident, décès, déménagement, changement de pays, de nationalité, événements naturels, événements politiques nationaux, internationaux…).
Date de baptême…

4. Désirs des parents par rapport à l’enfant :

Garçon, fille, blond, grand, ne louchant pas, ayant du caractère… tous les désirs…

5. Nationalité – Adoption :

Nationalité, double nationalité, changement de nationalité, naturalisation (dates importantes).
Adoption ou famille d’accueil (nom…frère, sœur des parents adoptifs) nationalité d’origine et des parents pour les enfant adoptés.

6. Parrain, marraine :

Noms, prénoms, lien avec le couple de parents, particularités de vie, profession… Rôle dans la famille et/ou par rapport à l’enfant.

7. Maladies, accidents, traitements, opérations :

a) Maladie physique /Hospitalisation/Sang – Histoire de sang/Transfusion de sang.
– Handicaps… manque de mobilité.
– Cancer.
– Tuberculose, syphilis, gale, peste…
– Toutes maladies importantes (respiratoire, pulmonaire, circulatoire, cardiaque, digestive
…) ou organes touchés… :
– Amputation.
– Mauvaise utilisation des sens (toucher, vue, ouïe, odorat, goût)…
– Articulations, os, dents.

b) Maladie ou déséquilibre dit « nerveux » ; dépendances ; troubles du comportement.
– Maladie mentale avec/sans hospitalisation et soins particuliers/psychiatrie.
– Dépressions importantes ou chroniques – Mélancolie.
– Alcoolisme, tabagisme, drogue (préciser).
– Boulimie/anorexie.
– Troubles du langage.
– Asthme, eczéma.
– Tics, manies, comportements obsessionnels, obsessions.
– …

c) Accident, catastrophe naturelle (inondation, incendie,…)
Circonstances : lieu, matériel ou personnes en cause. 

Séquelles : physiques, psychiques, matérielles.

8. Particularités :

Traits physiques particuliers, malformations, taches de naissance.

9. Maisons, habitats (très intéressant):

Qui habite dans la maison, maison partagée, indivision… Quelles sont les personnes vivant sous le même toit.

10. Études, professions, sports de haut niveau, loisirs importants, arts, fortune :

Genres, réussites, diplômes, échecs, renvois, … sports de hauts niveaux, loisirs importants, talent artistique, métier d’art… Indépendant, patron.
Changement d’étude, de profession. Métier effectué par rapport à la formation.
Héritage (spécifier : en accord, avec dispute, spoliation, …).
Fortunes. Retour de fortune ; liquidation judiciaire, faillite, huissier, reprise de faillite. Changement de classe sociale (raisons : mariage…).

11. Endroit de résidence, déménagements, déracinements, changements de nationalité :

Pays, ville, village, commune…
Choix ou obligation ? Cause et conséquence !
Déménagements, changements de pays, changements de nationalité.
Migration. Voyage important à l’étranger.

12. Guerre !!! Les dates sont importantes si vous le pouvez !!!

La ou lesquelles – régions.
Participation/rôle/circonstances/conséquences : travail, résistant, déportation, camps.
Événements particuliers.

13. Violence, maltraitance :

Violence physique et/ou morale, agression, abus, viol, crime, suicide, problème relationnel important (exclusion, rejet, abandon, reniement, déni, oubli, mésentente, disgrâce, injustice, persécution, …).
Conséquence de dépendance (drogue, alcool, jeux…).

14. Incarcération :

Garde à vue, maison de correction, prison justifiée/non justifiée ; causes et raisons.

15. Rencontre, mariage et remariage ou concubinage, célibat, premier(e)petit(e) ami(e) :

Dates de la 1ère rencontre.
Dates.
Raisons particulières (mariage de raison, arrangé par les parents, régulariser une situation (enfant).
Oppositions faites au mariage, à la relation.
Mariage mixte.
Relation à distance.
Relation virtuelle, amour idéalisé non consommé.
Entrée dans les ordres.
Descendants, leurs conjoints et descendants.
Beau-père, belle-mère d’un remariage éventuel et les descendants éventuels.

16. Relation extra-conjugale :

Relations et enfants nés de la relation.
Relation virtuelle, amour idéalisé non consommé.

17. Séparations, conflits de famille, divorces, fiançailles, « grand amour », rencontres importantes avant le mariage ou le couple actuel :

Divorce, séparation, rupture importante, départ important. Causes et raisons de la ou des séparations.
Séparation pour raisons professionnelles ou financières.
Enfants séparés des parents, cause.
Conflit de famille, qui, quoi concerné ?

18. Enfants, adolescents… ayant pris charge des frères et des sœurs… :

Qui a charge de qui ? Causes ?

19. Comportements alimentaires :

Goûts, carences (causes), allergies, intolérances, empoisonnement, addiction, anorexie, boulimie…

20. Astrologie :

Signe, ascendants ou plus si vous le pouvez.

21. Autres :

Héros, trophée, décorations, légion d’honneur : raisons/causes/circonstances.
Destin particulier d’une personne ou de la famille.
Homosexualité, bisexualité.
Procès.
Religion.
Philosophie.
Secte.
Croyances dominantes, idéaux.
Magie.

22. Décès et/ou disparition :

Dates.
Circonstances/causes.
Décès dans le sommeil.
Coma (combien de temps).
Lieu : à la maison, à l’hôpital, à l’étranger (rapatrié ou non ?) ;
Suicide (de quelle manière : pendaison, médicaments…).
Enterrement ou incinération : date.
Sépulture ou pas de sépulture.
Personne non prévenue du deuil, des obsèques.

Vous pouvez évidemment ajouter tout ce qui vous paraît utile, informatif,
important, anecdotique, des photos…

 DSC03006

********************


 

 Retrouver sa puissance,
Entendre sa voix intérieure,
Suivre sa voie,
Et non la « voie-voix » du sang…
  Être en paix avec la « voie-voix » du sang
Et pourquoi pas…
Trouver, retrouver
L’amour de notre « sang »…
Un amour libre et inconditionnel.

IMG_0916


 

Le conte de celui qui se laisse définir et accepte ainsi d’ignorer ses possibles
(inspiré d’un conte tibétain – livre: »Contes à guérir, contes à grandir » de Jacques Salomé)

Au pays de mon enfance, il était une fois un jeune garçon qui découvrit un œuf merveilleux dans le nid d’un aigle.
Il s’en empara, redescendit au village et mit l’œuf magnifique à couver dans le poulailler de la ferme de ses parents.
Quand l’œuf vint à éclore, un petit aigle en sortit et grandit parmi les poussins, picorant sa nourriture comme ses compagnons.

Un jour, regardant en l’air, il vit un aigle qui planait au-dessus de la ferme. Il sentit ses ailes frémir et dit à un de ses frères poulets:           
– Comme j’aimerais en faire autant!     
– Ne sois pas idiot, répondit le poulet, seul un aigle peut voler aussi haut.        

Honteux de son désir, le petit aigle retourna gratter la poussière et picorer son grain, le bec au sol. Il ne remit plus jamais en cause la place qu’il croyait avoir reçue sur cette terre.  

Imaginez que l’aiglon de cette histoire ait refusé de se laisser définir par les autres et qu’il se soit appuyé sur son envie!

Comme l’aigle dans le ciel, il serait devenu ce qu’il est.

Je vous souhaite à tous, le plus beau des envols!

 

DSCN0026 

***********************************

 


Si vous voulez être fidèle à vos ancêtres…

Si vous désirez leur faire plaisir…

Soyez heureux, soyez qui vous êtes vraiment !

 

Lara_mains 

**************************************

 


Travailler en consultation avec la généalogie

Tester  le chemin (tableau) : Maman ou papa à Grands-parents…
Arrêtez-vous lorsqu’il n’y a plus de changement au test.

Tester ensuite :

-   Personne elle-même,
-   Fratrie, descendants, leurs conjoints, leurs descendants (!!! à ne pas tester* ! Sachez que fratrie peut signifier : frère, sœur, frère ou sœur de cœur ou personne ayant représenté un frère ou une sœur, demi-frère, demi-sœur d’une relation non connue !!! )
-   Beau-père, belle-mère d’un remariage éventuel et descendants (!!! à ne pas tester* ! dans cette catégorie vous pourriez trouver relation extraconjugale ou amour virtuel sans consommation…)
-   Ami

Correction :

Tester : « lien à couper ! » si changement d’indicateur = TU es ICI et tes racines sont LÀ = reprendre son POUVOIR !

-     Tester : nombril, chakra, organes, membres, points acus, glandes, organes des sens…
-     Et, à l’aide d’une paire de ciseaux de lumière et de beaucoup d’amour… couper !
-     Ensuite, envoyez de la lumière aux extrémités coupées.
-     Joignez le nombril, ou chakra, organes (ce que vous avez trouvé)…au cœur et au hara…, si besoin est,  aux mains aussi = donner en main à la personne son propre pouvoir !
-     Les infos que vous pourriez tester sont les résonances dans l’ici et maintenant !

!!! Le but n’est pas ici de dire ‘telle personne a eu une relation extraconjugale, un amant de cœur…’ – pas du tout !
Les tests peuvent vous indiquer des faits réels mais aussi des énergies passées, pensées, imaginées, ressenties,  mais non vécues !

SOYEZ DONC TRES VIGILENTS !!!  Ne créez pas ou ne recréez pas l’histoire !!! Remontez le chemin et spécifiez un minimum. Equilibrer à l’aide des corrections demandées par le corps est plus que suffisant pour travailler !

J’aime à expliquer, lorsque les personnes me demandent des précisions, que ce que nous travaillons, c’est l’ici et maintenant de la personne qui vient en consultation.

Et si pour ce faire nous mettons en évidence une personne du temps passé, ou si nous coupons des liens par rapport à des mémoires antérieures, en aucun cas nous établissons un procès de nos ancêtres avec jugement, pénitence, psychanalyse…!

L’équilibration se fait toujours pour permettre à la personne présente de retrouver son propre pouvoir intérieur, sa liberté d’être ! Cela ne doit, en aucun cas, être une équilibration qui remet la faute sur le passé, un ancêtre…

Soyons en contact avec nous-même, arrêtons de donner de l’énergie à un passé révolu ! Coupons-nous de nos fidélités dépassées et inutiles et non souhaitées par nos ancêtres. Très peu de nos ancêtres désireraient voir leurs descendants privés de liberté, mals dans leur peau, … bien au contraire…

Formulation et correction d’un dépassement

Pour affiner ces phrases vous pouvez vous aider du tableau des affirmations.

DSCN0099

  1. « Par ma profonde sagesse, je choisis  d’ouvrir la (les) porte(s) afin de libérer les fantômes du passé : fantômes construits par mes propres pensées, mes propres souvenirs, ou ceux de mes ancêtres ».
  2. Par ma profonde sagesse, je choisis de prendre, de reprendre ma liberté et je libère mes ancêtres des fidélités que je maintenais ! Je suis libre et ils sont libres !
  3. Par ma force intérieure, Par ma profonde Sagesse,

 voir tableau ci-joint: correction dépassement

Et je permets à ma lumière (ou trouver le mot adéquat) d’y prendre place.

4. Ici et maintenant, je choisis d’habiter mon corps afin de me libérer
-         de…
-         des fantômes du passés, fantômes construits par mes propres pensées, mes propres souvenirs, ou ceux de mes ancêtres
-         des réflexes de survie, adaptations de survie (nommer) qui ne sont plus utiles pour moi à ce jour.
-         des traumatismes du passé…

5. Ici et maintenant, je choisis de reprendre mon propre pouvoir, je choisis de contacter ma propre puissance afin de me permettre de conduire ma vie.

6. Ici et maintenant, je choisis de ramener à moi toute l’énergie, tout mon pouvoir laissé à d’autres, laissé au passé, aux mémoires, aux souvenirs…

Spécifier si nécessaire (ex. : il m’énerve, je veux, voulais l’aider, il m’a fait, il a, c’est dégoûtant, elle…) et bien d’autres choses !

7. Ici et maintenant, je fais rayonner ma puissance (spécifier par test ou par choix de la personne) en moi, par moi, à travers moi, dans tout mon corps (ADN, os, sang, organes, glandes, cellules…), dans tous mes corps et même au-delà.

+ accueillir,  équilibrer, harmoniser la famille en moi… recevoir leur amour libre de devoir, d’engagement et leur protection au-delà des événements du passé.

Correction Axe Ciel-Terre

 

*********************

 

Lettre aux ancêtres,

 Un cadeau pour nous-même, nos ascendants et nos descendants

 

Cette lettre a pour mission de créer, recréer le lien avec nos ancêtres, un lien libéré des émotions liées aux événements, aux souffrances du passé. Un lien libéré des comportements, systèmes de croyances qui ne nous sont plus appropriés. Un lien libéré des croyances liées à l’amour et la souffrance, au devoir, aux notions de « bien » et de « mal » qui ne nous sont plus appropriés.
Belle lettre à vous.

 Voir l’intégralité de cette lettre dans l’article du même nom.

DSCN1588 (2)

 

Présence et Liberté du Corps

image_print

icone presence et libertéicone presence et liberté

 

Bienvenue à

Présence

&

Liberté du Corps.


Bienvenue à

Votre présence

&

à la liberté

de Votre Corps.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Extrait du discours prononcé par Nelson Mandela lors de son intronisation à la présidence
de la République de l’Afrique du Sud en 1994 :

Notre peur la plus profonde n’est pas
que nous ne soyons pas à la hauteur.
Notre peur la plus profonde est
que nous sommes puissants au-delà de toute limite.
C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité
qui nous effraie le plus.
Nous nous posons la question :
Qui suis-je pour être brillant, radieux,
talentueux et merveilleux ?
En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?
Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre,
vivre petit ne rend pas service au monde.
L’illumination n’est pas de vous rétrécir
pour éviter d’insécuriser les autres.
Nous sommes nés pour rendre manifeste
la gloire de Dieu qui est en nous.
Elle ne  se trouve pas seulement chez quelques élus :
Elle est en chacun de nous, et au fur et à mesure
que nous laissons briller notre propre lumière,
nous donnons inconsciemment aux autres
la permission de faire de même.
En nous libérant de notre propre peur, notre présence
libère automatiquement les autres.

DSCN1197

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Description de la maison idéale pour moi, la maison de mes rêves…

Décrivez dans l’ordre où cela vous vient, avec les adjectifs qui vous viennent, réfléchissez le moins possible… (grandeur, forme, lieu, pièces, ameublement….)

 

 

*************

DSC05355

Nous voici dans le livre d’Harry Potter… vous venez d’obtenir votre brevet de téléportation.

A partir de maintenant, en quelques fractions de secondes. Vous pouvez, vous trouver là où vous le désirez.

Citez dans l’ordre de vos priorités…

les destinations de votre choix

éventuellement, expliquez, très brièvement….

***********************************


http://static.freepik.com/photos-libre/sables-du-temps--psd-sablier-icone_30-2249.jpg

 

Nous voici dans une nouvelle èreSi à chaque instant de notre vie, nous avons le choix de nos actes, de la direction que nous empruntons… quelques grands événements, cependant, sont inchangeables… tels que : date de naissance et … de départ vers l’autre monde…  Mais cette fois-ci nous le savons à l’avance…

Et vous voici, en pleine forme… mais sachant que dans 6 mois… viendra le grand départ… Vous avez carte blanche et crédit illimité pour ces 6 prochains mois… Qu’allez-vous faire… ?

&&&&&

Vous voici dans le désert… En marchant vous trébuchez sur une lampe magique… vous la ramassez… Comme vous avez  entendu que, si vous la frottiez, un génie pourrait en sortir… vous la frottez… sans trop y croire…

Et pourtant… oui ! Un génie en sort… Il vous propose 3 vœux pour lui avoir rendu sa liberté… que lui demandez-vous ? Expliquez…

 


&&&&&&&

Des croyances qui gouvernent notre vie.

Voir tableau ci-joint (cliquer sur le lien):  Des croyances qui gouvernent notre vie

************************

L’alchimie

 

 DSCN0195

Extrait de « Spritualités et religions » de Sylvie Barnay

« Le célèbre livre de Pablo Coelo, « L’Alchimiste », cherche à donner une définition de l’alchimie pour aujourd’hui.

Selon cet auteur, l’alchimie est l’acte de partir à la recherche de sa « légende personnelle », c’est à dire de trouver les moyens de transformer sa vie pour lui donner un sens.

« Pour décrire la transformation de la vie matérielle en vie spirituelle, l’alchimie a toujours utilisé l’image du métal transformé en or. Dans l’ensemble des cultures, l’or désigne les matériaux des dieux. Leurs royaumes sont en or, leurs trônes sont en or… »


Alchimie : recherche de sa légende personnelle, transformation du plomb en or…

J’ai envie d’aller encore plus loin… ou peut-être même plus près…

… Alchimie de l’Amour…

Oh ! Non pas l’amour du Prince Charmant et de la Princesse Charmante… Non !…

Alchimie de l’amour… l’amour qui transcende les peurs, l’amour de soi, l’amour de la vie, l’amour entre les êtres, l’amour de tous les jours… ce qui pourrait être le quotidien de nous tous, si nous ouvrions les yeux…

L’amour de soi qui permet – qui donne la permission – d’aller au-delà des systèmes de croyances, au-delà des peurs, qui permet – qui donne la permission – d’aller à l’aventure de la vie, à l’aventure de notre vie.

L’amour de soi qui permet expérience, action ou silence.

L’amour qui n’emprisonne pas, qui ne limite pas, qui ne possède pas…

Un amour, une alchimie d’amour qui offre la liberté, qui offre l’expansion, qui offre la réalisation…à soi-même mais aussi aux autres…

Nous nous donnons tellement peu de cet amour là, que nous nous emprisonnons nous-mêmes dans nos propres vies.

Nous nous donnons tellement peu de cet amour là… que nous sommes condamnés à errer en le cherchant désespérément chez l’autre…

Nous nous donnons tellement peu de cet amour là que nous sommes contraints à attendre  désespérément que l’autre ou nos activités de remplissage nous le donnent…

Alchimie, Amour de la Vie, un amour qui permet de chanter, de rire, de danser, de valser avec les fleurs, les papillons, le soleil, les gouttes de pluie, les nuages…
Une vie qui vit.
Le mouvement, le rythme, l’hymne éternel de la vie.

Un amour qui accueille…

Qui s’accueille, comme le ventre  d’une mère accueille l’enfant à naître… un ventre qui permettra à une cellule unique, de devenir un être unique…

L’alchimie (al-chimie : chimie du Père).

Une alchimie d’amour qui donne la permission – la père-mission – de l’expérience, de sa propre expérience, de sa légende individuelle…

Une alchimie d’accueil et de liberté… !

Une alchimie qui transcende les peurs ? Oui… peut-être… Mais dans cette forme d’accueil et d’expérience… y a-t-il encore beaucoup de peurs ?… Ces peurs ne deviennent-elles pas enthousiasme de la découverte, aventure et joie de vivre, joie d’être en vie?

DSCN0124 (2)

Alchimie… l’or…

Qui n’a pas encore entendu les expressions : « c’est une personne en or » ou encore « il a un cœur d’or »…

Hélas, dans notre société, cette expression est plus souvent utilisée pour des personnes  efficaces, compétentes… qui nous apportent des choses merveilleuses sur un plan matériel, spirituel…des choses que nous attendons… bref « qui nous apportent ce que nous attendons » !

L’or sur le plan matériel ou dans ces expressions, est considéré comme une richesse, une valeur qui nous apporte quelque chose à nous, pour nous.

Je vous propose de percevoir, de ressentir, de vivre l’or en tant que matériau des dieux…

L’or, « une personne en or », « un cœur d’or »… les percevoir, les ressentir, les vivre dans la reconnaissance de l’or pur qui est et qui n’attend rien…

L’or qui brille, qui rayonne, qui n’attend rien,  l’or qui Est… un point c’est tout !

L’or qui simplement est là,  à l’intérieur de chacun de nous… L’or n’est pas hors de nous mais en nous… par contre, il peut, il doit s’exprimer, rayonner hors de nous…

-         chaque fois que nous nous accueillons, chaque fois que nous nous donnons la permission d’être,

-         chaque fois que nous nous donnons la permission de suivre notre légende individuelle,

-         chaque fois que nous nous donnons la permission de sortir du « lot »,

-         chaque fois que nous nous accueillons dans notre différence… chaque fois que nous nous trouvons…

-         chaque fois que nous  transmutons nos peurs en audace d’être et en audace d’être avec notre cœur… un audace qui permet d’incarner la vie spirituelle sur la Terre, qui permet de vivre la vie spirituelle sur la Terre… d’incarner l’or des dieux sur Terre…d’être or…de vivre or…de voir or.

L’or qui, simplement est là, à l’intérieur de chacun de nous… L’or n’est pas hors de nous mais en nous… par contre, il peut, il doit s’exprimer, rayonner hors de nous…

-         chaque fois que nous accueillons l’autre,

-         chaque fois que nous lui donnons la permission d’être,

-         chaque fois que nous lui donnons la permission de suivre sa légende individuelle,

-         chaque fois que nous lui donnons la permission de sortir du lot, chaque fois que nous l’accueillons dans sa différence…

-         chaque fois que nous lui permettons d’incarner le Ciel, son Ciel… sur la Terre, sa Terre…

…  l’accueil de la mère, de la terre…

… la chimie du père, du ciel…

… l’or des dieux est sur la terre…

… un royaume en or…

DSCN2124

***************************


*
Quels sont les comportements  (aussi comportements alimentaires),  les systèmes de croyances  dont vous désireriez vous débarrasser ?

Soulignez 3 priorités

Pour ces priorités, évaluer sur une échelle de 1 à 10 : douleur, inconfort physique et/ou psychique, handicap dans la vie de tous les jours.


* Citez et expliquez brièvement les douleurs & traumatismes physiques éventuels, cicatrices, accidents, opérations chirurgicales…

Évaluez sur une échelle de 1 à 10 : douleur, inconfort physique et/ou psychique, handicap dans la vie de tous les jours.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Liberté

 DSCN1286

Dans ce séminaire : Libérer le corps pour

Libérer l’Esprit, libérer mon être, oser ma vie, oser être qui je suis, oser mon Pot’en’ciel 

⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩⇩

« La liberté n’est pas une arme contre les autres, mais un outil d’évolution pour moi-même, les autres, ceux qui m’entourent, le monde.
Être libre, c’est être dans la conscience, que tout a sa place, le beau, « le moins beau* », les émotions positives, les émotions dites « négatives* », les amis, « les casse-pieds* »…
Elle est accueil à ce qui est pour entrer dans l’expérience de ce qui se présente dans l’instant présent.
La liberté est d’oser être qui je suis, d’oser mon pot’en’ciel, oser ma légende individuelle, ma créativité… oser naître à moi-même.
La liberté est mouvement.
( ce qui est ainsi, ce que nous pensons, croyons ainsi, ce que nous ressentons ainsi…) »


1.     Liberté et audace

 

Peurs + Audace = Amour de la vie & Liberté

                = Amour de la Liberté

 

Il ne s’agit point ici de nier nos peurs, nos doutes, nos blessures, nos souffrances…

Non, il s’agit, ici, d’oser être dans la conscience et dans l’accueil de ces parties de nous-mêmes ; il s’agit d’avoir l’audace de les reconnaître, de les honorer, de les traverser afin de leur donner la possibilité de se transformer, de leur donner la possibilité de nous offrir leurs cadeaux !

 C’est l’alchimie, la transformation du plomb en or !

 Le plomb se transforme en  vérité, en création, en légende individuelle…

La vérité, notre vérité, la création, notre création, la légende individuelle, notre légende individuelle amènent naturellement  l’amour de la vie…  la liberté.

La peur + l’audace de qui nous sommes, amènent une alchimie merveilleuse : l’amour de la vie, l’amour de qui nous sommes !

La peur refoulée, non reconnue, non traversée, non aidée par l’audace est l’antonyme de l’amour et de la liberté.

La vie est un grand je(u). Le je(u) de la vie. Le hasard, l’imprévu sont une perche tendue aux acteurs du jeu pour leur permettre de sortir de leur zone d’enfer-me-ment !

Le hasard, que nous pourrions appeler « parole d’ange » ou « parole d’âme », nous offre l’opportunité d’aller à la rencontre de nous-mêmes, un peu plus chaque jour.

Oh ! Bien certainement, l’inconnu fait peur, le hasard peut faire peur… mais si l’on sait que le hasard est possibilité de croissance… que l’imprévu, le renouveau sont paroles d’anges…

Si nous savons que la peur est un potentiel d’amour de la vie…

Oser créer, avoir l’audace de la création, oser notre différence, oser laisser émerger des profondeurs de notre être les merveilles, les trésors, ce que nous avons de plus beau, la splendeur de qui nous sommes. Oser se reconnaître dans notre « beauté », dans nos « qualités », dans l’être de lumière, de paix et d’amour que nous sommes en toute simplicité, en toute humilité!

Se reconnaître dans l’être de lumière que nous sommes, c’est aussi reconnaître l’autre dans sa lumière.

Connaître, reconnaître nos différentes facettes : peurs et splendeurs, les laisser vivre en harmonie et permettre la communication entre elles.

Aller à la rencontre du chaud et du froid… et ne pas se contenter de vivoter… d’avoir une vie tiède et sans chaleur.

Oser re-connaître, oser connaître davantage chaque jour, avoir l’audace de naître un peu plus chaque jour à qui nous sommes réellement. Exprimer, manifester qui nous sommes. Exprimer, manifester notre essence, notre créativité, notre beauté, notre présent.

Explorer la vie, notre vie !

IMG_1201

2.     Liberté et mouvement, liberté et vivre sur Terre pleinement.

La liberté, c’est la capacité, que nous possédons tous, à nous relever après la chute (de quelque durée qu’elle soit) ; c’est la capacité que nous avons tous à ne pas tourner en rond dans nos vieux schémas, dans nos vieilles habitudes lorsque nous choisissons d’expérimenter le nouveau, la vie, notre vie !

La liberté est mouvement ! Elle est le mouvement, la respiration de la vie elle-même.

Agir, passer à l’action, s’engager dans la vie, dans le nouveau. Vivre sa vie plutôt que de la rêver. Vivre sur Terre et non pas entre le ciel et la Terre.

Laisser nos limitations, nos pensées du passé ; renoncer à ce que nous n’avons pas choisi. Toutes ces pensées, ces croyances qui nous limitent et nous empêchent de saisir les opportunités du hasard, de l’imprévu.

Le hasard, l’imprévu, ils ne se construisent pas, ils s’accueillent, ils se vivent dans l’instant même où ils se présentent. C’est le mouvement de la vie. Nous sommes acteurs dans le grand jeu de la vie. Si nous restons dans les coulisses par peur de nous découvrir, nous choisissons de passer à côté de multiples opportunités de joie, d’amour, d’accomplissement. Nous restons ternes, sans couleur, sans joie d’être sur Terre, sans capacité de suivre le mouvement naturel, la respiration de la vie.

Lève-toi et marche !

DSCN0441DSCN0443

Une phrase bien connue mais combien symbolique… Si tu veux vivre… lève-toi et marche !

La chute n’est pas un échec, elle est expérience. Elle est l’Expérience qui permet la réévaluation, le mouvement, l’avancée, l’évolution…

L’échec… ce serait peut-être de passer à côté des opportunités de changements… peut-être !

C’est en nous « trompant » que nous pouvons réévaluer et donc apprendre… L’enfant apprend à trouver son équilibre après de nombreux essais, après de nombreuses chutes. La vie est un apprentissage permanent… L’apprentissage, la découverte de nous-mêmes, des autres, de la vie !

3.     Liberté et silence

Le silence n’est pas une « non-action »… Le silence est rencontre, résonance avec soi-même. Le silence est rencontre, résonance avec les rythmes de la Terre, de l’Univers, les rythmes de la Vie.

Le silence est liberté. Celui qui peut rester dans le silence, celui qui peut vivre avec lui-même, qui peut oser rencontrer ses parties d’ombre et de lumière dans le silence de son cœur, dans le silence de sa vie, dans le silence de son corps… celui là est libre.

Le silence peut être notre compagnon à bien des moments de la journée… si nous pouvons l’entendre, l’écouter… Il peut être notre compagnon lorsque nous regardons une fleur, mais aussi dans nombreuses de nos activités quotidiennes… Il a difficile à être dans la course après le temps, devant les heures infinies de télévision…

Le silence est cette alchimie rare de rencontre avec soi-même, sans attente, sans jugement, sans honte… simplement dans l’accueil de qui nous sommes, dans l’accueil de notre vie, dans l’accueil de la vie.

Le silence – l’arrêt de la pensée – est inspiration ; le silence est création.

4.     Liberté et empathie

DSC05355

Dans l’action ou dans le silence, la liberté est l’expression, la manifestation de qui je suis, de mon essence, de ma créativité, de ma vie, de ma légende individuelle, où que je sois.

L’être libre est libre dans toutes les circonstances de la vie. Il est simplement en contact avec lui-même et la vie.

Avoir de l’empathie pour l’autre, être à l’écoute de l’autre ne signifie pas entrer dans les émotions, les croyances de l’autre, ne signifie en aucune façon… porter le fardeau de l’autre.

Nous pouvons écouter, entendre, être empathique, comprendre, donner de l’affection, de l’amour à l’autre sans approuver tous ses faits et gestes.

Nous pouvons écouter, entendre, être dans l’empathie, comprendre, donner de l’affection, de l’amour à l’autre sans adhérer à ses croyances mais aussi sans juger. Lui seul a la direction de sa vie, lui seul a la clé de sa vérité.

Nous pouvons être présents à l’autre… Mais lui seul peut se relever, marcher, faire le chemin qui lui revient…

Je suis, tu es, il est une pièce du grand puzzle de la vie…

Chaque pièce a sa place, sa particularité, sa forme, son parfum, sa vie, sa couleur, sa musique, sa vivacité, son mouvement, sa pulsion de vie…

Si une pièce devient l’autre, si plusieurs pièces perdent leurs couleurs, leurs formes pour devenir uniformes… le puzzle de la vie… jamais ne sera complet… il sera à l’image des pièces… terne, uniforme, sans vie, sans couleurs, sans la multitude des parfums de la vie…    Il manquera toujours quelque chose.

Nous sommes notre premier service d’information, notre première source d’information.

Tout se passe à l’intérieur de nous.

IMG_0922

L’extérieur est le miroir, l’écho.

Les informations extérieures font-elles écho en moi ? Échos positifs ? Rébellion ?

Ceci est vrai pour moi, mais  aussi pour l’autre… Je ne suis pas le sauveur de l’autre, je ne suis pas le sauveur de l’humanité. Je ne suis pas la vie de l’autre, je ne suis pas son cœur, je ne suis pas son chemin.

Ma  responsabilité première est d’aller mon chemin, ma vie… Ma responsabilité première est d’être qui je suis… Ah ! Bien certainement, il est plus facile de s’occuper, d’analyser, de contrôler, de juger l’autre que d’aller à la rencontre de sa propre lumière, de ses propres ombres… Mais alors nous empruntons le « Chemin de la Frustration »… le « Chemin de la Tristesse », le « Chemin de la Rancœur », le « Chemin de la Colère », le « Chemin de l’Insatisfaction »… et bien d’autres encore.

La définition de l’empathie  pourrait être : à chacun son territoire ! Je suis chez moi, en moi, par moi-même et je t’écoute en te permettant d’être chez toi, en toi, par toi-même… Si tu as besoin d’un petit coup de pouce… je peux te le donner en restant chez moi, en moi, par moi-même ; je te donne un coup de pouce, je n’en attends rien… car tu es toi et je suis moi…

Et si nous faisons partie d’un grand tout… cela ne me donne aucun droit de vie ou de mort sur ta personne. Pourtant, quand j’agis pour toi, à ta place, dans le désir conscient ou inconscient de te sauver, avec la croyance de connaître ce qui est bon pour toi… alors je te prive de ta vie… je te prive de ta liberté… je me prive de ma liberté !

5.     Liberté et spiritualité

Si l’audace de vivre qui nous sommes vraiment dans le fond de notre cœur, dans le fond de notre âme, en dehors de toute dépendance ou recherche extérieure de satisfaction intérieure, si cette audace donc apporte l’amour de la vie et la liberté : un amour inconditionnel, présent, actif, une liberté respectueuse de l’autre, une liberté amenant l’autre à sa propre liberté, à sa propre puissance…

Alors oui, liberté et spiritualité se donnent la main…

La liberté devient « Chemin de Découverte » de soi, de l’autre ; la liberté devient « Chemin d’Amour de Soi », de l’autre ; la liberté devient « Chemin de l’Ouverture d’Esprit »…

Une liberté où nous pouvons vivre la vie dans ses aspects les plus évolutifs, dans ses aspects les plus spirituels, dans ses aspects les plus sacrés, tout en vivant dans notre corps physique…

l’incarnation du Ciel sur la Terre.

DSCN1652

6.     Liberté du corps

DSC05374

Libérer notre corps, c’est se familiariser avec notre corps, avec notre enveloppe physique, nos mouvements, nos sensations, notre sensualité…

Libérer notre corps, c’est se familiariser avec nos qualités, notre rayonnement, notre Puissance…

Libérer notre corps, c’est  créer une famille unie avec nos différentes facettes… c’est permettre à nos différentes facettes de s’exprimer pleinement, d’être écoutées, entendues,… c’est leur permettre de communiquer, de vivre en parfaite harmonie.

Se FAMILIARISER ne veut pas dire CONTRÔLER (contr-rôle).

La famille en soi unifie, le contrôle en soi hiérarchise, limite, divise, enferme, emprisonne, engourdit, ankylose, paralyse, pétrifie…

La famille en soi apporte douceur, réconfort, sécurité, joie, paix, enthousiasme, créativité, silence…

La liberté du corps, c’est intégrer, connaître, reconnaître notre physique, notre enveloppe physique, ce véhicule qui est là, présent jour après jour, seconde après seconde. Toujours présent, à l’écoute, répondant à nos demandes conscientes et inconscientes.

Le corps apprivoisé, connu, reconnu, intégré dans chacune de ses cellules est un corps léger, souple, pétillant, empli de vitalité.

C’est un corps de santé.

La santé est un état d’être… un mouvement constant… rien n’est statique dans la santé… La santé est une alchimie au quotidien : la nourriture extérieure se transforme pour nourrir nos cellules, nos cellules se divisent pour se reproduire… … … La santé est un état évolutif en constante interaction avec notre capacité d’être et de vivre qui nous sommes vraiment, avec notre capacité à nous connaître, reconnaître, aimer…


Quelques petites pistes pour libérer le corps :

-         Libérer les énergies du corps par des activités (non-performantes) amenant la joie, la créativité, la spontanéité d’un enfant (Zinnia). A chacun son ou ses activités… (danse, peinture, bricolage, jardinage…).

-         Être présent à soi, s’écouter, s’entendre, se recevoir soi !

-      Amener là où besoin en est, l’appel se fait… de la Lumière, de la Paix, de l’Amour, sans porter de jugement (auto-jugement)… Être juste là, à l’aise dans ce qui Est, sans échafauder davantage…

Être…. Un Point c’est Tout!!!

-     Célébrer la vie, célébrer notre naissance, notre renaissance à chaque instant de notre vie.

-         Savoir-être – Savoir-vivre – Savoir-faire.

Savoir-être dans notre différence, dans notre puissance, dans notre présence. Être dans l’action et dans le silence.

Être là, dans la vie, dans le présent de notre vie, dans le présent de la vie. Être là, riche des expériences d’hier et fort des rêves, des projets, de l’audace d’aujourd’hui !

Savoir-faire : savoir regarder, entendre, observer, accueillir, les opportunités, les signes, les outils que la vie présente sur notre route. Savoir-faire = savoir agir ou savoir non-agir. Ce savoir-faire est très dépendant du savoir-être, il est le trait d’union entre le monde intérieur du savoir-être et le monde extérieur.

Savoir-vivre : trait d’union entre le savoir-être et le savoir-faire : il incarne, joue et jouit de chaque instant de la vie. Il est, comme un enfant, ouvert, accueil à tout ce qui se présente…

-         Dans le présent de notre vie, de la lumière qui est la nôtre, nous pouvons éclairer la petite fille, le petit garçon qui est en nous. Dans le présent de notre vie, la petite fille, le petit garçon qui est en nous peut exprimer qui il est vraiment et non pas qui il a dû (ou cru devoir) être pour être aimé de ses parents…

DSC01317 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&


Les cicatrices

Cicatrice : (définition du Petit Robert) : marque laissée par une plaie après la guérison ; tissu fibreux qui remplace une perte de substance ou une lésion inflammatoire. […] Trace d’une blessure, d’une souffrance morale.


Relaxation : Oser être

DSCN0158

J’expire et j’inspire…
Mon corps est allongé sur le sol, porté par dame Terre…
J’expire et j’inspire…
Au-dessus de moi, le Ciel, tel une coupole protectrice, me partage ses qualités de chaleur et de lumière…
J’expire et j’inspire…
Mon corps repose sur le sol, porté par la Terre et sous l’œil bienveillant et protecteur du Ciel.

Mon corps repose sur le sol, détendu, en sécurité.
Tout mon corps se relâche… les pieds, les chevilles, le bas des jambes, les genoux, le haut des jambes et les cuisses, les hanches, les fesses, les parties génitales, l’abdomen, tout l’abdomen, le torse, la poitrine, le dos, les épaules, la nuque, le haut des bras, le coude, le bas des bras, les mains et chaque doigt de chaque main, la tête, le visage, la bouche, le nez, les yeux, le front… le cerveau, mais oui chaque partie du cerveau.
Tout mon corps est relâché…

J’expire et j’inspire…
J’expire les tracas, les malaises, les critiques, les jugements, les peurs…
Et j’inspire la vie, la vitalité, la joie, le prana, l’audace de vivre…
J’expire les malaises…
J’inspire la vitalité…
J’expire les critiques, les jugements…
J’inspire le prana…
J’expire les peurs, les doutes…
J’inspire l’audace de vivre…

Confortablement installé sur le sol, j’expire et j’inspire,
L’air sort et entre à travers moi en me donnant vie.
J’expire et j’inspire…

La lumière du ciel descend vers moi et emplit, baigne chacune de mes cellules…
les cellules du visage, de la tête, chacune des cellules de la tête, de la nuque, du cou, des épaules…. des bras jusqu’au bout des doigts.
Le torse, lui aussi est empli, baigné par la lumière du ciel, ainsi que l’abdomen, les jambes jusqu’aux pieds… chaque parcelle, chaque cellule de mon corps est baignée d’une douce
et chaude lumière rayonnante.
Moi-même, je deviens, je suis lumière… douce, chaude, rayonnante.

Mon corps, ma tête, mes pensées ou non-pensées se laissent baigner, porter, emporter dans cette douce et chaude lumière où tout est simple, accueillant, réjouissant, joyeux, heureux…

Tout mon corps repose, à la fois pétillant et en paix.
Chaque cellule de mon corps ose sa propre vie en interdépendance, en coopération avec toutes ses compagnes de mon corps… chacune de mes cellules ose la vie, ose la vie, ose la vie….

Mon corps repose sur le sol, porté par notre Terre et sous l’œil bienveillant et protecteur du Ciel qui nous réchauffe de sa douce Lumière.
Je suis moi-même douceur, chaleur, rayonnement, beauté…

Des profondeurs de mon être, ma beauté intérieure se réchauffe, émerge, rayonne progressivement dans chacune de mes cellules, le tronc, le visage et la tête, les membres : bras et jambes.

Des profondeurs de mon être, ma propre beauté et ma propre puissance se réveillent, se lèvent, se réchauffent, s’agrandissent, rayonnent dans tout mon corps, dans tous mes corps, dans chacune des cellules de mon corps, dans chacune des particules de mes corps, rayonnent, rayonnent, rayonnent…

C’est un rayonnement de beauté, de souplesse, d’ouverture…
C’est un rayonnement de fierté d’être vivant…
C’est le rayonnement de la vie, de ma vie, de la vie…

C’est un rayonnement guérisseur. Un rayonnement de vie, un rayonnement qui donne vie, qui donne la vie…
Ce rayonnement emplit chacune de mes cellules, chaque cellule de ma vie…
En contact avec la terre et le ciel, chaque cellule de ma vie est maintenant chaude, douce lumineuse…
Chacune des cellules de mon corps, de ma vie est maintenant enrobée de ce rayonnement guérisseur, nourricier empli de paix et de vitalité…

J’expire et j’inspire…
Chacune de mes cellules expire et inspire, inspire ce rayon guérisseur, nourricier, empli de paix et  de vitalité…

Des profondeurs de mon être, ma propre beauté et ma propre puissance se réveillent, se lèvent, se réchauffent, s’agrandissent, rayonnent dans tout mon corps, dans tous mes corps, dans chacune des cellules de mon corps physique, dans chacune des particules de mes corps énergétiques, rayonnent, rayonnent, rayonnent…

Mon corps repose sur le sol, porté par notre Terre et sous l’œil bienveillant et protecteur du Ciel qui nous réchauffe de sa douce Lumière…

Des profondeurs de mon être ma propre beauté et ma propre puissance se réveillent, se lèvent, se réchauffent, s’agrandissent, rayonnent dans tout mon corps, dans tous mes corps, dans chacune des cellules de mon corps physique, dans chacune des particules de mes corps énergétiques, rayonnent, rayonnent, rayonnent…

Toutes mes cellules chantent de joie, une joie communicative…
Mes cellules chantent, jouent, ensemble, en parfaite harmonie dans la douceur, la paix, la joie, la vitalité, dans la présence à l’instant, dans la guérison de l’être, de mon être…

En moi ma source de vie, en moi mon cœur, en moi la vie, en moi ma vie, en moi la joie, en moi la paix, en moi ma guérison…

Toutes mes cellules chantent de joie, une joie communicative…
Mes cellules chantent, jouent, ensemble, en parfaite harmonie dans la douceur, la paix, la joie, la vitalité, dans la présence à l’instant, dans la guérison de l’être, de mon être.
Chaque cellule de mon corps ose sa propre vie en interdépendance avec toutes ses compagnes de mon corps… chacune de mes cellules ose la vie, ose la vie, ose la vie….

J’expire et j’inspire…

DSCN3280

Les cicatrices :

Cicatrice : « marque laissée par une plaie après la guérison » « tissu fibreux qui remplace une perte de substance… »

Cette marque, ce tissu, ces nouvelles cellules portent la mémoire (les mémoires) de la plaie (physique, émotionnelle, morale…)

Déstresser, libérer cette marque, libérer ce tissu, c’est libérer les mémoires, c’est libérer le corps…

Une cicatrice, une plaie peuvent être travaillées sur les différents plans : physique, éthérique, émotionnel, mental et spirituel.

Différents temps peuvent devoir être pris en compte : avant la blessure, différents temps de la blessure, les conséquences passées et/ou présentes de la blessure.

Les différents temps, ainsi que la vision future d’un problème ou de ses conséquences, se travaillent dans le présent ! Nous travaillons la vérité de la personne dans l’instant.

N.B. : Dans ma pratique, j’ai vu de nombreuses personnes désirant « travailler » sur le passé, le passé de leurs ancêtres, voire même leurs vies antérieures, et nettoyer tous ces passés sans même prendre en compte le présent…

A ce rythme-là… ces personnes n’auront pas assez de toute une vie pour nettoyer leur passé, le passé de leurs ascendants et le passé de leurs nombreuses vies !

Où est la vie lorsque le présent est occupé par le « nettoyage » du passé ?

Où est la liberté, le choix dans notre vie, lorsque nous nous déchargeons, lorsque nous nous déresponsabilisons face au changement à accomplir ?

Travailler une « cicatrice » intérieure physique, émotionnelle, psychique, d’âme… !

-         Exprimer verbalement et/ou se mettre en contact avec le ressenti.
-         Où se situe la plaie, la cicatrice dans votre corps ?
-        Est-ce une plaie, une cicatrice ? Est-elle ouverte, fermée, à quel point ouverte, à quel point fermée ?
-    Décrivez : couleur, taille/volume (longueur, largeur, profondeur), forme (ovale, poire, cylindre, serpent, carré…), poids, consistance (dur, mou, visqueux, gélatineux, filandreux, râpeux…), odeurs, …
N.B. si la personne ne sait pas répondre, proposer « Et si cela avait une couleur, une odeur… quelle couleur, odeur, cela aurait-il ? »

DSCN3298

Proposition d’une méthode de correction : 

 

1.        Avoir conscience de la personne dans son entier :

 Rappel présence 1 :

 « Lorsque tu accueilles une reine, tu accueilles aussi une mendiante, et quand tu accueilles une mendiante, tu accueilles aussi une reine. »

 Quand la reine, la mendiante vient vous consulter, lorsqu’elle vous parle, vous accueillez :
-         la personne physique des pieds à la tête, sa génétique…
-         son âme, son cœur, sa conscience, son chemin d’évolution…
-         son présent, son passé, sa généalogie, son futur…
-         ses souffrances, ses blessures et toutes les barrières, les armures, les masques mis en place pour se protéger, pour survivre !
-         ses croyances induites par les parents, la société, la religion… .
-         ses croyances découlant de son vécu de ses expériences.
-        

2.        Description de la plaie, de la cicatrice…

- Exprimer verbalement et/ou se mettre en contact avec le ressenti.
-
Où se situe la plaie, la cicatrice dans votre corps ?
-
Est-ce une plaie, une cicatrice ? Est-elle ouverte, fermée, à quel point ouverte, à quel point fermée ?
-
Décrivez : couleur, taille/volume (longueur, largeur, profondeur), forme (ovale, poire, cylindre, serpent, carré…), poids, consistance (dur, mou, visqueux, gélatineux, filandreux, râpeux…), odeurs, …
N.B. si la personne ne sait pas répondre, proposer « Et si cela avait une couleur, une odeur… quelle couleur, odeur, cela aurait-il ? »

3.        Test d’une info

Laisser parler la personne si elle le désire. Si cela lui parle, c’est OK ! Cela ne lui parle pas : c’est aussi OK !

4.        Travaillez avec les mains

 « Nos mains sont des miroirs.
Elles reçoivent l’image du corps physique  mais aussi des corps énergétiques.
Je vous propose de travailler dans le miroir,  d’harmoniser, d’équilibrer l’image reflétée.
Si l’image ainsi harmonisée est en résonance  avec la personne, elle choisira de s’y ajuster
 ! »

a) Cœur <-> Es ,  Es <-> Hara ,  Cœur <-> Hara ,  Front <-> Hara ,  Coronal <-> Base

b) Laissez parler les mains dans les différentes couches énergétiques au-dessus de la plaie ou cicatrice ; vous pouvez aussi entrer en contact avec les différentes couches de la peau dans le corps physique (voir livre d’anatomie)

c) Harmonisation et Petits plus.

Test d’une ou plusieurs couleurs pour travailler en séance ou pour que la personne puisse travailler chez elle par visualisation. Ou sans réfléchir, sans réflexion mentale, intellectuelle… laissez venir la/les couleurs sous vos mains pendant le travail !

DSCN1458

 5.        Recommencez au point n°1 aussi souvent que nécessaire

******************************

La respiration

 essaouira 2007 et voisin 125 (2)

 

Définition du Petit Robert : « Le fait d’aspirer et de rejeter l’air par les voies respiratoires »
La respiration… une Alchimie

A chaque instant, à chaque seconde, à chaque fraction de seconde, des milliards de cellules dans notre corps ont besoin d’un apport en oxygène pour remplir leurs fonctions et ensuite rejettent les « déchets » sous forme de gaz carbonique. De véritables petites usines qui, de par l’oxygène et autres substances nutritives, nous donnent la vie, la vie sur Terre.

Chaque mouvement respiratoire a pour but de favoriser une alchimie naturelle.

Chaque inspiration amène aux poumons, et ensuite, aux cellules via le sang, l’oxygène.
Chaque cellule renvoie aux poumons, via le sang, le gaz carbonique qui, à chaque expiration, sera envoyé à l’extérieur.

La respiration… : une alchimie personnelle que nous partageons avec tous les êtres vivants…
Une communication permanente entre l’intérieur et l’extérieur…
Une communication, un partage, une intimité dans le monde du vivant…
Nous respirons, partageons, tous, le même air.
L’air entre et sort, voyageant d’un arbre…, d’une fleur…, à mon voisin… et à moi-même pour ensuite poursuivre sa route vers un petit enfant qui croise ma route… ou le chat de la voisine…

La respiration, une alchimie de rencontre avec la vie.

Le diaphragme…

Le bulbe rachidien reçoit, enregistre, décode toutes les informations se rapportant au taux d’oxygène et de gaz carbonique circulant dans notre sang. Sans que nous ayons à y réfléchir, de manière automatique… il envoie – par l’intermédiaire des nerfs préposés à cette fonction – l’ordre au diaphragme de s’abaisser afin d’ouvrir la cage thoracique et par voie de conséquence, aux poumons de se dilater et d’absorber l’air extérieur, l’oxygène.
Ensuite, il ordonne le relâchement du muscle et donc la libération de l’air contenant maintenant le gaz carbonique.
Ce mouvement de pompe permet l’échange intérieur et extérieur de la respiration.

Lors d’une bonne respiration, le muscle du diaphragme – muscle unique comme le cœur, seul muscle sur la ligne médiane…- entraîne un  mouvement bien utile à tous les organes de l’abdomen,…foie et rate, pancréas, estomac et intestins, reins et appareils reproducteurs…
Ce mouvement permet la circulation lymphatique et sanguine de tout le bassin.

Partant du diaphragme, la respiration imprime un mouvement de vie, une radiance dans tout le corps et les corps.

Je ne vous parlerai pas ici d’une respiration idéale… la respiration abdominale, la respiration thoracique, la respiration par les reins…

Je vous poserai une seule question :… pourquoi ne pourrions-nous pas respirer totalement… ? avec tout notre  potentiel, toutes nos cellules… ? Pourquoi tout notre corps ne pourrait-il pas vibrer au rythme de notre respiration ?

L’inspiration, je prends la vie… l’expiration, je partage, je lâche, j’exprime

Le parfait équilibre du donner et du recevoir…, du j’écoute et je m’exprime…
du « je laisse couler la vie à travers moi »…

&&&&&&&&

Relaxation respiration

J’expire. J’inspire. J’expire. J’inspire.

Mon corps est détendu, relax, cool…

J’expire. J’inspire. J’expire. J’inspire.

Je sens l’air qui passe par mes narines, frais à l’inspiration, un peu plus chaud à l’expiration.

J’expire. J’inspire. J’expire et j’inspire.

J’inspire l’oxygène vivifiant, revitalisant et j’expire l’air vicié, le gaz carbonique…

J’expire, j’inspire.

L’oxygène entre par mes narines, emplit mes poumons et toutes les petites alvéoles pulmonaires, les emplissant de vie, de joie, de vitalité…

L’air vicié est libéré par mes poumons, purifiant ainsi mon corps et mon esprit.

J’expire et j’inspire, j’expire et j’inspire…

L’oxygène dans mes poumons glisse dans ma circulation sanguine, réjouissant, vitalisant toutes les cellules sur son passage… Toutes les cellules expulsent via le sang et les poumons le gaz carbonique dont il n’a plus le besoin…

L’air entre et sort par mes narines, vivifiant, purifiant mon corps physique et mon esprit…

L’air, tels de petits anges de lumière, glisse, circule en moi, vivifiant, purifiant…

L’air, tel un souffle nouveau, me donne, me redonne vie à chaque respiration.

J’expire, j’inspire, j’expire et j’inspire.

L’air, telle une source de vie, telle une source de joie, tel un bonheur toujours renouvelé, nourrit, purifie, vivifie chacune de mes cellules.

Tel un rayonnement bienfaisant, telle une onde bienfaisante, chacune de mes cellules est portée, vivifiée, réconfortée, purifiée par chacune de mes respirations…

Je choisis maintenant une zone de mon corps que je désire plus particulièrement baigner de cette douce énergie et purifier de ses toxines.

J’expire, j’inspire, j’expire et j’inspire.

L’air, telle une source de vie, tel un souffle nouveau, tels de petits anges,… entre par mes narines, emplit mes poumons et via le sang, s’en va nourrir, vivifier, purifier toutes mes cellules et particulièrement les cellules de la zone du corps que j’ai choisi de privilégier. Chargé de ses toxines, de son gaz carbonique, l’air, via le sang, retourne aux poumons où, très naturellement, il est expulsé…

J’expire et j’inspire, j’expire et j’inspire…

J’expire le superflu

J’inspire la vie

J’expire le vicié

J’inspire le souffle nouveau

J’expire l’inutile, le stérile

J’inspire le changement, le nouveau, la guérison de mon être, de chacune de mes cellules.

J’expire, j’inspire, j’expire et j’inspire.

Telles de minuscules gouttes de vie, de lumière, de paix, de joie, d’amour, de plénitude, l’oxygène entre par mes narines, emplit mes poumons et via le sang donne vie, lumière, paix, joie, légèreté, amour, plénitude à chacune des cellules de mon corps.

Chacune des cellules de mon corps se débarrasse du superflu, de l’inutile, du stérile, du vicié pour accueillir la vie, la lumière, la paix, la joie…

Dans une organisation parfaite… l’alchimie même de la vie s’accomplit en moi à chaque respiration

Dans une organisation parfaite… je sais que la vie en moi suit inlassablement le rythme de la vie… pour la vie…

Dans une organisation parfaite… je sais que je suis l’alchimie permanente de ma vie, l’alchimie permanente offerte à mon être.

J’expire et j’inspire, j’expire et j’inspire, je suis vie, je suis ma vie, je suis la vie, je suis l’alchimiste de ma vie, je suis l’alchimiste de ma transformation, de ma libération, de mon changement, de ma motivation, je suis UN ALCHIMISTE de la vie.

J’expire, j’inspire, j’expire et j’inspire.

J’expire le superflu

J’inspire la vie

J’expire le vicié

J’inspire le souffle nouveau

J’expire l’inutile, le stérile

J’inspire le changement, le nouveau, la guérison de mon être, de chacune de mes cellules.

J’expire et j’inspire, j’expire et j’inspire, je suis vie, je suis ma vie, je suis la vie, je suis l’alchimiste de ma vie, je suis l’alchimiste de ma transformation, de ma libération, de mon changement, de ma motivation, je suis UN ALCHIMISTE de la vie.

Je suis UN ALCHIMISTE…

DSCN0093


Proposition d’une méthode de correction

1.        Avoir conscience de la personne dans son entier :

 Rappel présence 1 :

 « Lorsque tu accueilles une reine, tu accueilles aussi une mendiante, et quand tu accueilles une mendiante, tu accueilles aussi une reine.»

 Quand la reine, la mendiante vient vous consulter, lorsqu’elle vous parle, vous accueillez :

        -         la personne physique des pieds à la tête, sa génétique…
-         son âme, son cœur, sa conscience, son chemin d’évolution…
-         son présent, son passé, sa généalogie, son futur…
-         ses souffrances, ses blessures et toutes les barrières, les armures, les masques mis en place pour se protéger, pour survivre !
-         ses croyances induites par les parents, la société, la religion… .
-         ses croyances découlant de son vécu, de ses expériences.
-        

2.        Travaillez avec les mains

 « Nos mains sont des miroirs.
Elles reçoivent l’image du corps physique  mais aussi des corps énergétiques.
Je vous propose de travailler dans le miroir,  d’harmoniser, d’équilibrer l’image reflétée.
Si l’image ainsi harmonisée est en résonance  avec la personne, elle choisira de s’y ajuster
 ! »

Cœur <-> Es ,  Es <-> Hara ,  Cœur <->Hara ,  Front <-> Hara ,  Coronal <-> Base

a) Une main sur le diaphragme, qui suit, qui accompagne le rythme de la respiration, l’autre soit sur le cœur, soit sur le front…  Calquez si possible votre respiration sur la respiration de la personne ; vous pouvez aussi accentuer le mouvement de la respiration en soulevant très légèrement votre main à l’inspiration et en appuyant très, très légèrement à l’expiration.

+ Test d’une info
Laisser parler la personne si elle le désire. Cela lui parle : OK ! Cela ne lui parle pas : OK !

b) Et/ou une main sur le diaphragme en suivant le rythme de la respiration et l’endroit du corps qui doit respirer (ex. : genoux, hanche, cerveau…). Calquez si possible votre respiration sur la respiration de la personne ; vous pouvez aussi accentuer le mouvement de la respiration en soulevant très légèrement votre main à l’inspiration et en appuyant très, très légèrement à l’expiration.

+ Test d’une info
Laisser parler la personne si elle le désire. Cela lui parle : OK ! Cela ne lui parle pas : OK !

 c) Harmonisation et petits plus.


&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Danse

IMG_1201

Je dis oui à qui je suis, je dis oui à qui tu es !
Je dis oui à l’être Unique que je suis, je dis oui à l’être Unique que tu es !

Je dis oui à ma puissance, à mon pot’en’ciel, je dis oui à ta puissance, je dis oui à ton pot’en’ciel !

Je réponds librement par Oui ou par Non, suivant mes besoins.
Je peux entendre, accueillir, recevoir tes Oui ou tes Non.

J’exprime qui je suis, je m’exprime.
Je fais mes demandes.
Je fais mes demandes à l’Univers…

Je peux entendre, accueillir ce que l’autre a à exprimer, je peux entendre l’autre se dire…

Je peux être dans l’empathie sans être dans la fusion.

Je peux être qui je suis et te laisser être qui tu es…

Je peux prendre ma liberté et te donner ta liberté…

Mon enfant intérieur me pardonne… m’a pardonné…

Danse avec une autre personne en lui communiquant par le mouvement et la présence son ressenti…

Exemple… je me sens fatigué(e), j’ai peur de toi, je te trouve joli(e), je me sens en pleine forme…

 

 &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 Comportements, troubles alimentaires ou de la digestion:

 “Je mange je mange  je men je men je men je men je men je men je
Je mens, mens je? Je men à je! Je men je ?”

« Je et  Man,  Man et je »

« Qu’est-ce que je veux et ne veux pas laisser entrer en moi ? »
« Qu’est-ce que je laisse et ne laisse pas passer en moi, à travers moi ? »

   Connaître, reconnaître la nourriture comme aliment de vie,
comme aliment de ma vie… comme aliment de ma liberté.

  Prendre le temps, y consacrer du temps :
apprécier, mâcher, mastiquer, déguster, savourer, goûter, jouir
les aliments,  la vie, ma liberté.

    Manger avec
les yeux, le nez, les oreilles, la consistance, le goût…
Croquer la vie à pleines dents !

 ****************


Confortablement installé sur le sol de Notre Mère la Terre
Je me repose
Je suis bien avec moi

En moi coule le ciel, en moi monte la Terre
Tout l’Univers  résonne en moi, pour moi, par moi…
Je suis UN avec la Terre, avec le Ciel, avec l’Univers

Je sais que ce qui est à gauche est en harmonie avec ce qui est à droite, ce qui est en haut est en harmonie avec ce qui est en bas, ce qui est devant est en harmonie avec ce qui est derrière…
En moi coule le ciel, en moi monte la Terre
Tout l’Univers  résonne en moi, pour moi, par moi…
Je suis UN avec la Terre, avec le Ciel, avec l’Univers

En moi rayonne la paix, en moi rayonne la lumière, en moi rayonne la conscience, la clarté, en moi rayonne ma paix, ma lumière, ma  conscience, ma clarté…
En moi coule le ciel, en moi monte la Terre
Tout l’Univers  résonne en moi, pour moi, par moi…
Je suis UN avec la Terre, avec le Ciel, avec l’Univers

Je sais que ce qui est à gauche est en harmonie avec ce qui est à droite, ce qui est en haut est en harmonie avec ce qui est en bas, ce qui est devant est en harmonie avec ce qui est derrière…
L’extérieur, est l’écho de l’intérieur, de mon intérieur…
Je suis dans la conscience que tout ce qui me dérange à l’extérieur est en résonance, en écho à  ce que je peux libérer en moi, à ce que je vais libérer en moi…

Je sais que ce qui est à gauche est en harmonie avec ce qui est à droite, ce qui est en haut est en harmonie avec ce qui est en bas, ce qui est devant est en harmonie avec ce qui est derrière…je sais que l’extérieur est en écho avec mon intérieur…
En moi s’éveille la conscience du monde et de la vie comme un grand puzzle où toute pièce a sa place le beau, « le moins beau », les émotions positives, les émotions dites « négatives », les amis, « les casse-pieds », les événements positifs et dérangeants, le constructif ou ce que je perçois comme inutile, déplacé…

En moi s’éveille la conscience de ma beauté unique, de la beauté unique des pièces du grand puzzle de la vie qui vivent autour de moi, qui se juxtaposent autour de moi.

En moi s’éveille la conscience de ma couleur unique, de la  couleur unique, des pièces du grand puzzle de la vie qui vivent autour de moi, qui se juxtaposent autour de moi.

En moi s’éveille la conscience de ma forme  unique, de la forme unique des pièces du grand puzzle de la vie qui vivent autour de moi, qui se juxtaposent autour de moi.

En moi s’éveille la conscience de ma texture unique, de la texture unique des pièces du grand puzzle de la vie qui vivent autour de moi, qui se juxtaposent autour de moi.

 En moi s’éveille la conscience de mon parfum unique, du parfum unique des pièces du grand puzzle de la vie qui vivent autour de moi, qui se juxtaposent autour de moi.

 En moi s’éveille la conscience que je peux Oser le Ciel, oser la Terre. Oser mon Ciel sur Ta terre, oser vivre le Ciel sur la Terre. Oser  au-delà de mes croyances, au-delà de mon ressenti, oser au-delà de mes résistances, oser au-delà de mes perceptions… oser vivre pleinement, entièrement sur la Terre.

Je sais que ce qui est à gauche est en harmonie avec ce qui est à droite, ce qui est en haut est en harmonie avec ce qui est en bas, ce qui est devant est en harmonie avec ce qui est derrière…je sais que l’extérieur est en écho avec mon intérieur…
En moi, s’éveille la conscience du monde et de la vie comme un grand puzzle où toute pièce a sa place le beau, « le moins beau », les émotions positives, les émotions dites « négatives », les amis, « les casse-pieds », les événements positifs et dérangeants, le constructif ou ce que je perçois comme inutile, déplacé…

En moi s’éveille que je peux oser être dans la conscience, oser être dans la clarté, oser être dans la conscience que tout a sa place… le beau , « le moins beau », les émotions positives, les émotions dites « négatives », les amis, « les casse-pieds », les événements positifs et dérangeants, le constructif ou ce que je perçois comme inutile, déplacé…

En moi s’éveille la conscience que je peux Oser être une pièce unique du puzzle de la vie, en harmonie avec toutes les pièces uniques du grand puzzle de la vie…

Je sais que ce qui est à gauche est en harmonie avec ce qui est à droite, ce qui est en haut est en harmonie avec ce qui est en bas, ce qui est devant est en harmonie avec ce qui est derrière…je sais que l’extérieur est en écho avec mon intérieur…
Je sais que je suis là, je sais que nous sommes là, je sais que la vie est là…
Je suis en contact avec mon étincelle divine… elle rayonne en moi de mille feux… elle rayonne autour de moi de dix mille feux… Plus elle grandit, plus elle rayonne…

Je suis une reine, un roi, une princesse, un prince… Je suis une mendiante, un mendiant, je suis handicapé(e) de parties de ma vie. Je suis une reine, je suis un roi, une princesse, un prince…

Je suis en contact avec mon étincelle divine… elle rayonne en moi de mille feux… elle rayonne autour de moi de dix mille feux… Plus elle grandit, plus elle rayonne…
Plus elle grandit, plus elle rayonne,  plus j’ose être qui je suis, plus j’ose mon pot’en’ciel, ma puissance, mon rayonnement, plus j’ose ma légende individuelle, ma créativité… plus j’ose naître à moi-même en interdépendance au grand tout.

Je suis en contact avec mon étincelle divine… elle rayonne en moi de mille feux… elle rayonne autour de moi de dix mille feux… Plus elle grandit, plus elle rayonne…
Plus elle grandit, plus elle rayonne, plus j’ose permettre aux autres pièces du puzzle de la vie d’être qui elles sont, plus j’ose et j’aime laisser les autres pièces du grand puzzle de la vie vivre leurs vies, leurs expériences en interdépendance avec Ma vie.

Je suis en contact avec mon étincelle divine… elle rayonne en moi de mille feux… elle rayonne autour de moi de dix mille feux… Plus elle grandit, plus elle rayonne…
Plus elle grandit, plus elle rayonne, plus je suis libre !

Je sais maintenant…
En moi coule le Ciel, en moi monte la Terre, l’Univers résonne en moi à travers moi… les plantes, les pierres, les êtres vivants… tous les êtres vivants…

Je suis UN avec la Terre, avec le Ciel, avec l’Univers.

Je sais que ce qui est à gauche est en harmonie avec  ce qui est à droite, ce qui est en haut est en harmonie avec ce qui est en bas, ce qui est devant est en harmonie avec  ce qui est derrière…

En moi rayonne la paix, en moi rayonne la lumière, en moi rayonne la conscience, la clarté ; en moi rayonne ma paix, ma lumière, ma  conscience, ma clarté…

L’extérieur, est l’écho de l’intérieur, de mon intérieur…

Je suis dans la conscience que tout ce qui me dérange à l’extérieur est en résonance, en écho à  ce que je peux libérer en moi, à ce que je vais libérer en moi…

En moi s’éveille la conscience du monde et de la vie comme un grand puzzle où toute pièce a sa place le beau, « le moins beau », les émotions positives, les émotions dites « négatives », les amis, « les casse-pieds », les événements positifs et dérangeants, le constructif ou ce que je perçois comme inutile, déplacé…

En moi vibrent des parties d’ombre et de lumière…
Aujourd’hui, maintenant, je désire me débarrasser de toute l’ombre dont je n’ai plus d’utilité.
Je suis une reine, un roi, une princesse, un prince… Je suis une mendiante, un mendiant, je suis handicapé(e) de parties de ma vie. Je suis une reine, je suis un roi, une princesse, un prince…
« Soupir »

Je suis une reine, un roi, une princesse, un prince… Je suis une mendiante, un mendiant, je suis handicapé(e) de parties de ma vie. Je suis une reine, je suis un roi, une princesse, un prince…
Ma lumière rayonne de mille feux.

Dans le grand puzzle de la vie, chaque pièce est une reine, un roi….
Chaque pièce rayonne de mille feux, de dix mille feux…
Chaque pièce peut, doit osez être qui elle est, oser son pot’en’ciel, sa puissance, son rayonnement, oser sa légende individuelle, sa créativité… oser naître à elle-même en interdépendance au grand tout.

Dans le grand puzzle de la vie je suis une terre d’accueil pour mon individualité, pour toutes les individualités des pièces du grand puzzle de la vie… entre nous circule la vie, en nous circule la vie.

Dans le grand puzzle de la vie, j’accueille ma différence, mon individualité ; dans le grand puzzle de la vie, j’accueille les différences des pièces du grand puzzle de la vie, j’accueille leurs individualités…

Dans cet accueil, je me sens libre… libre d’être qui je suis, d’oser mon pot’en’ciel, ma puissance, mon rayonnement, d’ oser ma légende individuelle, ma créativité… d’oser naître à moi-même en interdépendance au grand tout.
Libre de permettre aux autres d’être qui ils sont, d’oser leur pot’en’ciel, leur  puissance, leur rayonnement, d’oser leur légende individuelle, leur créativité… d’oser naître à eux-mêmes en interdépendance au grand tout.

En moi vibrent des parties d’ombres et de lumières…
Aujourd’hui, maintenant, je désire me libérer de toute l’ombre dont je n’ai plus d’utilité.

A mon rythme, avec amour, et douceur,  je laisse venir à moi les causes, les fondements de mes soucis, de mes peurs, de mes ombres…

Où qu’ils soient, d’où qu’ils viennent… je les accueille dans ma Lumière, dans la Lumière qui est en moi, autour de moi, qui est le Ciel, qui est  la Terre, qui est… Moi. Je les accueille quelles que soient leurs formes, leurs couleurs, leurs odeurs… Je les reçois dans ma Lumière, dans La Lumière.

La puissance de ma lumière intérieure, ma puissance, ma sagesse vont maintenant libérer les causes, les fondements de tous ces déséquilibres … la Lumière, l’audace d’être, l’audace de vivre pleinement sur Terre et l’Amour y prennent place… 

Devant moi peut-être y a-t-il des portes… J’ai une clé en main… la clé qui ouvre toutes les portes. Je peux choisir d’ouvrir la porte ou de passer devant et d’en ouvrir une autre ou même de n’en ouvrir aucune… Lorsque j’ouvre une porte,  j’accueille les causes, les fondements de mes soucis, de mon mal-être… j’accueille dans la Lumière ce qui Est…

La puissance de ma lumière intérieure, ma puissance, ma sagesse vont maintenant libérer les causes, les fondements de tous ces déséquilibres … La Lumière, l’audace d’être, l’audace de vivre pleinement sur Terre et l’Amour y prennent place… 

La puissance de ma Lumière intérieure, ma puissance, ma sagesse vont maintenant libérer les causes, les fondements de tous les déséquilibres … La Lumière, l’audace d’être, l’audace de vivre pleinement sur Terre et l’Amour y prennent place… 

Je sais que je suis là, je sais que nous sommes là, je sais que la vie est là…
Je suis en contact avec mon étincelle divine… elle rayonne en moi de mille feux… elle rayonne autour de moi de dix mille feux… Plus elle grandit, plus elle rayonne…
« Soupir »

Je suis un roi, je suis une reine…il est un roi, elle est une reine, nous sommes des rois, nous sommes des reines…
« Soupir » à mon rythme, je reprends contact avec mon corps, avec ma vie, avec la vie, avec la Terre Matière, La Terre Mère.
« Soupir »

Je bouge, je sens, je vis… je vois, j’entends… Mon corps est là, nous sommes là, je suis là !
« Soupir »

Bonjour la Vie, Bonjour moi, bonjour toi, bonjour Nous…

 

A tester, tester aussi les mots dans les phrases…

1.         Je te bouffe, je veux te bouffer (de haine, de colère ou d’amour…)
2.        
Je bouffe (j’avale) mes émotions : colère, rancœur, joie, haine, amour….
3.        
Je comble un vide, un manque / Je remplis un vide, un manque /
C’est mon seul plaisir.
4.        
Personne ne s’occupe de mes besoins.
5.        
Je te veux ! / Je veux que tu me remplisses !
6.        
Je dois m’occuper tout(e) seul(e) de mes besoins /
Je dois me combler tout(e) seul(e).
7.        
Moi seule peux combler mes besoins/ Je dois (Je veux) m’en sortir tout(e) seul(e).
8.        
Je n’ai pas ce que je veux, ce dont j’ai besoin, je cherche ce qu’il me manque.
9.        
Je me fais ce que tu me fais.
10.     
Tu vois ce que tu m’as fais ! / Tu me prends ma vie /
Tu vois ce que tu ne me donnes pas…
11.     
Je prends avant que tu me le prennes, avant que tu me prennes.
12.     
J’ai besoin de garder, c’est ma sécurité, c’est mon bagage.
13.     
Je garde les mémoires du passé, les silences, les secrets de familles,
les situations non acceptées.
14.     
Je garde en moi un être qui m’est cher, qui m’a été cher.
15.     
Je ne veux rien garder de toi !
16.     
J’ai besoin de m’attacher, de me rattacher à quelque chose.
17.     
Surtout, ne pas s’attacher !
18.     
Je ne veux pas être englouti (tomber, m’évanouir), donc j’engloutis ou je disparais !
19.     
J’ai besoin d’aide, de réconfort, de douceur, de stabilité, de solidité.
20.     
La vie est une impasse (ennuyeuse, insupportable, morne…).
21.     
Je dois être bon, doux, rond, mou, souple, décontracté, généreux, gentil,
arrondir les angles.
22.     
Je n’aurai jamais assez / Peur de manquer / Besoin de stocker, emmagasiner,
assimiler.
23.     
J’ai peur de perdre / J’ai peur de l’inconnu / Profiter ou ne pas profiter par peur
de perdre.
24.     
J’ai besoin de cette image de moi… j’ai besoin que les autres voient ce qu’ils
voient…
25.     
Je ne peux (ne veux, n’ose) pas me montrer tel(le) que je  suis.
26.     
Je ne peux montrer ma beauté, ma puissance, ma virilité, ma féminité…
27.     
Il faut tout avaler ! Je dois tout avaler même ce que je ne veux pas, ce que je n’aime
pas ! Il ne faut rien jeter !
28.     
Surtout ne pas montrer le puant, le dégoûtant à l’extérieur, ne pas cracher le
morceau !
29.     
J’ai besoin de jeter, arracher, exclure des choses de ma vie .Vite, cracher le morceau.
30.     
J’ai besoin d’évacuer, de rejeter, d’exclure tout le puant, le dégoûtant de ma vie.
31.     
Rien n’est bon, tout est dangereux, toxique. Ma mère (ou quelqu’un en particulier)
est toxique.
32.     
Je ne suis bon(ne) à rien… Je ne devrais pas être ici, là. Il n’y a rien à faire ici.
33.     
Je suis punissable.
34.     
La vie, la mort, c’est la même chose / Je ne veux, ne peux prendre la responsabilité
de ma vie.
35.     
Ça doit passer / ça ne coincera pas / ça passera / Il faut que sa passe !
36.     
Je veux éliminer/nettoyer les « dégeulasseries ». Je veux vider le pas bon /
Je ne veux rien garder.
37.     
Ça ne passera pas / ça coince.
38.     
Ça passe ou ça casse !
39.     
Tout est bon/ je fais avec ce qui est !
40.     
Je mets de l’ordre dans ma vie / Besoin de perfection / La non-perfection est nocive,
mauvaise…
41.     
Je mets du désordre dans l’ordre trop éprouvant de ma vie
(régime alimentaire parfois excessif).
42.     
Je m’impose un rythme.
43.     
Je ne peux suivre une vie boulot-métro-dodo / Je ne peux suivre les règles,
l’autorité.
44.     
Tout est écœurant / Tout est indigeste.
45.     
Trop, c’est trop /Trop lourd.
46.     
Trop léger ! Pas assez consistante la vie !
47.     
Stop ou encore / Je veux ou ne veux pas.
48.     
Tout est (tester le mot et trop ou pas assez) acide, acre, amer, aigre, aigre-doux,
sucré, doux, suave, doux-amer, pourri, abîmé, gâté, fermenté, salé, piquant, puant,
faisandé, affiné, désinfecté, infecté, stérile, réchauffé, refroidi.


Exemple : Anorexie

  •  Souvent lié à des fantômes transgénérationnels, un fantôme vivant rappelant ce qui n’a pas été dit, accepté… des secrets de famille souvent liés à la « mauvaise » mère, à la « mauvaise » mère  nourricière.
  • Envie de disparaître, croyance de devoir disparaître… Tu ne me nourris pas (nourriture affective, le plus souvent = tu ne m’aimes pas vraiment) ; je vais disparaître, tu ne devras plus t’occuper de moi. Forme de suicide. Fuite.
  • Dans certains cas l’anorexie peut devenir une sorte d’autopunition, d’automutilation = « Je ne devrais pas être ici » !
  • Je ne veux pas vivre. Je fuis dans la presque mort ;  je ne peux être responsable ni de ma vie, ni de ma mort… Alternative entre le choix de vivre et de mourir.
  • Blessure de rejet (voir ci-dessous : la puissance au-delà de la blessure).
  • L’anorexie est la partie visible du désir de fuir la vie, la famille, qui sont vues comme : boulot-métro-dodo, responsabilités, sérieux, autorité, travail, fanatisme.   
  • Bref une mère, une famille peu nourrissante, une vie sans joie, sans gaieté.
  • Croyance de pouvoir passer au travers des barreaux de la cage emprisonnante d’une vie terne, sans nuances et sans couleurs.
  • Lié à ne pas vouloir manger ce que la mère, la maman propose, ce que la mère, la famille met sur la table… Peur d’être « empoisonné », intoxiqué par la mère, la famille qui n’est pas  « bonne » ; peur d’être redevable à une mère, une famille qui n’en est pas une… La mère, la famille est dangereuse, toxique, tue la vie.
  • Souvent une accusation  inconsciente pour culpabiliser la « mère », du style: « Tu vois, tu n’es pas capable de me nourrir correctement, de me donner ce dont j’ai besoin ; tu n’es pas une bonne mère, quand me donneras-tu ce dont j’ai besoin ? »
  • Prise de pouvoir sur l’autre : occupe-toi de moi, donne-moi, j’ai besoin que tu me donnes tout ce que tu as ! Peut même alterner entre : donne-moi tout et je n’ai pas besoin de toi… tu es « pourri ».  L’anorexie devient un outil de pression comme n’importe quelle maladie, infirmité…
  • L’anorexie permet d’être comme un enfant,  de rester un enfant, « je suis un enfant, ne m’en demandez pas trop ».
  • Victimisation,  dépendance, soumission à un processus, non-responsabilité de sa vie, non-prise en charge de sa vie…  attente que le monde résolve la situation et même parfois, l’attente que le monde résolve la situation s’est transformée en croyance que la situation est sans solution.
  • La mère étant considérée comme « mauvaise », « dangereuse », « non conforme »…, il y a refus de la femme et de la mère en soi… pour ne pas être mauvais(e), toxique comme la mère ⇒ d’où perte des formes, de la capacité à enfanter (cycle menstruel)…
  • Croyance de pureté, de virginité ; incapacité, difficulté à affronter la vie dans sa réalité. Rêves.
  • Peut déjà avoir son origine en intra-utérin, premiers jours, enfance :
    - nourriture insuffisante (aliments ou affections) ;
    - croyances erronées de la mère par rapport à la nourriture : un bel enfant est un enfant dodu, être une bonne mère, c’est bien nourrir son enfant ; peur que l’enfant soit trop gros, … bref tout ce qui fait que l’enfant est confondu avec la nourriture ou autre, tout ce qui fait qu’il n’est pas reconnu pour lui-même..
  • Dans certains cas la mère devient la terre entière…

N.B. Toutes difficultés d’assimilation, intoxications, crises de foie pourraient être associées à ce processus… à la différence peut-être qu’il y a oscillation entre les moments de prise en charge et les moments où l’on voudrait être pris en charge.

Dans l’anorexie/boulimie

… il y a le besoin de nourriture, de se remplir d’une mère aimante, douce, et un refus d’être nourri par elle car elle n’est « pas » ressentie comme aimante, douce (voir ci-dessus).


Un chemin pour en sortir…

Se réconcilier avec l’image de la mère, sortir de l’image idéalisée de ce que doit être une mère et venir à la réalité : … mes parents ont fait ce qu’ils ont fait avec leurs blessures, leurs manques, leurs limites… Et même si l’on ne peut pardonner… voir les choses dans leurs réalités et non plus dans l’illusion de la mère et de la femme parfaite… permet de grandes transformations.

Se donner la permission de se nourrir de la nourriture maternelle, d’être nourri. Se donner la permission de ne pas être gavé… Cette père-mission n’a peut-être pas été donnée (absence du père, non implication du père en ce domaine, jalousie du père par rapport à l’enfant !)

Entrer dans le « Je », dans le « Je choisis de vivre » et « Je choisis de prendre part à la vie », « Je choisis de prendre la responsabilité de ma vie », « je choisis de regarder la réalité humaine d’une femme, d’une mère », « je choisis de regarder la réalité en face ».

Je me donne la vie, je me donne l’amour…

Je m’offre la vie, je m’offre l’amour, je n’attends plus de l’autre qu’il soit mon parent.

Je ne cherche plus les solutions à l’extérieur, je sais qu’elles sont à l’intérieur de moi.

Je ne remets plus la responsabilité de ma vie et de mon bonheur aux autres, je les prends en main.

J’ose ma vie.

J’ose le Je.

J’ose qui je suis.

J’accueille et accomplis ma créativité.

 

Dans tous les cas… :

C’est être une mère et un père pour soi, (accueil et al-chimie)

Réunir la famille en soi, l’énergie du Ciel et de la Terre…

Prendre la responsabilité de son chemin de vie…

Le travail d’une vie !

Belle et bonne route à tous…


&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

petit plus

Proposition d’équilibration générale :
N.B. : oublier l’espace-temps

Accueil de ce qui est = Alchimie – Entrer dans l’expérience

Laissez venir à vous toute reliance, toute guidance de pure lumière, la reliance la plus haute.

  1. Discussion du pourquoi de la séance
  1. Cicatrice, plaie ? Ouverte, fermée, où ? Taille, volume, poids, consistance, structure, texture, couleurs, odeurs, bruits…
  1. Entrer dans son prénom : Comment t’appelles-tu ?  Qui est… (nom et/ou prénom).                                                        Où est … (nom et/ou prénom),  Dire : « Bonjour… (nom/prénom) »

Respiration (à tester)

  1. Test comportement (laisser parler la personne sur le sujet !)

Respiration (à tester)

  1. Laissez parler vos mains :

              Cœur <> Es    ;  Es <> Hara   ;  Cœur <> Hara  ;  Front <> Hara  ;  Coronal <-> Base

Respiration (a tester)

  1. Informations? Relaxations? Textes, Cartes, Relaxations, Images, photos, mandalas…

      + Laissez venir à soi les causes, les fondements du « déséquilibre »

  « Maintenant, laisse venir à toi les causes, les fondements de tes soucis… où qu’ils soient, d’où qu’ils  viennent…

Accueille- les … dans ta lumière, dans la lumière qui est en toi, autour de toi, qui est le Ciel, qui est la Terre, qui est… Toi.

Si tu le désires, tu peux garder le silence… ou tu peux parler de ce que tu vois, de ce que tu ressens… 

(N.B. Ici, laisser parler la personne si elle le désire !)

La puissance de ta lumière intérieure, ta puissance, ta sagesse vont  maintenant libérer les causes, les fondements de tous les déséquilibres que tu es prêt(e) à libérer ici et maintenant… la lumière et l’amour y prennent place… »

Respiration (à tester)

  1. Harmonie & petits plus & Respiration (à tester)

-          Aux pieds de la personne, des deux mains, équilibrez
-         la gauche et la droite de la personne.
-         l’avant et l’arrière.
-         le haut et le bas.
-         et à nouveau la gauche et la droite.

-         A la tête de la personne équilibrez la gauche et la droite au niveau du crâne.

-         Aux pieds de la personne ressentez le centre de la personne et permettez à ce
centre de s’élargir, de s’étendre dans tout le corps et au-delà du corps
physique.

Dans cette dernière partie, vous pouvez demander à la personne de participer. Rassemblement/élargissement 

Petits plus : Stabilité, enracinement, axe-ciel-terre, protection, paix, calme, dissoudre le mental…                                                                                                                        

  1. Libération de la colonne (cf. « Les petits Plus » ci-dessous, point 8)

      En douceur !!!!

Respiration (à tester)

  1. Expansion : petite flamme
  1. Ramenez d’un petit geste de la main l’énergie au cœur de la personne

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&


Les petits Plus

 

1.      Enracinement                                                               
Amenez l’Energie de la Terre
- à la plante des pieds + visualisation de racines;
- aux genoux;
- au Chakra de base, Hara, Plexus solaire, Cœur.
Ancrez

2.      Stabilité

- Pression de la paume des mains sur paumes de pieds, pouce le long du méridien rein et simultanément traction hyper légère des pieds vers le bas à l’aide des doigts.
- Mains sur les chevilles, le majeur et l’annulaire remontent sur les méridiens vessie, vésicule biliaire, pouces sur les plantes des pieds.
Ancrez

3.     Paix
Une main sur le chakra du cœur à l’avant et une autre sur le chakra du cœur à l’arrière.
Ancrez

4.      Calme mental
Pouces couchés au-dessus des sourcils ; paume des mains sur les tempes, mains et doigts descendent vers le menton.

Ancrez                  

5.      Protection
Aux pieds du sujet, stabilisez, fortifiez les différents corps.
Ancrez

6.      Fluidité
- Par petits cercles, de la tête au pied, d’un côté, puis de l’autre à trois reprises.
- A droite de la personne, de le la tête vers les pieds, descendre l’énergie et remonter à gauche des pieds vers la tête.  Ou 2 fois.
Ancrez

7. Axe Ciel-Terre

Le « pot’en ciel »             Joie de vivre                   Matrice                               Je suis là
s’incarne sur                     Sécurité                Je deviens ma            Je délimite ma place
la terre                          Protection            propre matrice                     Je rayonne

Voir (cliquer sur le lien): croquis axe ciel terre


Exemple n°2 :  Joie de vivre

De la terre,  amenez une lumière chaude et colorée (mille couleurs) qui remonte vers la colonne vertébrale, dépasse le chakra coronal et retombe en fontaine le long du corps pour revenir sous les pieds, remontez le long de la colonne vertébrale…
Ancrez


***********************************

Libération de la colonne vertébrale

 

Aux pieds de la personne.
N.B. Si la personne a de gros problèmes de dos… faire cet exercice les jambes allongées sur la table et les micro-mouvements ne sont faits qu’en visualisation !

  1.  Mettre les pieds de la personne sur vos épaules… , vos mains sous les mollets…
    Si les jambes sont trop lourdes pour vous… laissez les jambes de la personne sur la table et prenez simplement le haut du talon dans vos mains
    .
  1. Inspirez, et à l’expiration, poussez très, très, très légèrement les jambes de la personne vers le haut (vers la tête).
  1. Renouvelez quelques fois… Le trajet coccyx, vertèbres, occiput, crâne doit être libre.
  1. A l’aide de micros mouvements gauche-droite, vous pouvez sentir si toutes les vertèbres sont suffisamment mobiles: sacrées, lombaires, dorsales, cervicales (même les sacrées soudées peuvent être libérées !).
  1. Voyez, sentez le flux d’énergie circuler librement de haut en bas, en petite rotation entre chaque vertèbre et de façon équilibrée entre la gauche et la droite.

Notes :

Cet exercice libère énormément de tensions, de retenues dans toute la chaîne cranio-sacrée, dans la chaîne musculaire postérieure ainsi qu’au niveau du diaphragme et du plexus !

Les mouvements sont à peine perceptibles et doivent être faits dans la plus grande douceur, sans rien forcer ! On suit simplement ce que le corps est capable de faire… ON NE FORCE PAS !

N’oubliez pas vous-même d’inspirer et d’expirer dans le mouvement.

Si vous le pouvez, suivez le rythme de respiration de la personne.

 

******************************



 Équilibration générale

Laissez venir à vous toute reliance de lumière, toute guidance de lumière.

  1.  Entrez dans son prénom :
    -          Comment t’appelles-tu ?
    -          Qui est… (nom et/ou prénom)
    -          Où est … (nom et/ou prénom)
    -          Dire : « Bonjour…(nom/prénom) »
  1. Laissez parler vos mains :
    -          Cœur <> Es
    -          Es <> Hara
    -          Cœur <> Hara
    -          Front <> Hara
    -          Coronal <> Base

  1. Informations? Relaxations?
    -          Textes
    -          Cartes
    -          Relaxations
    -          Images, photos, mandalas
    -          …
  1. Harmonie, expansion & petits suppléments:
    -        Aux pieds de la personne, des deux mains, équilibrez
               -         la gauche et la droite de la personne
    -         l’avant et l’arrière
    -         le haut et le bas
    -         et à nouveau la gauche et la droite .

    -        A la tête de la personne équilibrez la gauche et la droite au niveau du crâne.-        Aux pieds de la personne ressentez le centre de la personne et permettez à ce
    centre de s’élargir, s’étendre dans tout le corps et au-delà du corps physique.

Dans cette dernière partie, vous pouvez demander à la personne de participer rassemblement/élargissement

Petits suppléments: stabilité, enracinement, joie de vivre, protection, paix, calme, dissoudre le mental…

  1. (Facultatif) Laissez venir à soi les causes, les fondements du « déséquilibre »;

« Maintenant, laisse venir à toi les causes, les fondements de tes soucis… où qu’ils soient, d’où qu’ils viennent… accueille les … dans ta lumière, dans la lumière qui est en toi, autour de toi, qui est le ciel, qui est  la terre, qui est… Toi.
Si tu le désires, tu peux garder le silence… ou tu peux parler de ce que tu vois, de ce que tu ressens…
La puissance de ta lumière intérieure, ta puissance, ta sagesse vont  maintenant libérer les causes, les fondements de tous les déséquilibres que tu es prêt(e) à libérer ici et maintenant… la lumière et l’amour y prennent place… ».

  1. Libération de la colonne vertébrale:
    En douceur !!!!

  1. Ramenez d’un petit geste de la main l’énergie au cœur de la personne.

 

 artifice

 

Accueil et Présence

image_print

Accueil  & Présence

icone Alchimie

Kinésiologie et Présence, septembre 2003

 

Bonjour,

Je partage avec vous ici le contenu du séminaire ‘Accueil & Présence’.

Ce séminaire est pour moi un défi. Il ne s’agit pas ici de partager un savoir intellectuel, des connaissances techniques… Je vais tenter de vous laisser découvrir vos capacités naturelles de présence, d’accueil, de réceptivité, d’interdépendance et de communion avec tout ce qui nous entoure.

Je ne peux donc pas ici me cacher derrière de belles théories; ce sont mes expériences, mon vécu que je vais partager avec vous.

Mon plus grand désir est  que vous puissiez dans ce séminaire trouver, retrouver votre puissance de présence, d’accueil. Une puissance au-delà du mental, au-delà de l’intellect, bien en accord avec qui vous êtes et en résonance, en alliance avec ce qui vous entoure. Oser être à l’aise dans ce qui est !

Puissiez vous prendre de ce séminaire ce qui est juste et bien pour vous dans l’ici et maintenant et laisser le reste de côté…

Bonne découverte,

Josiane

 

Présentation:

I – Terre
> Relaxation n° 1 : Terre-Mère
> Exercice n° 1 + notes : Vous êtes une Terre d’accueil

II – Terre et ciel
> Relaxation et exercice n° 2 : Je suis la Terre, je suis le Ciel, je Suis
> Notes

III – Mains
> Relaxation n° 3 : Ouvrez les mains
> Exercice n° 3 : Laissez parler vos mains

IV – Univers
> Relaxation n° 4 : Conversation avec l’Univers
> Exercice n° 4 : Tests : Le corps vous informe

V – Harmonisation/Expansion
> Relaxation n° 5 : Ce qui est à gauche est comme ce qui est à droite
> Exercice n° 5 : Harmonie, Expansion

VI – Fondements des déséquilibres
> Relaxation n° 6 : Soupirs
> Exercices et Notes n° 6 : Les fondements des déséquilibres

VII – Les petits plus
> Relaxation n° 7 : Petits plus
> Relaxation n° 8 : Libération de la colonne vertébrale
> Relaxation n° 9 : Équilibration générale

Annexes:

- Le test musculaire
- Test non verbal et test verbal
- Comptes rendus sur le thème : un « bon » kinésiologue.

 

**********************************

I – TERRE

Relaxation N° 1 :
Terre-Mère

DSC00756_2

 

Vous êtes installés confortablement.

 « Ton corps repose douillettement sur le sol : les talons de tes pieds reposent, tes mollets, tes cuisses, tes fesses, ton dos, tes épaules, tes bras, tes mains, ta tête…

Tu expires tes tensions, chagrins, douleurs…tu  inspires la vie…
Tu expires tes rancœurs, tes colères… tu inspires la joie…
Le souffle de l’air passe dans tes narines… tu expires… l’air est chaud… tu  inspires… l’air est un peu plus frais… Le souffle de l’air, le souffle de vie…

Ton corps est allongé sur le sol.
Il est porté, soutenu par la Terre.
La Terre qui te reçoit …qui, telle une maman, t’ accueille en ses bras.
Tu reposes en ses bras, tu te confies à celle qui te porte, te soutient…
Elle te reçoit, elle t’ écoute…
Elle t’ ouvre grands les bras, elle perçoit les battements de ton cœur, elle entend tes joies, tes chagrins… elle entend… elle reçoit…

Elle est là.

Où es-tu ? Sur le sol de la plage, sur le tapis moelleux de la mousse d’un sous-bois ? Ailleurs peut-être…
Où es-tu, regarde autour de toi, que vois-tu, que sens-tu ?
Sens-tu cette Terre qui t’accueille, cette Terre qui te reçoit…
Elle résonne à ton rythme. Ensemble, vous n’êtes plus qu’un. Vous êtes à l’Unisson, Vous êtes une Unité.
… elle t’ accueille, elle te protège, elle te reçoit…

Elle est là.

Entends-tu le chant des oiseaux ou d’autres fredonnements de la nature ? Écoute, élargis doucement ton champ de perception… qu’entends-tu ?… que perçois-tu ?… Écoute…

Tu expires… Tu inspires…

La Terre- Mère est toujours présente… elle est toujours là, présente, chaude, accueillante, douce, riche de mille couleurs, de mille saveurs, riche d’une grande solidité, d’une grande stabilité, …un bon appui… elle Est…

… Et si tu avais quelque chose à lui raconter, que lui raconterais-tu ?… Parle, raconte, elle t’écoute, elle te reçoit… Parle, elle t’entend… Tu  peux tout lui dire … elle est la Mère qui reçoit, qui entend…

 Tu expires, Tu inspires, … parle.

 Tous les mots, toutes choses, tous silences sont accueillis, entendus, reçus.

 Tu expires, Tu inspires.

Elle est là, elle te reçoit, elle t’enveloppe, elle te porte…
Elle porte la personne physique que tu es, elle t’accueille… des pieds à la tête, elle accueille ton corps, tes organes, ta structure, tes qualités physiques… Elle accueille même avec beaucoup de douceur et d’amusement  ce que, toi, tu perçois comme de petits défauts…
Elle est là, elle accueille.
Elle accueille ton ADN unique, elle vibre à l’Unisson avec cet ADN.
Elle vibre avec ton  âme, ton cœur, ta conscience et avec tout le chemin d’évolution que tu as déjà parcouru…
Elle entend, chante avec tes joies, elle entend, écoute tes peines.

Elle est là, elle te reçoit, elle t’enveloppe, elle te soutient.
Elle est là, elle accueille ton passé,  ta généalogie,  ton présent, ton futur…
Elle est là, elle accueille tes souffrances, tes blessures, les barrières, les armures, les masques que tu as pu mettre en place pour te protéger, pour survivre !
Elle est là, elle accueille les croyances induites par les parents, la société, la religion… Les croyances qui découlent de ton vécu, de tes expériences.
Elle est là… elle accueille… Elle est là.
Elle t’enveloppe de ses grands bras, elle te porte, te soutient… Elle EST !

Doucement, très doucement, tu  peux bouger une jambe ou un bras…
Elle est toujours présente… mais tu peux bouger… tu es entièrement libre… libre comme le vent, libre comme l’air… Elle est là, t’ entend, te  regarde, te soutient… son cœur bat au rythme de ton cœur… mais tu bouges… elle te laisse libre.

Tu expires, Tu inspires.

… … …

 Doucement, tout doucement, tu peux te mouvoir… au sol, dans la pièce, ou tu  peux tout simplement t’asseoir et sentir, ressentir la présence, l’accueil de notre Terre. »

Trois chevaux

 

  **************************************

 Exercice N°1 :
Vous êtes une Terre d’accueil

Danse les yeux fermés avec conscience de notre corps.
(Assis face à une autre personne.)

 Accueillir, c’est d’abord être présent à soi-même.
Soyez en contact avec vous-même, avec votre corps, avec le beau en vous.
Ensuite, observez le beau en la personne devant vous.
Observer ≠ faire quoi que ce soit, nul besoin d’essayer de rentrer en communication.
Votre état de présence ouverte et l’observation du « beau » en la personne vous mettent instantanément en état d’accueil.
Vous êtes une Terre d’Accueil de par votre présence à vous-même, de par votre ouverture, de par votre observation.
Cet accueil se fait sans aucune possessivité, sans rien prendre, sans même rien donner, il n’y a pas d’analyse, il n’y a point de « Je sais », il n’y a aucun  jugement !
C’est un état. Un état d’être Accueil.

Alors, et alors seulement nous pouvons:
Accueillir avec notre corps.
Accueillir avec notre cœur, avec ce qui résonne en notre cœur, avec ce qui jaillit de notre cœur; alors, nous pouvons observer ce qui se passe en notre tête et en notre hara…
Trois cœurs : la tête, le cœur, le ventre : trois instances intéressantes à consulter.

L’accueil est, ici, à la carte…. Il n’y a pas un accueil type, il n’y a pas de rituel, ni même d’accueil suivant un protocole basé sur des données reçues (classe sociale, ami(e) de X, fils de Y…) Ici, il y a un accueil vivant qui se met en place naturellement en entrant en résonance avec la personne qui se trouve devant nous.

Lorsque tu accueilles une reine, tu accueilles aussi une mendiante,
et quand tu accueilles une mendiante, tu accueilles aussi une reine.

Notes :
Quand la reine, la mendiante vient vous consulter, lorsqu’elle vous parle, vous accueillez :
-         la personne physique des pieds à la tête, sa génétique…
-         son âme, son cœur, sa conscience, son chemin d’évolution…
-         son présent, son passé, sa généalogie, son futur…
-         ses souffrances, ses blessures et toutes les barrières, les armures, les masques mis en place pour se protéger, pour survivre !
-         ses croyances induites par les parents, la société, la religion… .
-         ses croyances découlant de son vécu, de ses expériences.
-         …

Aller plus loin dans cet exercice :

Dans l’état d’accueil du début de l’exercice, après quelques secondes ou quelques minutes, nous pouvons entamer un dialogue/écoute.
Nous restons dans cet état d’accueil et nous accueillons ce qui est dit dans les mots, la manière, les intonations, la pensée… .
Ici, nul jugement, nul besoin d’analyse, nulle nécessité de mettre son grain de sel.

Nous sentons de l’ennui, de l’énervement, …
Prenons du recul. Observons la reine et la mendiante, la mendiante et la reine, le masque qui cache la souffrance, la souffrance qui a mis un masque d’agressivité, d’intellect…  Est-ce la souffrance qui parle, est-ce le masque qui parle ?
Soyons en contact avec le beau en nous, le beau de la nature, le beau de l’Univers, le beau du regard d’un enfant…

Nous ressentons de l’apitoiement, nous croyons que nous devons sauver la personne, nous entrons dans sa douleur…
Prenons du recul. Observons la reine et la mendiante, la mendiante et la reine.
En chaque personne une reine règne… une reine qui connaît sa solution.
Cette reine a peut-être besoin d’une présence, d’une écoute pour mieux se comprendre, pour mieux se rencontrer… Mais elle a, aussi,  en elle toute sa royauté, toute sa majesté, tout son pouvoir… vous n’avez rien de plus que ce qu’elle possède déjà !
Nul besoin d’être le sauveur, nul besoin d’être le juge, nul besoin de l’envahir, de l’étouffer, de la rendre prisonnière de votre présence… Nous n’avons rien, rien de plus que ce qu’elle possède déjà en elle-même !
Inutile de combler notre désir de puissance, pas besoin de « prouver » ou de « nous prouver » quoi que ce soit. Moi, je suis Moi. Toi, tu es Toi et l’autre est l’autre !
RESTONS EN NOUS !

Expirez… Inspirez…

Nous avons envie de nous lover près de la personne, de la bercer, de nous faire bercer en retour…
Prenons du recul. Ne soyons pas  la maman qui donne le sein, ne soyons pas un enfant qui cherche le sein de sa mère… La Terre est riche de milliards de beauté, de milliards de splendeurs… Pourquoi perdre son temps à vouloir recréer encore et encore, toujours et toujours le lien du bébé accroché au sein de sa mère, dépendant du sein de sa mère, dépendant de la mère, et la mère dépendante du bébé qui boit son lait…

Nous sommes UN. Un avec nous-même, Un avec le monde. Nul besoin de fusion !
Accueil, présence. Présence, accueil. Ouverture. Liberté.

Être accueilli de la sorte peut ne pas être évident !
Être accueilli de la sorte, c’est aussi être accueilli dans les parties de nous-même que nous n’aimons pas, mais aussi dans nos parties magiques, merveilleuses, puissantes que nous ne nous sommes jamais permis de rencontrer !…
Cela peut-être difficile.
Être accueilli de la sorte peut réveiller la souffrance de ne pas s’être senti accueilli dans le passé… Ne pas avoir été accueilli par les autres, par papa, maman, l’entourage, l’environnement, la terre, le ciel,  mais aussi, et peut-être même « surtout » par nous-même.

Cependant, aller à la rencontre de soi-même, n’est-ce pas le plus beau cadeau que nous puissions nous offrir ?!

*******************************

 

II – TERRE ET CIEL

Relaxation et exercice n°2 :
Je suis le Ciel, je suis la Terre, je Suis

Ciel_soleil blanc

Accompagné(e) par un partenaire. Le partenaire se met en état d’accueil, de présence, de réceptivité et pose doucement une main au niveau du hara et une main au niveau du cœur. Le partenaire peut simplement se visualiser tel un arbre bien enraciné, solidement ancré dans le sol, ses branches flottant légèrement au vent et se laissant attirer doucement vers la lumière du soleil. 

Avant cette relaxation vous pouvez prendre un temps pour les questions suivantes:
- Comment t’appelles-tu ? Quel est ton prénom ?
- Qui est… (prénom)
- Où est … (prénom)
Dire : « Bonjour… ( prénom) »
Sans jugement, observez comment la personne vous répond, comment la personne se sent pendant ces questions…

Expire et inspire profondément ; expire et inspire profondément.

Installe-toi confortablement, de manière à ce qu’aucune tension ne vienne te déranger.

Si tu le peux, laisse tes paupières se fermer délicatement.

Expire et inspire profondément, expire tout ce que tu peux et inspire profondément.

Nous allons renouveler l’expiration et l’inspiration. A l’expiration, tu pourras laisser couler vers l’extérieur : les soucis, les tensions, les angoisses, les peurs, les colères, tout ce qui perturbe ton quotidien. A l’inspiration, tu pourras absorber le beau, le pur, le propre, la lumière, la vie.

Expire… inspire ; expire… inspire…

Souhaite le bonjour, la bienvenue à ton corps tel qu’il est. Fais de même à ton cœur, à ton Esprit, à ton âme ou à toutes parties de toi en souffrance ou toutes parties que, simplement, tu désires reconnaître, accueillir, découvrir, aimer, soutenir, vivifier…

Expire… inspire…

Du ciel descend vers toi une douce et belle lumière, qui du sommet de ta tête s’écoule dans chaque cellule de ton crâne (le cerveau, les os de la tête, la face, les oreilles, le nez, la bouche, toutes cellules sanguines, musculaires, nerveuses…),
s’écoule le long de ton visage, de ton cou, de ta nuque,
et continue ce parcours intérieur et extérieur
dans les épaules,
les bras, avant-bras,
les mains, les doigts, les bouts des doigts…
le thorax, le haut du dos, les omoplates, les poumons, le cœur, le thymus et tous les vaisseaux associés,
l’estomac, le plexus, la rate à gauche, le foie à droite,  tous les organes, muscles et vaisseaux associés…
l’abdomen, les intestins, la vessie, les organes génitaux, les fesses, tous les organes et muscles associés…

Toute la peau de la partie haute du corps est maintenant recouverte et emplie de cette douce et lumineuse énergie céleste qui continue sa descente
par les cuisses, les jambes en prenant du temps aux genoux, aux chevilles, aux pieds, aux orteils, à la plante des pieds…

Chaque cellule de ton corps, cellules osseuses, peau, organes, sensations, émotions sont à présent baignés de l’énergie céleste qui descend du ciel et s’écoule vers la terre.

De la terre monte une énergie, nourrissante, enveloppante, protectrice, solide, bien terre à terre.
Elle gagne la plante de tes pieds et se mélange à l’énergie céleste dans les jambes…
le bassin, …
le tronc,…
les épaules, les bras, les mains,…
le visage, toute la tête… et monte vers le ciel.

Tu es le ciel et la terre. Tu es la terre et le ciel.

Quel est ton prénom ?
Laisse ton prénom imprégner toutes tes cellules de lumière, laisse ton prénom, ta date de naissance, laisse-Toi glisser, laisse-Toi te lover dans chacune de tes cellules, des pieds à la tête.
Quel est ton prénom de baptême ?
Ton prénom remplit maintenant toutes les cellules de ton corps. C’est une énergie chaude, réconfortante, soutenante, accueillante.
Ton corps se trouve maintenant dans un petit cocon…
Ton corps, ton cocon… sont Toi, sont ton prénom.
Tu Es.
Laisse ta lumière personnelle, ton cœur, ton âme s’allonger, s’étirer, se répandre dans toute cette chaude lumière. La lumière de ton corps, de ton nom, de ton corps de lumière… laisse cette lumière s’étendre aussi loin que tu le désires…10 cm… 1 mètre… peut-être même le tour de la Terre… peut-être l’espace tout entier … ou peut-être juste un beau cocon… à toi de voir !

…..

Vous êtes le ciel et la Terre, vous êtes vous.…..
Quand tu le désires, à ton rythme,  tu peux prendre deux, trois bonnes respirations, bouger légèrement, petit à petit, ouvrir les yeux… Et t’ accueillir dans cette nouvelle énergie.
DSCN1627-2_jesuislaterre
Après cette relaxation … posez à nouveau les questions suivantes:
« Comment t’appelles-tu ? Quel est ton prénom ?

Qui est… ( prénom)
Où est … ( prénom)
Dire : « Bonjour… (prénom) »Sans jugement, observez comment la personne vous répond, comment la personne se sent pendant ces questions… Voyez-vous une différence, la personne sent-elle une différence ?Notes :
Beaucoup d’entre nous s’éparpillent à l’extérieur : soucis, travail, responsabilité familiale ou professionnelle, colère, rancœur, besoin de s’occuper des autres… .
Dans ces périodes là,  notre énergie, elle aussi, s’éparpille, nous ne sommes plus Un.
Nous ramener à nous-mêmes permet un sentiment d’Unité, permet de débuter de nouveaux projets… Revenir à soi, redevenir UN…  Un et en relation avec le monde.
Dans ma pratique, je rencontre régulièrement des personnes n’étant jamais entrées en contact avec elles mêmes.  Leur permettre de revenir, venir à elles mêmes, change leurs vies.Cet exercice et aussi l’occasion de se réconcilier avec son prénom et tout ce qu’il représente et a représenté, et donc avec une partie de soi !Dans notre société, cet exercice est toujours le bienvenu… l’apprivoisement de soi se fait étape après étape… cet exercice peut donc être renouvelé de nombreuses fois !
Être vraiment rassemblé, être vraiment présent à soi est un chemin de tous les jours, de tout instant…
Cette relaxation peut aussi ce faire en posant la question du prénom, des prénoms, du nom de famille, de la date de naissance… 

****************************

 

III – MAINS

Relaxation n°3 :
Ouvrez les mains

Lara_mains

Nous voici allongés…
Les mains ouvertes vers le Ciel…
Nous expirons, nous inspirons…
Nous respirons posément, calmement…
L’air entre et sort de notre corps au rythme de notre respiration…
La vie entre, les soucis, les toxines sortent, la vie entre…

Nous sommes là…
Nous sommes UN.
Un avec nous-mêmes. Un avec notre Cœur. Un avec le monde. Un avec l’Univers.
Nous sommes… Nous sommes…

Notre attention se pose en nos mains…
Ces mains qui ce matin encore ont fait tant de choses…
Rappelons-nous: qu’ont-elles fait ce matin ?… Préparer le petit-déjeuner ? Nous permettre de nous laver ? De nous habiller ?  Donner de petits câlins peut-être ? Conduire une voiture ou grimper dans un bus ?
… Tant de choses, tant de choses sur une seule matinée, sur une seule journée… Rappelons-nous…
… Remercions, sentons nos mains… nos mains qui nous permettent d’écrire, de manger, de jouer, de travailler, d’aimer…

Nos mains sont déposées sur le sol, ouvertes vers le ciel. Elles sont prêtes à recevoir ce que l’Univers, la Source sont prêtes  à y déposer.

Nos mains qui servent, qui serviront sont maintenant un réceptacle… un réceptacle de lumière, d’amour, de joie, de guérison…
Recevons, acceptons de recevoir tous les présents de l’Univers.

Ces présents sont à vous, à toi… Ils sont pour vous, pour toi… Ils n’ont ni commencement, ni fin. Tu ne dois remplir aucune condition pour en bénéficier… Non… vraiment aucune…
Ces présents, ces énergies… sont pour toi, sont à toi, sans condition.

Recevons, acceptons et soyons remerciés de les accepter.
Elles sont à nous, elles sont pour nous; elles se déploieront, se multiplieront et se transmettront librement de main à main, de main à corps, de cœur à cœur…

Recevons, recevons, sans condition.
Laissons se poser en nos mains, laissons se poser en nos cœurs, laissons se poser sur notre 3ème œil tous les présents de lumière, de paix, d’amour, de douceur, de compassion qui prennent place.

Prenons un long temps de silence et recevons…

Doucement, très doucement, nous pouvons à présent bouger les mains…
Nous pouvons les remercier d’avoir reçu, accepté les présents…
Doucement, délicatement nous pouvons les déposer sur notre cœur et leur donner tout notre amour…

Doucement, tout doucement, j’ouvre les yeux, j’inspire et j’expire à la vie… je souris à la vie…

lac

Nos mains sont des miroirs.
Elles reçoivent l’image du corps physique
mais aussi des corps énergétiques.
Je vous propose de travailler
dans le miroir,
d’harmoniser, d’équilibrer l’image reflétée.
Si l’image ainsi harmonisée
est en résonance  avec la personne,
elle choisira de s’y ajuster !

                                    Josiane

       

***************************

 

Exercice n°3 :
Laissez parler vos mains

DSCN1453_parler vos mains

 

Cette mini équilibration peut se faire dans le silence, lorsque la personne parle ou même dans un échange. Si la personne désire parler, laissez-la parler, répondez à ses questions, écoutez, soyez présent, soyez accueil, ne changez pas l’orientation de la personne. 

Pensez aussi à prendre du recul, à laisser « de l’air » à la personne.
La tête ne doit même pas savoir à l’avance ce que vont faire nos mains, elle ne doit même pas savoir où nos mains vont se placer… Nos mains  répondent au corps sur lequel elles se posent…
Les mains sont comme des petits médecins autonomes et indépendants de la réflexion et même indépendants d’un cœur débordant qui veut donner.
Le cœur est le soin, le soin est cœur !
Dans un soin, nul besoin d’aimer, de donner de l’amour.
L’amour est dans le soin. Le soin est l’amour.

Je me demande si un des problèmes de notre société n’est pas de vouloir aider, aimer… Cela nous fait du bien, cela nous permet de faire vivre un cœur souvent ankylosé, cela nous apporte donc du bien-être, de la fierté, de la reconnaissance.
C’est : « Je prends mon pied »,  « Je prouve mes compétences », « Je me prouve que je suis génial… », « Je comble mes propres manques en donnant à tout prix l’amour, la guérison ».
Bref, c’est la définition de l’égoïsme : Je fais pour l’autre, j’aide l’autre, je suis une bonne et gentille personne, j’aime l’autre pour moi-même !

Le soin « ultime » est bien au delà de tout cela!

Le soin ultime  est la personne qui reçoit le soin et absolument pas celui qui le donne!

J’ai même envie d’aller plus loin, le soin est la terre, le soin est le ciel, le soin est l’Univers dans son entier.

Nos mains n’ont pas de limites. Elles ne sont pas limitées à leurs apparences physiques. Elles sont peut-être, physiquement, à la surface du corps, mais en même temps, elles peuvent être « au centre de la Terre ».

Le soin n’est pas une fusion entre le donneur et le receveur, il est l’Univers dans son entier!

Le soin n’est pas un acte, le soin ne se fait pas… il est simplement.
Il est par la présence à soi-même, présence à soi-même en interdépendance à tout ce qui est!

Dans le doute… le mieux est de placer les mains et de laisser couler, de laisser vivre « l’énergie ». Elle sait toujours ce qu’elle a à faire, le chemin qu’elle a à parcourir!

(voir aussi exercice n° 1)

 1.      Prise de connaissance/libération

Une main sur Cœur et une autre sur Estomac… attendre 5 à 10 minutes; si vous en ressentez le besoin, la main posée sur l’estomac peut bouger très légèrement, de petits mouvements presque imperceptibles… allez à la rencontre… Ne pas le faire si vous ne le ressentez pas !!!

2.      Revenir en son corps

Une main sur l’estomac, l’autre sur le hara… attendre 5 à 10 minutes; si vous en ressentez le besoin, la main posée sur le hara peut bouger très légèrement… allez à la rencontre… Ne pas le faire si vous ne le ressentez pas !

3.      Équilibre, harmonisation, centrage

Une main sur le cœur, une main sur le hara…. 5 à 10 minutes… allez à la rencontre, si possible sans bouger les mains.

4.      Entrer dans la vie, paix

Une main sur le front, l’autre sur le hara (N.B. : la main sur le front ne doit pas nécessairement toucher la peau).

5.      Retrouver son axe

Une main à quelques centimètres du chakra de la base, l’autre à quelques centimètres du chakra coronal. Attendez que l’énergie s’équilibre entre vos deux mains.

Variantes suivant l’appel fait à vos mains :
- Profondeur/hauteur : la pression de la main sur le corps peut devoir être plus intense ; vous pouvez être appelés à travailler plus dans les corps énergétiques que directement en contact avec le corps.
- Les mains peuvent être amenées à bouger de gauche à droite, d’avant en arrière… en rotation…
L’ordre des positions des mains peut  être modifié.

IMG_0714

 

**************************

 IV – UNIVERS

Relaxation n°4 :
Conversation avec l’Univers

 

DSCN2135

 

Mon corps repose sur le sol.
Il est détendu, relax, cool, zen…
Il se détend de plus en plus… mes jambes, mes cuisses, mes fesses, mon dos, mes épaules, mes bras, mes mains, ma nuque, ma tête… tout repose…
Mon corps se détend de plus en plus…
Il ne fait plus qu’un avec la Terre…
La Terre ne fait plus qu’un avec moi…
Nous sommes UN.

Je suis,
J’entends,
Je reçois,
Je suis, j’entends, je reçois des informations venant de la Terre entière.
Mon corps est détendu, relax, cool, zen…

Voici un oiseau qui me parle… que me conte-t-il ?
Que cet arbre est beau… est-ce un chêne, un hêtre, un bouleau ? Lui aussi me parle ? Que me conte-t-il ? J’écoute, j’entends…
Je ne comprends pas vraiment ce qu’il me dit… mais je sais qu’il me parle et je sais que je lui réponds…
Je ne comprends pas  vraiment ce qu’il me dit, mais la musique est belle, chantante, harmonieuse…. Quelle douce mélodie…

Voici le refrain d’une rivière, je l’entends, je l’écoute…

Près de moi s’est installé un petit animal… on dirait un chat… mais est-ce un chat ?…
Il me parle…. Il me parle dans une langue que je ne connais pas… mon cœur, ma tête, mon ventre entendent, écoutent, comprennent… je réponds…

Comme tout cela est amusant… chantant… suis-je dans un film de Walt Disney… ?
Le monde parle… le monde me parle… les arbres, les fleurs, les animaux, le soleil, les nuages, les cailloux, la montagne, la mer…

Comme tout cela est amusant…
Chaque cellule de mon corps entre en conversation avec ce qui l’entoure…
Voilà mon oreille qui parle au vent…
mon pied qui parle au petit caillou près de lui,
mon ventre qui tient la conversation aux beaux fruits de l’arbre,
mon cœur qui chante à l’unisson avec l’oiseau bleu sur la branche…
Tout mon corps chante, converse, écoute, entend, raconte, discute, rit, partage…

Comme cela est amusant… tout mon corps pétille… on dirait une grande centrale téléphonique.
Bip…. Bip…. Allô… Salut…Bip…Bip…
Bip… communication du Québec… Bip*
Bip….communication d’Australie… Bip
Bip… aucun parasitage… toutes les lignes sont fluides… bip… Ici Kangourou…
Bip… ici la lune… le soleil… Bip
Tous, tous me parlent… Quelle douce mélodie…
J’entends les Arbres, les Oiseaux, le Chat, la Lune, les Etoiles…
J’entends les infos du monde entier, je reçois les infos de l’Univers entier, je parle, converse avec l’Univers.
Je suis bien… détendu, relax, cool… JE SUIS…

Doucement, bien doucement, je reprends contact avec la terre qui est sous moi,
Je pousse un gros soupir d’aise,
J’entends, je reçois,
Je suis,
Je bouge légèrement sur le sol,
Je soupire,
J’ouvre un œil, j’ouvre l’autre…
Non, je n’ai pas rêvé, la Terre, l’Univers est bien là… présent autour de moi…

Merci.

DSC02296_2

 *********************************

Exercice n°4 : Tests…
Le corps vous informe

vieille dame

1ère partie :

Posez une main sur votre avant-bras… prenez le temps d’entrer en contact avec votre avant-bras, comme si vous lui parliez silencieusement. Faites de légères pressions du pouce et relâchez…
Demandez mentalement à votre bras de vous exprimer la joie et faites une pression légère du pouce…
Demandez mentalement à votre bras de vous exprimer la tristesse et faites une pression légère du pouce…
Pensez à un animal que vous aimez, à la forêt, la nature, à des aliments que vous n’aimez pas, au soleil.

Refaire ce même exercice sur les bras de différentes personnes présentes.

Notes :
Le test est un outil simple, facile, efficace et très surprenant pour dialoguer avec le corps.
Je parle bien ici de dialogue.
Vous faites des propositions et il vous répond !
Il vous répond bien plus que « oui » et « non »…
Entre « oui » et « non », il y a mille et une variantes.. « oui mais », « pas tout de suite »…
Le corps va donc vous inviter à suivre son chemin, son rythme, ses besoins…

N’attendez rien… laissez vous surprendre.

2ème partie : Proposer au corps une information

livre

 

Scannez de la main ou même des yeux des livres, des cartes…
Arrêtez-vous sur ce que le corps désire…
Testez la page, le titre… lisez ou faites lire.

Propositions de livres :
Livres de Jacques Salomé :
-       Contes à guérir, contes à grandir
-       Contes à aimer, contes à s’aimer
Omraam Mikhaël Aïvanhov : Pensées quotidiennes
Eileen Caddy : La petite voix, méditations quotidiennes
Shakti Gawain : Un instant, une pensée pour chaque jour
Lise Bourbeau : Une année de prise de conscience
Les essences florales, minérales…

Propositions de jeux de cartes :
-       Tarot Zen
-       Féminitude de Monique Grande

N.B. De nombreux livres, images, photos, mandalas, musiques, épices, élixirs… peuvent être ainsi testés et apporter de bonnes informations.

*******************************

 V – HARMONISATION / EXPANSION

Relaxation n°5 :
Ce qui est à gauche est comme ce qui et à droite

DSCN2045

Tu es là, nous sommes là.
Tu es là, bien allongée sur le sol de notre Terre-Mère .
Ton corps se détend, ton corps est détendu.
Ce qui est à gauche est comme ce qui est à droite… Tu es là, ton corps se détend, ton corps est détendu.

Ce qui est à gauche est comme ce qui est à droite, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.  Tu es là, nous sommes là.

 Ce qui est à gauche est comme ce qui est à droite, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est devant est comme ce qui est derrière…
Tu es là, nous sommes là, la vie est là…
Tu expires les tensions, tu expires les soucis, tu inspires la vie…
Ce qui est à gauche est comme ce qui est à droite, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est devant est comme ce qui est derrière…
Tu es là, nous sommes là, la vie est là…

Le ciel coule en toi comme un long fleuve tranquille, la Terre monte en toi comme un feu apaisant…
Le ciel coule en toi comme un feu apaisant, la Terre monte en toi comme un long fleuve tranquille.
Ce qui est à gauche est comme ce qui est à droite, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est devant est comme ce qui est derrière…
Tu es là, nous sommes là, la vie est là…

Tu sens les limites de ton corps physique… son contenu, tes pieds, tes mains…
Tu te rassembles dans ton corps, tu t’unifies à ton corps… Tu es là… Tu prends le temps de bien sentir que tu es là… dans ton corps…
As-tu chaud, bon ou froid ? Que sens-tu? Confort, bien-être, calme, tensions… ? …Tu es dans ton corps…
Ce qui est à gauche est comme ce qui est à droite, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est devant est comme ce qui est derrière…
Tu es là, nous sommes là, la vie est là…

En toi, une étincelle divine, l’étincelle de vie, l’étincelle de ta vie, de ton cœur, de ton âme…où la situes-tu  ?
Est-ce une petite flamme, une étincelle ? un petit soleil… autre chose ?
Comment la représentes-tu ?

Permets-lui  de s’élargir, de s’accroître progressivement dans tout ton corps, un peu comme des ondes dans l’eau lorsque tu lances un caillou.
Ces ondes se répandent dans tout  corps… Nourrissent, vivifient, fortifient, illuminent chaque cellule, chaque organe, les os, le système sanguin, le système lymphatique…
Ces ondes, c’est toi, c’est ton étincelle divine, ta lumière intérieure, ton moi profond…

Laisse-toi grandir, amplifier, rayonner,  jusqu’où tu le désires… il n’y a pour toi, aucune limite ! »

 DSCN2029

***********************************

 

Exercice n°5 :
Harmonie, Expansion

 DSCN1925

 Aux pieds de la personne, des deux mains, équilibrez
-         la gauche et la droite de la personne
-         l’avant et l’arrière
-         le haut et le bas
-         et à nouveau la gauche et la droite.
A la tête de la personne équilibrez la gauche et la droite au niveau du crâne.

Aux pieds de la personne ressentez le centre de la personne et permettez à ce centre de s’élargir, s’étendre dans tout le corps et au-delà  du corps physique.
Dans cette dernière partie vous pouvez demander à la personne de participer rassemblement/élargissement :

« Sentez votre corps physique, ses limites, son contenu, vos pieds, vos mains…
Rassemblez-vous dans votre corps physique… prenez le temps de bien sentir que vous êtes là… dans votre corps
Avez-vous chaud ? Avez-vous froid ? Que sentez-vous ? Confort, bien-être, calme, tensions… ?

Vous êtes dans votre corps.

L’étincelle divine qui est en vous,…où la situez-vous ?
Est-ce une petite flamme, une étincelle ? un petit soleil… autre chose ?
Comment la représentez-vous ?

Pouvez-vous lui permettre de s’élargir progressivement dans tout votre corps, un peu comme des ondes dans l’eau lorsque vous lancez un caillou.
Ces ondes se répandent dans tout votre corps…dans chaque cellule, chaque organe, les os, le système sanguin, le système lymphatique…
Ces ondes, c’est vous, votre étincelle divine, votre lumière intérieure, votre moi profond…

 Laissez vous accroître,  jusqu’où vous le désirez… il n’y a pour vous aucune limite »

DSCN1925_2

Ancrez

 

*********************************

 VI – FONDEMENTS  DES DÉSÉQUILIBRES

Relaxation n°6 (avec un partenaire) :
Soupirs

 

5 Ourthes

 

« Soupir »
Confortablement installé sur le sol de Notre Mère la Terre
Je me repose
Je suis bien avec moi
Je sais maintenant que je suis UN avec la Terre, avec le Ciel, avec l’Univers
« Soupir »
Je sais que ce qui est à gauche est comme ce qui est à droite, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est devant est comme ce qui est derrière…
Je sais que je suis là, je sais que nous sommes là, je sais que la vie est là…
Je suis en contact avec mon étincelle divine… elle rayonne en moi de mille feux… elle rayonne autour de moi de dix-mille feux… plus elle grandit, plus elle rayonne…
« Soupir »

Je suis une reine, un roi, une princesse, un prince… Je suis une mendiante, un mendiant, je suis handicapé(e) de parties de ma vie. Je suis une reine, je suis un roi, une princesse, un prince…
« Soupir »

En moi vibrent des parties d’ombres et de lumières…
Aujourd’hui, maintenant, je désire me débarrasser de toute l’ombre dont je n’ai plus d’utilité.
Je suis une reine, un roi, une princesse, un prince… Je suis une mendiante, un mendiant, je suis handicapé(e) de parties de ma vie. Je suis une reine, je suis un roi, une princesse, un prince…
« Soupir »

Je suis une reine, un roi, une princesse, un prince… Je suis une mendiante, un mendiant, je suis handicapé(e) de parties de ma vie. Je suis une reine, je suis un roi, une princesse, un prince…
Ma lumière rayonne de mille feux.

A mon rythme, avec amour, et douceur,  je laisse venir à moi les causes, les fondements de mes soucis, de mes misères, de mes ombres…
Où qu’il soient, d’où qu’ils viennent… je les accueille dans ma Lumière, dans la Lumière qui est en moi, autour de moi, qui est le Ciel, qui est  la Terre, qui est… Moi. Je les accueille qu’elles que soient leurs formes, leurs couleurs, leurs odeurs… je les reçois dans ma Lumière, dans La Lumière.
La puissance de ma lumière intérieure, ma puissance, ma sagesse vont maintenant libérer les causes, les fondements de tous ces déséquilibres … la Lumière et l’Amour y prennent place… 

Devant moi peut-être y a-t-il des portes… J’ai une clé en main… la clé qui ouvre toutes les portes. Je peux choisir d’ouvrir la porte ou de passer devant et d’en ouvrir une autre ou même de n’en ouvrir aucune… lorsque j’ouvre une porte  j’accueille les causes, les fondements de mes soucis, de mon mal-être… j’accueille dans la lumière ce qui Est…

La puissance de ma lumière intérieure, ma puissance, ma sagesse vont maintenant libérer les causes, les fondements de tous ces déséquilibres … la Lumière et l’Amour y prennent place… »

Si je le désire, je peux garder le silence… ou je peux parler de ce que je vois, de ce que je sens, ressens…
La puissance de ma lumière intérieure, ma puissance, ma sagesse vont maintenant libérer les causes, les fondements de tous les déséquilibres … la lumière et l’amour y prennent place… »

Je sais que je suis là, je sais que nous sommes là, je sais que la vie est là…
Je suis en contact avec mon étincelle divine… elle rayonne en moi de mille feux… elle rayonne autour de moi de dix-mille feux… plus elle grandit, plus elle rayonne…
« Soupir »
Je suis un roi, je suis une reine…

« Soupir » à mon rythme, je reprends contact avec mon corps, avec ma vie, avec la vie, avec la Terre Matière, La Terre Mère.

« Soupir »
Je bouge, je sens , je vis… je vois, j’entends…Mon corps est là, nous sommes là, je suis là !
« Soupir »

Bonjour la Vie

Lara_jardin

 

 ****************************

 

Exercice n°6:
Les fondements des déséquilibres

DSCN2106 roches_fondement déséquilibresDSCN2108

Laissez venir à soi les causes, les fondements du « déséquilibre »


« Maintenant, laisse venir à toi les causes, les fondements de tes soucis… où qu’ils soient, d’où qu’ils viennent*… accueille-les … dans ta lumière, dans la lumière qui est en toi, autour de toi, qui est le ciel, qui est  la terre, qui est… Toi.Si tu le désires, tu peux garder le silence… ou tu peux parler de ce que tu vois, de ce que tu ressens…

La puissance de ta lumière intérieure, ta puissance, ta sagesse vont  maintenant libérer les causes, les fondements de tous les déséquilibres que tu es prêt à libérer ici et maintenant… la lumière et l’amour y prennent  place… »
 * où qu’ils soient, d’où qu’ils viennent. * = dans l’espace temps… tout est possible et peu importe après tout !

 

Notes :
La personne peut parler, voir, ressentir ou ne rien voir, ne rien ressentir… accueillez simplement…
Ce qu’elle voit, perçoit… peut être réel, irréaliste, présent, passé ou futur… aucune importance … accueillez !
Cette étape nécessite beaucoup de présence, d’acceptation, de non-jugement… d’accueil.
Si un jour, pour une quelconque raison, vous ne vous sentez pas apte à l’accueillir, ne faites pas cette étape. Si vous ne manquez de temps… ne faites pas cette étape.
Il est important de pouvoir être présent et d’avoir du temps.
Cette étape peut prendre 5 minutes comme une demi-heure.


 

****************************

VII – LES PETITS PLUS

Exercice n°7 :
Petits Plus

 petit plus

1.      Enracinement                                                               
Amenez l’Energie de la Terre
- à la plante des pieds + visualisation de racines;
- aux genoux;
- au Chakra de base, Hara, Plexus solaire, Cœur.
Ancrez

2.      Stabilité
- Pression de la paume des mains sur paumes de pieds, pouce le long du méridien rein et simultanément traction hyper légère des pieds vers le bas à l’aide des doigts.
- Mains sur les chevilles, le majeur et l’annulaire remontent sur les méridiens vessie, vésicule biliaire, pouces sur les plantes des pieds.
Ancrez

3.     Paix
Une main sur le chakra du cœur à l’avant et une autre sur le chakra du cœur à l’arrière.
Ancrez

4.      Calme mental
Pouces couchés au-dessus des sourcils ; paume des mains sur les tempes, mains et doigts descendent vers le menton.
Ancrez                  

5.      Protection
Aux pieds du sujet, stabilisez, fortifiez les différents corps.
Ancrez.

6.      Fluidité
- Par petits cercles, de la tête au pied, d’un côté, puis de l’autre à trois reprises.
- A droite de la personne, de le la tête vers les pieds, descendre l’énergie et remonter à gauche des pieds vers la tête.  Ou 2 fois.
Ancrez

7. Axe Ciel-Terre

Le « pot’en ciel »             Joie de vivre                   Matrice                               Je suis là
s’incarne sur                     Sécurité                Je deviens ma            Je délimite ma place
la terre                                 Protection            propre matrice                     Je rayonne

Voir: croquis axe ciel terre


Exemple n°2 :  Joie de vivre

De la terre,  amenez une lumière chaude et colorée (mille couleurs) qui remonte vers la colonne vertébrale, dépasse le chakra coronal et retombe en fontaine le long du corps pour revenir sous les pieds, remontez le long de la colonne vertébrale…
Ancrez


***********************************

Exercice n°8 :
Libération de la colonne vertébrale

 essaouira 2007

Aux pieds de la personne
N.B. Si la personne a de gros problèmes de dos… faire cet exercice les jambes allongées sur la table et les micro-mouvements ne sont faits qu’en visualisation !

  1.  Mettre les pieds de la personne sur vos épaules… , vos mains sous les mollets…
    Si les jambes sont trop lourdes pour vous… laissez les jambes de la personne sur la table et prenez simplement le haut du talon dans vos mains.
  1. Inspirez, et à l’expiration, poussez très, très, très légèrement les jambes de la personne vers le haut (vers la tête).
  1. Renouvelez quelques fois… Le trajet coccyx, vertèbres, occiput, crâne doit être libre.
  1. A l’aide de micros mouvements gauche-droite, vous pouvez sentir si toutes les vertèbres sont suffisamment mobiles: sacrées, lombaires, dorsales, cervicales (même les sacrées soudées peuvent être libérées !).
  1. Voyez, sentez le flux d’énergie circuler librement de haut en bas, en petite rotation entre chaque vertèbre et de façon équilibrée entre la gauche et la droite.

Notes :

Cet exercice libère énormément de tensions, de retenues dans toute la chaîne cranio-sacrée, dans la chaîne musculaire postérieure ainsi qu’au niveau du diaphragme et du plexus !

Les mouvements sont à peine perceptibles et doivent être faits dans la plus grande douceur, sans rien forcer ! On suit simplement ce que le corps est capable de faire… ON NE FORCE PAS !

N’oubliez pas vous-même d’inspirer et d’expirer dans le mouvement.

Si vous le pouvez, suivez le rythme de respiration de la personne.

 

DSCN0185

 

Exercice n°9 :
Équilibration générale

fougères_equilibration generale

 

Laissez venir à vous toute reliance de lumière, toute guidance de lumière.

  1.  Entrez dans son prénom :
    -          Comment t’appelles-tu ?
    -          Qui est… (nom et/ou prénom)
    -          Où est … (nom et/ou prénom)
    -          Dire : « Bonjour…(nom/prénom) »
  1. Laissez parler vos mains :
    -          Cœur <-> Es
    -          Es <-> Hara
    -          Cœur <-> Hara
    -          Front <-> Hara
    -          Coronal <-> Base
  1. Informations? Relaxations?
    -          Textes
    -          Cartes
    -          Relaxations
    -          Images, photos, mandalas
    -          …
  1. Harmonie, expansion & petits suppléments:
    -          Aux pieds de la personne, des deux mains, équilibrez
               -         la gauche et la droite de la personne
               -         l’avant et l’arrière
               -         le haut et le bas
               -         et à nouveau la gauche et la droite .

-         A la tête de la personne équilibrez la gauche et la droite au niveau du crâne.

          -         Aux pieds de la personne ressentez le centre de la personne et permettez à ce
centre de s’élargir, s’étendre dans tout le corps et au-delà du corps physique.

Dans cette dernière partie, vous pouvez demander à la personne de participer rassemblement/élargissement 

Petits suppléments: stabilité, enracinement, joie de vivre, protection, paix, calme, dissoudre le mental…

  1. (Facultatif) Laissez venir à soi les causes, les fondements du « déséquilibre »;

« Maintenant, laisse venir à toi les causes, les fondements de tes soucis… où qu’ils soient, d’où qu’ils viennent… accueille-les … dans ta lumière, dans la lumière qui est en toi, autour de toi, qui est le ciel, qui est  la terre, qui est… Toi.
Si tu le désires, tu peux garder le silence… ou tu peux parler de ce que tu vois, de ce que tu ressens…
La puissance de ta lumière intérieure, ta puissance, ta sagesse vont  maintenant libérer les causes, les fondements de tous les déséquilibres que tu es prêt(e) à libérer ici et maintenant… la lumière et l’amour y prennent place… ».

  1. Libération de la colonne vertébrale:
    En douceur !!!!
  1. Ramenez d’un petit geste de la main l’énergie au cœur de la personne.


FIN

 

**********************************************************************************************************


Annexes

 

Happy Le test musculaire : test musculairecouleur

Happy Test non verbal et test verbal : test verbal_non verbal

Happy Lecture : pour vous… un bon kinésio… : Comment être un bon kinésio


 

 

Josiane Nieuwborgh – Septembre 2003

Kinésiologie et Présence

www.accueil-alchimie.be

Lettre à mes ancêtres

image_print

 DSC00164_2

Bonjour, 

Depuis quelques mois, j’ai pu observer dans ma pratique et dans ma vie  que certains de nos comportements, systèmes de croyances, émotions, maladies… étaient, non pas uniquement des fidélités ou loyautés aux ancêtres, mais bien  des liens, des énergies, des attentes créés par eux ou avec eux dans la souffrance ou dans l’amour, dans la joie ou dans la haine… des liens qu’il nous paraît, consciemment ou inconsciemment,  inconcevable de rompre, de couper…  

« On » ne coupe pas, « on » ne brise pas un lien d’amour…, « on » ne brise pas un lien créé par des événements pénibles, vécu dans la douleur… Il est des liens, des pactes indestructibles… ». Une phrase qui revient souvent : « mais… il nous aimait …»… oui ! Mais comment, de quel amour ? 

Et il est aussi des liens, des énergies  ayant acquis une existence, une présence particulière dans la matière, autonome, impalpable pour la plupart …

Des liens, des énergies qui nous gouvernent, qui gouvernent notre vie, qui nous aveuglent, nous rendent sourds, nous coupent de nos sensations et de nos espoirs, qui nous enferment dans des schémas répétitifs dont nous n’avons presque jamais conscience. 

Ces liens, ces énergies « vivent », sont attachés à des lieux, des objets, des lettres, mais aussi à la descendance, aux amis… tels de petits fantômes cachés dans des placards ou de petits revenants malicieux parcourant les continents, vivant en parasite autour de la famille, des amis, ennemis… 

Nombre de ces liens, énergies, fantômes… vivent et survivent par des croyances de devoirs, d’obligations… liées à l’amour… Ils vivent, survivent par une mauvaise définition de l’Amour. 

Ces distinctions sont importantes afin de se dégager plus précisément des mémoires « paralysantes » de la généalogie. 

Fuir ses ancêtres, c’est se couper d’une partie de soi, c’est devoir recommencer une expérience similaire ailleurs et autrement dans une école souvent moins compétente. 

Je vous propose donc d’écrire, de ré-écrire régulièrement cette lettre à vos ancêtres, au fur et à mesure de votre désir de changement. La lire à haute voix, ensuite, semble libérer d’autre chose encore que l’écriture elle-même. La brûler ensuite aide certaine personne à l’envoyer à l’Univers.

Josiane 

 

A Mes Ancêtres, Ici et maintenant, Dans l’au-delà, Là où ils sont.

 

Lettre à mes ancêtres:

 

Bien le bonjour à vous, bonjour à tous,

Je vous salue et je suis heureux(se) de communiquer avec vous.

Bonjour à vous que je connais, que j’ai rencontrés,
bonjour à vous dont j’ai entendu parler par ma famille,
bonjour à vous que nous avons oubliés,
et bien le bonjour à vous dont je ne soupçonne même pas l’existence.

Bonjour à vous, mes ancêtres biologiques, mais aussi à vous tous qui avez tenu le rôle de père, mère, grand-père, grand-mère et ce dans toutes les générations, dans la lignée de mon père, dans la lignée de ma mère…

Je vous salue, vous êtes mes ancêtres, vous êtes ma famille, je vous reconnais comme tels.

Je choisis de vous écrire ces quelques mots dans l’amour qui libère et la paix.

Si ma vie n’est pas toujours simple, je me doute bien que la vôtre a aussi porté sa part de souffrance et de joie.

Je suis le chemin parcouru par moi-même et je suis le long chemin que vous avez parcouru. Vous êtes mes ancêtres, je suis une partie de votre descendance et je suis moi (prénoms, nom, date de naissance).

Vous êtes ceux par qui je suis arrivé(e) un jour sur cette planète. Je vous en suis reconnaissant(e) et je vous rends hommage.

Au fond de moi, je sais que vous avez fait, au jour le jour, au mieux de vos possibilités avec les cartes du jeu de votre vie. Au fond de moi, je sais que je suis un roi, une reine, un mendiant, une mendiante. Au fond de moi, je sais que tous vous avez été un roi, une reine, un mendiant, une mendiante.

 

Aujourd’hui, par cette lettre,

je veux me libérer,  me dé-s-identifier,  me désolidariser, me différencier

-       de toute mes fidélités et loyautés familiales;

-       de toutes mes croyances conscientes et inconscientes liées à l’amour, la haine, la souffrance, la culpabilité, les notions de « bien et de mal »;

-        de toutes ces mémoires, ces fantômes du passé;

-       des croyances, des vécus familiaux, sociaux par rapport aux relations amoureuses, sentimentales, conjuguales, sexuelles, filiales…

-       des traumatismes physiques, émotionnels, mentaux, spirituels…

qui freinent mon épanouissement, qui sont pour moi dépassés, ankylosants et même parfois franchement nocifs.

 

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toutes ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Ici et maintenant, je me donne le droit de me libérer, je me donne la permission de me libérer de toutes les fidélités, loyautés qui freinent mon épanouissement.

Prendre ces fidélités était pour moi une manière de vous aimer, d’être aimé(e), considéré(e), reconnu(e), d’appartenir à une tribu… et d’autres choses peut-être.

Toutes les fidélités, loyautés dont je peux me libérer aujourd’hui, je m’en libère aux niveaux conscient, inconscient, subtil… dans tous mes corps, tous mes chakras, toutes mes cellules, dans tout mon ADN (gènes, chromosomes, atomes et tout, absolument tout ce qui compose mon ADN) afin de trouver, retrouver la puissance de mon être, de mon bien-être, de ma santé.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Aujourd’hui, je choisis d’être moi-même, d’être pleinement moi-même, de suivre ma voie, ma voix et non la voie, la voix du sang.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

La meilleure manière pour moi de vous être fidèle est de me réaliser pleinement dans la joie et l’amour.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Je sais que cette opération chirurgicale peut me laisser une impression de vide, de grand vide, de lassitude, de perte… mais je sais qu’elle peut aussi m’apporter beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup… de légèreté, de plénitude, de vitalité, d’enthousiasme pour la vie, pour ma vie.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Je choisis d’accueillir le cortège des émotions, des sensations qui accompagnent ce travail… Je choisis d’accueillir qui je suis, d’accueillir ma beauté infinie, ma puissance, mon rayonnement divin.

Si vous le pouvez, je vous demande, du fond de mon cœur, du fond de chacune de mes cellules qui portent les mémoires de votre ADN et/ou de votre vécu, si vous le pouvez, je vous demande votre aide et votre bénédiction dans cette libération.

Je me libère, je vous libère du plus de fidélité, de loyauté dont je peux me libérer et vous libérer aujourd’hui.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Je veux me libérer, me détacher, me dé-s-identifier, me désolidariser, me différencier.

Je me donne le droit, la permission de me libérer, me détacher, me dé-s-identifier, me désolidariser, me différencier.

Je veux vous libérer de toutes les émotions conscientes et inconscientes : les « je t’aime » que je n’ai pu vous dire, exprimer ou vivre, les bons moments que je n’ai pu ou su partager avec vous, mais aussi les frustrations, les colères, les haines ; les sensations de rejet, d’abandon, d’humiliation, de trahison, d’injustice que je n’ai pu exprimer ou que j’ai enfouis, refoulés ou tout simplement portés sur mes épaules, sur mon dos, en mon cœur ou dans toutes autres parties de mon corps et de mes corps.

Je me libère, je vous libère.

Je me détache, je vous détache.

Je me désidentifie, je vous désidentifie.

Je me désolidarise, je vous désolidarise, je me différencie, je vous différencie.

Je vous rends votre destin, vos choix, vos émotions, vos souffrances et je choisis de reprendre le gouvernail de ma vie. Je reprends le gouvernail de ma vie.

Je vous rends votre destin, je reprends mon destin.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

Je choisis d’être fidèle à vos vies en réalisant pleinement la mienne.

Je reprends ma vie, la vie, mon chemin.

Je prends ma vie, la vie, mon chemin.

J’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés.
J’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer.

J’ai le trousseau de clés qui me permet de fermer la porte derrière toutes ces mémoires, fidélités, loyautés et autres dont je viens de me libérer et de vous libérer.

 

Avec tout mon amour et ma considération.

DSC00479_2

 

 

 

 

 

 

La manipulation perverse

image_print

 Bruxelles, décembre 2010.

 

La manipulation perverse

Tout ce que vous direz sera un jour ou l’autre retenu contre vous !

Nous utilisons tous, de temps à autre, la manipulation. Elle fait partie des éléments de survie pour se protéger, trouver une place dans la vie… Un sourire, un encouragement est une forme de manipulation.

MAIS :

Le manipulateur pervers, lui, n’a qu’un seul but : arriver à ce qu’il veut sans aucun respect pour votre personne, sans aucune empathie pour vos souffrances ou votre individualité.

Ce résumé, vous aidera, si vous le désirez, à sortir des méthodes de manipulation dans vos relations mais aussi et surtout à EVITER de vous laisser « bouffer », « tuer à petit feu » par les grands manipulateurs : pervers narcissique, êtres de peu de foi, handicapés de l’empathie …

Face à eux, vous pouvez êtes séduit, subjugué, croyant peut-être même vivre le paradis sur terre. Et au fil du temps, vous perdez votre identité, votre esprit critique, votre joie de vivre. Vous n’êtes plus que l’ombre de vous même ou, devrais-je dire, l’ombre de ce séducteur simulant toutes les belles qualités de la terre afin de vous transformer en marionnette à qui il fera jouer les comédies et tragédies de son choix.

Vous êtes sous le pouvoir hypnotique de Kaa qui vous dit : « aie confiance »

 

Le manipulateur :

De 2 à 10% de votre entourage !!! Il ne s’agit pas d’un comportement passager mais de son principal ou même unique mode relationnel. Il pense que tout lui est dû. Ce qui est à vous est à lui ! Sans scrupule, sans culpabilité, sans remords, même s’il peut vous faire croire le contraire. Il agit pour son bien propre au détriment des autres, de leur bien-être, de leurs individualités, de leurs besoins… et la plupart du temps vous ne voyez rien venir !

Les buts du manipulateur :

Satisfaire ses priorités:

Dominer. Vous mettre sous emprise, coloniser votre vie, vous instrumentaliser, vous avoir à disposition pour faire de vous ce qu’il veut, quand il veut et comme il veut.

Se décharger de ses responsabilités:

Se faire prendre en charge. Faire prendre en charge ses émotions. Tout avoir en en faisant le moins possible ! Bref, vous empêcher de vous écouter et de savoir ce qui est bon pour vous afin de vous réduire à l’état de marionnette à qui il fera jouer la comédie de son choix selon ses désirs ou lubies et cela sans que vous ne voyez rien venir si vous n’êtes pas averti par les connaissances sur le sujet. Il arrive même à ce que vous fassiez vous même de votre propre chef sans rien vous demander ce qu’il désire que vous soyez !

Sa victime:

Le plus souvent:

- Optimiste, joviale, bienveillante, chaleureuse, aimante.
- Généreuse, altruiste, dévouée, cherchant à donner le meilleur d’elle même.                              – Conciliante, capable d’empathie, pleine de bonne volonté.
- Honnête et sincère, qui ne peut même pas imaginer le mal chez autrui.
- Souvent dynamique et douée.
- Se culpabilisant facilement, prenant personnellement tout ce qui ne va pas, n’ayant pas le recul nécessaire pour voir les responsabilités de chacun.
- Croyance : « Il ne faut pas médire, accuser… ».
- OUBLIANT SES PROPRES BESOINS POUR L’AUTRE.
- Croyant qu’aimer c’est donner et faire plaisir sans condition, sans échanges, sans recevoir ou en ne recevant que très peu.
- N’ayant pas de conscience de sa propre valeur et de ses droits.

Les symptômes de la victime :

Dans un premier temps :

- Subjuguée et/ou endormie et/ou dans la confusion, sans résistance, tout est beau, sans esprit critique.

Plus longue ou plus intense sera votre exposition au(x) manipulateur(s) :

- Sentiment de mal-être, quelque chose ne tourne pas rond.
- Sentiment d’infériorité. Vous perdez votre franc-parlé, votre humour.
Manque grandissant de confiance en soi.
Doute concernant vos capacités, vos compétences ou vos qualités humaines et/ou mentales.
- Impression de ne plus savoir communiquer. Sensation de ne plus savoir qui vous êtes.
- Angoisse, stress, irritabilité.
Fatigue, sensation d’impasse, perte de repères, dépression.
- Tendances à la rumination mentale.
- Problèmes de sommeil, insomnies, cauchemars…
- Troubles divers : maux de tête, douleurs abdominales, troubles de l’appétit, réactions cutanées, poussées d’hypertension, maux de dos, troubles de mémoire, alcoolisme, addictions en tous genres…

Le vrai gentil souvent dynamique se retrouve cassé, affaibli. Il croit que tout le problème vient de lui. Il se croit FOU ! Il ne peut croire à la méchanceté de l’autre, lui trouve des excuses, il le met sur un piédestal et se situe, lui, tout en bas de l’échelle, c’est lui le mauvais s’il n’est pas… s’il ne fait pas… Il ne peut pas admettre qu’il s’est fait pigeonner.

Pour les vrais gentils, j’écoutais, dernièrement, une blague présentée par l’humoriste africain Saïdou Abatcha Smile

« Si tu veux être bon, soit bon une fois ! Être une fois bon, c’est bon, tu es bon ! Si tu es bon deux fois, tu es un bon bon … Et on te suce ! »

Le manipulateur :

L’être aux deux visages, à la double vie, double personnalité
En apparence : une image au-dessus de tout soupçon… lorsqu’il est en « représentation » et/ou fixé sur son objectif : obtenir ce qu’il désire.
Il donne le plus souvent une très bonne image de lui-même :

Bon, avenant, sympathique, extraverti, bon vivant…
- Mais aussi attentionné, plein de compassion, s’intéressant à vous…
- Ou parfois de petit enfant sage, fragile, angélique, vulnérable, ingénu qui ne sait pas ce qui lui arrive, ni pourquoi cela lui arrive…
- La victime ayant besoin de votre secours.

Vous êtes charmé, admiratif, fasciné, subjugué, envoûté, attendri, ou voulant aider…          Cette image est bien évidemment une couverture et un outil idéal car,

Dans le fond,

ce que sa victime n’a pas la capacité ou le courage de voir:
- Il a une volonté de tout instant, très souvent consciente, à tromper son monde.
- Il passe son temps à faire bonne impression pour cacher son vide, sa froideur, son manque d’émotion, d’amour, de sincérité… .
- Il se dissimule sous une multitude de masques qu’il peut changer instantanément en simulant toute la gamme des émotions et sentiments en fonction des failles de ses victimes et de ce qu’il désire en soutirer. ( Il sera sauveur des orchidées sauvages, des abeilles, ou adorera les mathématiques,… Il deviendra la victime fragile mais courageuse…).
- Sa vie n’est pas ancrée dans le réel ! Il se raconte des histoires fantasmatiques et factices pour entretenir ses délires.

Et surtout, surtout…

- La souffrance de l’autre l’arrête peu ou pas du tout.
- Les besoins et les droits des autres sont pour lui très secondaires.
- Son seul but : obtenir ce qu’il désire.
- Dans le fond, il méprise celui ou celle qui se laisse manipuler. Bref, il vous méprise! Devil

N.B. Le masque de sympathique craque très rapidement lorsque nous touchons à son pouvoir ou à son territoire. Refusez-lui quelque chose et il pourra devenir ironique, sarcastique, hystérique, voire même méchant et diabolique !

En réalité, il est :
  • Immature, peu responsable, il dépose la responsabilité – surtout de ce qui ne va pas – comme il veut! – sur les autres. Rien n’est de sa faute, il y a toujours un autre coupable.
  • Orgueilleux, incapable de se remettre en question. D’après lui, seuls les autres ont des problèmes, lui est juste victime des autres et même du monde !
  • Rusé. Sans affect, sans empathie réelle, il simule les sentiments avec un art dont vous ne pouvez avoir idée ! Il vit dans la stratégie, utilisant les milliers de ruses de son arsenal. Par la ruse, il a l’habitude de passer au travers des mailles des filets tendus. Si un masque ne fonctionne pas, il en change jusqu’à trouver votre faille.
  • Rarement intelligent. S’il est performant dans la ruse, la stratégie, l’endormissement de ses victimes, il est rarement intelligent dans les développements rationnels et logiques basés sur des faits réels. En analysant les faits, vous pourrez trouver des multitudes de contradictions, d’irréalités.
  • Egoïste. En dehors de ses représentations sociales ou de ses buts à atteindre, il est insatisfait, impatient, stressé, morose, sans joie de vie, et aussi cynique, cruel, méchant… Un lâche qui s’arrange pour que ses victimes se sentent coupables et responsables… En dévalorisant, culpabilisant, critiquant, il se valorise et se déresponsabilise. Il se culpabilise, non pas de vous faire du mal, mais de ne pas avoir réussi à vous soumettre ! Vous le mettez en échec, ce qu’il ne supporte pas.

Vous l’aurez compris, c’est un mode gagnant pour lui ! Aucune raison d’en changer ! Sans affect réel, sans empathie… cette situation ne lui pèse aucunement.

Si je devais imager un manipulateur, je dessinerais un cerveau où la partie du cerveau s’occupant de la stratégie aurait kidnappé, pour son propre profit, le cerveau de l’émotion et de l’empathie. Ainsi, il peut, sans remords, jouer tous les rôles pour arriver à ses fins.
A
u niveau neurologique, les zones de l’empathie altruiste du cerveau du manipulateur sont très peu actives, voire atrophiées .

Les déclencheurs de la manipulation dans l’enfance: la facilité du pouvoir, la toute puissance et parfois une auto-défense .

Reproduction : Un des parents est manipulateur. C’est le seul mode de communication, le seul mode relationnel appris.

Fascination : L’enfant exerçait par ses dons, ses capacités, ses souffrances… une sorte de fascination sur l’adulte. Il réalise ainsi le pouvoir qu’il peut avoir sur l’autre.

Angélisme : Tout ce que l’enfant fait est merveilleux. Il ne faut pas le blesser, il ne faut pas lui mettre de limites.

Solitude : Manipuler, ce n’est plus se sentir seul, abandonné, c’est avoir, sans souffrir, l’autre à sa disposition.

Manque de confiance en soi : Manipuler, c’est obtenir, se sentir fort, en puissance, dominant !

Survie : La ruse pour la survie.

Protection : Un parent manipulateur dont on apprend à se protéger en manipulant le manipulateur : être plus rusé, plus méprisant, plus victime, plus séduisant…

Mais aussi : La génétique, l’épigénétique!!! Si, dès la naissance, l’enfant dispose de peu de cellules cérébrales empathiques altruistes, que les parents n’enseignent pas gentiment mais sûrement la conscience de l’autre, le respect de l’autre, l’altruisme, ou si – pire encore – les parents violent eux-mêmes l’espace de l’enfant…alors… bonjour les dégâts!

La plasticité du cerveau, le libre arbitre, l’esprit critique, la conscience nous montrent que l’empathie cela peut aussi s’apprendre, se développer… Un empathie consciente qui sait quand être empathique et quand mettre des limites, une empathie qui permet de trouver un équilibre entre soi et l’autre.

Pour le manipulateur, tout est stratégie pour obtenir ce qu’il désire : argent, pouvoir, une bonne image de lui-même ou plus simplement un sourire, un repas, un travail… Toutes ces stratégies passent par la simulation des sentiments, art dans lequel il est passé maître. Il pourra, parfois, vous présenter un tableau qui semble logique et rationnel mais qui en fait est basé sur des données fausses, tronquées… Soyez attentif, reprenez les faits réels, utilisez votre esprit critique et vous verrez que :

Les trois clés les plus utilisées par le manipulateur :

La séduction, un bon hameçon : « Vous craquez ! »

- La flatterie, les compliments…
- Une bonne image de lui, sympathique, au-dessus de tout soupçon.
- Une voix un peu hypnotique, de beaux sourires, un regard enjôleur…
- Il aura tôt fait de trouver ce qui vous séduit et l’utilisera. Il aimera ce que vous aimez, vous ne pourrez résister.
Jusque là, tout semble aller bien ! Vient ensuite la longue descente aux enfers :                 

La déstabilisation

De manière souvent insidieuse ou parfois directe, il jongle avec :
- Le mépris, la critique, les manières hautaines, la moquerie.
- Le doute, la culpabilisation, les reproches.
- La peur, le chantage.
Le mensonge, les vérités travesties, la désinformation, la mauvaise foi.
- La calomnie.
- L’utilisation de paroles floues, contradictoires.
- Il sait noyer le poisson.

L’isolement. Il devient votre seul monde.

- Il éloigne de ses victimes les personnes qui pourraient lui faire de l’ombre ou remettre la réalité à sa juste place, ou qui sont simplement indifférentes et qu’il ne peut manipuler.
- Il sème le doute, disqualifie, bref : diviser pour mieux régner est une de ses devises. – (cf. Astérix: « La Zizanie »).

Tout se fait doucement, sournoisement.
L’utilisation en alternance de ces clés vous enlève tout esprit critique.
Vous êtes comme en état second, quasi hypnotique, comme drogué ou comateux.
Dans la relation, vous croyez que c’est votre faute. C’est vous le mauvais et votre persécuteur est le bon qui reste malgré vos « péchés » tout près de vous. Quelle abnégation, quelle générosité de sa part!
Vous faites alors des efforts, vous cédez du terrain, vous espérez faire revenir la personne sympathique que vous avez connue, vous voulez comprendre, vous voulez vous amender…
Hé ! Hé ! VOUS ETES PIEGE par le magicien maléfique, l’hypnotiseur abusif.                                Il utilise séductions, injonctions, allusions, et vous, vous lui proposez à genoux ce qu’il n’a même pas dû vous demander !
Vous devenez LUI ! VOUS n’êtes plus ! A la limite, vous êtes un toutou attendant son susucre. VOUS ETES maintenant DÉPENDANT à cette relation. Une vraie addiction !

QUATRE solutions pour la victime:

- L’instinct de survie: vous fuyez, vous quittez. C’est le début de la libération.
- Vous y laissez votre peau : suicide, alcoolisme, maladie pouvant aller jusqu’à la mort…
- Vous apprenez à reconnaître les manipulateurs, à les éviter, à vous en protéger. Sachez, cependant, que contre-manipuler est épuisant et peut provoquer des troubles psychosomatiques en défense à l’agression et à l’énergie de contre-manipulation demandée, mais sachez aussi qu’il ne vous lâchera pas. TOUT CE QUE VOUS POURREZ DIRE POURRA ÊTRE RÉUTILISE CONTRE VOUS !
-
Vous retrouvez votre propre puissance, vous découvrez l’être merveilleux que vous êtes!

Apprendre à reconnaître les manipulateurs.

Voyons plus en détail ces trois clés :

Sachant que nous utilisons tous, occasionnellement, peu ou prou la manipulation, comprenons bien que le manipulateur utilisera au quotidien un grand nombre des points suivants et ce pour son bien propre (pouvoir, finance, ne pas prendre ses responsabilités…).  Dans le fond, pour lui, vous n’existez que pour ce que vous pouvez lui apporter… Cessez de lui être utile et il vous jette comme une vieille carpette sur laquelle il se sera essuyé les pieds sans même que vous vous en soyez rendu compte; mais il pourra peut-être vous aimer, à condition que vous dansiez comme il l’entend!

Avant d’entrer dans le détail, quelques points d’alarme évidents :

- Sentiment de culpabilité sans avoir commis de faute réelle.
- Sentiment d’infériorité, de dévalorisation, d’être un bon à rien.
- Vous n’écoutez plus vos besoins; satisfaire l’autre pour un sourire, pour être apprécié est votre seul but ! Vous ne réfléchissez plus par et pour vous-même.

La séduction :

Son but : vous charmer, vous subjuguer afin de vous enlever tout esprit critique et vous mettre dans l’incapacité de réagir. Il efface les limites de ce qui est VOUS et de ce qui est LUI.
- Il en profite pour observer ce qu’il peut tirer de vous, il veut savoir jusqu’où il pourra aller.
- L’image qu’il donne de lui-même vous subjugue, il est ce dont vous rêvez ou ce que vous rêvez d’être (beauté, courage, calme, bravoure, connaissance, force ou fragilité, angélisme…)
- Il utilise la flatterie, les compliments, et s’attire ainsi votre sympathie. Il vous encense juste là où cela vous fait du bien.
- Vous avez la sensation d’être exceptionnel à ses yeux, hors du commun. Il n’a jamais rencontré quelqu’un comme vous.
- Son regard vous caresse, vous donne l’impression d’être aimé, apprécié, admiré, reconnu, enfin vous « croyez » exister pour quelqu’un.
- Sa voix vous emporte ou vous berce.
- Il vous apprécie tout de suite, vous êtes très vite son ami, son amour ou, tout au moins, c’est ce qu’il vous fait croire…
- Il termine toutes ses phrases par un sourire; vous n’entendez même plus le contenu et ne doutez pas de sa gentillesse et de son côté merveilleux.
- Il a « soi-disant » envie de vous donner le meilleur, de vous faire vivre vos fantasmes, voire même de vous en créer. Il peut faire miroiter la relation parfaite, le conte de fée, le paradis sur terre…
- Il crée des attentes de votre part et s’incruste ainsi dans votre futur.
- Il mime vos attitudes, vos paroles, pour susciter chez vous la croyance d’un accord parfait, d’une complicité inégalable, d’une âme sœur.
- Il change comme un véritable caméléon en fonction des situations, des circonstances, afin de vous plaire.
- Il vous dit avoir des points communs avec vous : aimer les fleurs, avoir le même signe zodiacal que vous, ou la même souffrance…
- Il occupe l’espace et s’installe dans un lieu comme s’il était un personnage de « haut-rang » ou au contraire joue les petits chiens battus n’ayant pas de place sur la terre.
- Il répond de manière vague aux questions posées, créant un halo de mystère, vous laissant projeter vos rêves.
- Il utilise son statut social ou professionnel (ou le statut de sa famille :-)) pour vous faire miroiter monts et merveilles, pour vous subjuguer, vous appâter, s’attirer votre sympathie.
- Il s’attribue tout le mérite des réussites (de projets menés à plusieurs ou par d’autres personnes) et il est victime des connards qui ont tout fait foirer!
- Il monopolise l’attention par de grands gestes et en parlant fort ou en se faisant visiblement tout petit, fragile, timide et angélique, un petit chien perdu, battu ou affamé.
- Il crée un rôle pour vous et vous attire suivant ce qui vous fait vibrer :

- l‘apparent « altruisme », l’ « honnêteté »;
- l‘apparente « candeur », « douceur », « modestie », « timidité », « angélisme », « ingénuité »;
- l‘apparence de son « courage », de ses qualités de bricoleur, de ses connaissances, de ses bonnes idées…
- par son franc parlé, ses talents d’orateur, de conteur, son autorité…
- par un sentiment de confiance, de sécurité – par la politesse, l’aide, l’organisation, la capacité de dépannage…

Tout est bon, tout sera bon pour vous séduire, vous êtes devant une personne de rêve, un prince charmant, une princesse, ou vous êtes le sauveur, le héros, vous êtes dans un film, dans un conte de fée. Vous êtes fasciné et donc un idiot piégé!

N.B. La fascination nous réduit; JAMAIS elle ne nous grandit !!!!

La déstabilisation :

Il est passé maître dans l’art de réveiller les culpabilisations conscientes et inconscientes nées de votre passé ; il est passé maître dans l’art de transformer votre colère, votre révolte en culpabilité. Vous êtes coupable, lui pas !

- II vous culpabilise, au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle, de la spiritualité… Il fait du chantage affectif.
- Il réveille vos instincts protecteurs, d’assistance à personne en danger, en mettant en avant sa vulnérabilité ou en jouant le rôle de la victime : entourage « difficile », surcharge de travail, maladie exagérée, conjoint bourreau…
- Il donne volontiers un peu afin d’obtenir beaucoup par la suite, l’idéal étant de vous rendre redevable à vie. Il vous piège avec le devoir de réciprocité.
- Il crée des problèmes et vous accuse de ne pas trouver de solution ou offre la solution, vous rendant redevable d’avoir solutionné le problème qu’il a créé.
- Il vous fait croire que vous devez être parfait, que vous ne pouvez pas changer d’avis, que vous ne pouvez pas vous désengager. Que vous devez répondre à TOUS ses besoins.
- Il vous fait croire que vous devez tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et aux questions.
- Il recourt à la comparaison avec autrui pour souligner vos manquements et vous pousser à vous conformer à ses souhaits.
- Il vous demande de l’aide au moment où vous ne pouvez pas afin de pointer votre impuissance, votre incapacité, votre manque d’amour, votre rejet, votre malhonnêteté …
- Il met en doute vos qualités, votre compétence, votre personnalité : il critique, dévalorise et juge. Il vous fait douter de vous-même !
- Il reporte sa responsabilité sur vous ou sur d’autres et se démet de ses propres responsabilités. Cela devient votre bêtise, votre manque d’effort, de lucidité…
- Si vous voulez discuter d’un sujet avec lui, il affirme tout mettre en œuvre pour vous faire plaisir et se montre blessé, outré lorsque vous ne le remarquez pas.
- Il prétend à un sacrifice de sa personne afin de vous accuser de tous ses déboires, de tous ses maux. VOUS DEVENEZ LE GRAND MECHANT!
- Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et ses opinions, et vous accuse de négligence si vous ne les devinez pas.
- Il vous confronte à des situations de doubles contraintes de sorte que quelle que soit l’attitude adoptée, ce ne sera jamais celle qui convient.
- Il retourne la situation si vous lui faites part de vos doutes à son sujet; vous deviendrez le manipulateur, le harceleur, le menteur, le bourreau, le fraudeur…
- Il ne supporte pas la critique, les avis contraires aux siens. Il perçoit tout comme un reproche. Il évite, fuit la discussion lorsqu’il est contrarié, mis en cause.
- Il ne se remet pas en question !
- Il nie les évidences, transforme les faits, sort vos propos du contexte.
- Il ne se prononce pas face à une décision à risque à prendre; il élude ou s’irrite lorsqu’il est contraint de se positionner. Vous devez rester le seul fautif en cas de problème.
- Par injonction et induction, il vous amène pour vous défendre, à agir contre lui afin de vous dénoncer comme le méchant !
- Il vous reproche une faute commise par le passé et vous la ressert à toutes les sauces.
- Il considère le code social des « bonnes conduites » uniquement lorsqu’il peut lui être utile.
- Il utilise un silence empli de jugement, de mépris (ceci peut être son principal mode de fonctionnement, il réveille ainsi des culpabilités que vous connaissez et lui pas :-) – faut pouvoir le faire non?)

En plus de la culpabilisation, il sème la confusion, sabote vos repères, impose les siens, vous rend impuissant à dire non. Il a raison, vous pas !

- Il parle flou et/ou fait de longs monologues où vous vous perdez; il vous distrait…
- Il parle logique mais sur des données fausses, tronquées ou incomplètes.
- Il change carrément de sujet au cours d’une conversation.
- Il termine chaque phrase par un sourire, ce qui vous oblige à croire à sa gentillesse, et vous ne percevez pas clairement le message.
- Il fait appel à votre émotionnel pour court-circuiter la logique et implanter en vous ses idées.
- Il vous infantilise, s’adresse à vous comme à un enfant de bas âge afin que vous répondiez comme un enfant sans esprit critique.
- Il donne un message verbal et son contraire par des messages non verbaux.
- Il attend des réponses précises à ses questions parfois intrusives, mais sans se dévoiler.
- Il n’hésite pas à mentir ou à faire du chantage pour arriver à ses fins.
- Il sème le trouble, le doute, ou laisse le champ libre aux interprétations avec ses non-dits, ses demi-vérités, ses mensonges, et s’offusque ensuite des interprétations que vous donnez.
- Il invoque des raisons en apparence logiques pour déguiser ses demandes.
- Il prêche le faux pour savoir le vrai, il déforme et interprète.
- Il fait faire ses messages par autrui ou par des intermédiaires.
- Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes, ses actes ou son mode de vie répondent au schéma opposé.
- Il fait passer les choses petit à petit; ce qui, entier, n’était pas acceptable le devient morceau après morceau.
- Il se sert de votre échelle de valeur et de vos systèmes de croyances ou de ceux d’autrui pour vous amener à agir selon ses désirs (courtoisie, humanisme, solidarité, antiracisme, gentillesse, générosité, bonne ou mauvaise mère, etc.).
- Il ne tient pas compte de vos besoins, de vos sentiments et vos valeurs, ils les disqualifie s’ils sont contraires aux siens ou a ses objectifs.
- Il mise sur l’ignorance des autres pour faire croire à sa supériorité voire même vous maintient dans l’ignorance pour vous rabaisser p.ex.: « quoi, tu ne savais pas… »
- Il vous dénigre, vous dévalorise sous le couvert de pseudo encouragements ou compliments.
- Il impose ses décisions sans prendre la peine de vous consulter et ne comprend pas que vous n’appréciez pas !
- Il utilise très souvent le dernier moment pour demander, ordonner, vous faire agir.
- Il ignore vos demandes (même s’il dit s’en occuper).
- Il affiche un sourire même lorsqu’il est mis sur la sellette, comme si rien ne pouvait l’atteindre.
- Il fait peu de cas des opinions différentes de la sienne. Il vous fait passer le message par son attitude qu’il détient la vérité.
- Il renverse les situations et vous vous retrouvez coupable et responsable, là où vous étiez dans votre bon droit.
- Il n’assume pas les conséquences de ses actes ni de ses engagements.
- Il menace de façon déguisée ou fait du chantage ouvert, suscitant la peur afin d’être obéi.
- Il peut devenir ironique, sarcastique, voir injurieux, démoniaque devant un refus.
- Il vous encourage à la médiocrité soi-disant pour vous préserver des problèmes.
- Il a le sens du drame: « Attention, ne fais pas ceci …. Si tu fais cela, il t’arrivera… »

L’isolement : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! » (Beaumarchais)
- Sans avoir l’air d’y toucher, en donnant l’apparence d’objectivité, de sérieux, il sème la discorde au moyen de sous-entendus, d’allusions voilées ou insidieuses, répétitives, qui créent suspicion, doute, méfiance.
- Son but : semer la zizanie, diviser pour mieux régner et sans se mouiller !
- Il vous incite à rompre avec des personnes qui pourraient vous aider à voir clair.
- Il vous isole de toute personne qui pourrait lui faire un peu d’ombre dans quelque domaine que ce soit !
- Il cloisonne ses relations, afin qu’on ne puisse recouper ses mensonges.
- Vous avez honte et peur de parler de ce que vous vivez même aux personnes en qui vous avez toute confiance. Il est si « bien »… on ne peut pas dire du mal de lui !
- Il refuse tout dialogue, toute communication s’il pense ne pas pouvoir avoir le dessus ou s’il sait que vous allez le confronter à la réalité.
- Ses maltraitances se font souvent subtiles et à l’abri des regards indiscrets, bonne image de soi oblige !

Sortir d’une manipulation :

Affirmez-vous et reconstruisez-vous !!!

S’il vous a choisi comme pigeon, c’est que vous êtes vraiment quelqu’un de bien, quelqu’un avec un grand potentiel d’optimisme et de constructivité !
Un manipulateur ne peut exister que s’il y a des manipulés ! Vous ne pouvez le changer, mais vous pouvez vous changer !
Et n’oubliez pas… un manipulateur n’est pas dangereux, quoi qu’il vous ait fait croire ! Il est d’abord et seulement quelqu’un qui ne peut vivre sans victime pour le porter !
Seul, il n’est RIEN ! Il est vide ! Sans pigeon, il s’écroule !  
Plus rusé qu’intelligent, il est aussi très naïf; il ne s’imagine même pas qu’un jour vous puissiez changer, avoir des quantités de preuves contre lui; il se croit tout-puissant, se contredit…

A vous d’établir pour vous même une bonne cure de désintoxication de ce parasite auquel vous êtes devenu d’une certaine façon dépendant, à vous d’établir un plan de bataille raisonnable Jour j+ 1, Jour j+ 2, Jour j+3 avec point bonus, cadeau, dépaysement, et faites- vous aider.

Dans la forme:

- Méfiez-vous des amitiés trop rapides et de ce qui paraît trop beau pour être vrai.
- Arrêtez de croire au prince charmant ou à la princesse enchantée, ou à la pauvre victime que vous avez le devoir de sauver !
- Révisez l’idée toute faite que quelqu’un de sympathique ne peut pas faire de mal.
- Connaissez vos besoins. Ecoutez vos sensations ; une sensation ne trompe pas, contrairement à la subjugation.
- Arrêtez de vous sentir obligé de répondre à un sourire par un sourire; apprenez à être impoli, à ne pas répondre; apprenez à recevoir sans vous sentir obligé de donner en retour.
- Renseignez-vous sur la manipulation, consultez les sites « apprendre à manipuler » pour comprendre comment fonctionnent ces animaux sans empathie humaine qui sont uniquement dans la stratégie de survie, et pour comprendre leurs buts, leurs besoins, afin d’y mettre vos limites.

Et posez-vous les questions suivantes :

- Est ce que je dis ou fais des choses que je n’aurais pas dites ou faites ou d’une manière qui ne m’appartient pas?
- Est-ce que je me sens forcé de faire des choses que je n’ai pas envie de faire ?
- Est-ce que j’ai bien tout mon esprit critique ou est-ce que je pense avec les pensées de l’autre?
- Est-ce que je m’excuse sans arrêt, change de caractère, m’auto-dénigre, me culpabilise de manière maladive ?
- Est-ce que je ressens un état de malaise ou un sentiment de non-liberté (piège).
- Est-ce que je peux garder mon humour ? Cette personne a-t-elle de l’humour dans le quotidien (le manipulateur ayant souvent difficile avec l’humour) ?
- Puis-je prendre le temps de réfléchir ou tout doit-il aller vite ?
Me donne-t-il le droit de me désengager?
- Ses actes, ses comportements correspondent-ils à ses paroles ?
- Tient-il les promesses qu’il fait miroiter ?
- Ses actes, ses paroles, ses comportements sont-ils les mêmes quel que soit son public ?
- Ses actes de cœur sont-ils spontanés et présents lorsque c’est nécessaire ou sont-ils du paraître pour vous épater ou épater la galerie ?
- Est-il constamment l’objet de discussions entre gens qui le connaissent, même s’il n’est pas là.
- En fonction de ce que MOI je sais de la vie, est-ce que je pense vraiment la même chose que ce qui est dit ? Est-ce que je ressens vraiment les choses ainsi ?
- En regardant TOUS les faits, suis-je le seul responsable ? Suis-je même responsable ?
Ce qui est dit semble logique, mais est-ce vraiment logique ? Quels sont les faits ?
- Est-ce que j’ai la sensation d’être vidé, cassé; la sensation d’être malade lorsque je suis trop longtemps avec cette personne ?

Dans le fond :

Indifférence au lieu d’humanité !

  • La patience, l’empathie, la tolérance, la compréhension sont totalement impuissantes à vous protéger; au contraire, elles seront utilisées comme armes contre vous ! Si vous voulez faire quelque chose pour cette personne : ne rentrez pas dans son jeu; c’est le seul cadeau que vous pouvez lui apporter!
  • Cessez d’être gentil à tout prix par besoin d’amour, de reconnaissance, ou par éducation religieuse ou autre basée sur les notions de bien et de mal.
  • Sortez de la peur de faire mal ou de faire du mal. Pour le bien de l’autre, il faut aussi savoir trancher, dire NON !
  • Dites NON lorsque cela ne vous convient pas !
  • Faites le deuil d’une communication idéale, humaine, d’homme à homme, d’humain à humain. Avec le manipulateur, ce n’est pas possible ! Il n’est pas humain, il est dans la stratégie; tout ce que vous pourrez dire sera retenu contre vous, il n’a aucune peur de vous embobiner, de vous écraser !

Revenez à la réalité !

  • Regardez la réalité en face. Prenez les faits un à un, les uns après les autres.
  • Pensez par vous-même. Retrouvez votre esprit critique, votre discernement.
  • Ne prenez pas pour argent comptant ce qui vous est dit ! Ne faites pas des jugements des autres votre jugement !
  • Analysez vos propres comportements, vos malaises, et identifiez-en les causes.
  • N’oubliez pas que toute chose peut être vue et présentée de manières multiples ! Prenez l’habitude de regarder les choses sous différents angles !
  • N’oubliez-pas qu’il y a toujours une multitude de solutions ! La vie n’est pas une image figée en noir et blanc, elle est multidimentionnelle, emplie de milliards de nuances et de couleurs, en mouvement et en évolution constantes !
  • Prenez du recul dans l’espace et le temps. Respirez ! Ce qui était perçu comme vrai hier, ne l’est peut-être plus aujourd’hui !

Prenez soin de vous et de vos besoins. Listez VOS besoins pour le présent et le futur.

  • Retrouvez la personne enjouée et dynamique que vous étiez avant de vous faire dévorer, ligoter, emprisonner.
  • Reconnectez-vous à votre intuition. Ecoutez vos propres besoins et votre ressenti. Que dit votre petite voix intérieure ?
  • Que voulez-vous pour vous ? De quoi avez-vous besoin pour vous?
  • Travaillez sur vous-même, afin de sortir des dépendances affectives, des besoins de reconnaissance, du besoin d’être important aux yeux de quelqu’un. Comprenez que vous êtes quelqu’un par le simple fait d’être en vie et d’être arrivé là ou vous êtes aujourd’hui dans la jungle de la vie !
  • Affirmez-vous; reprenez votre pouvoir, votre autorité, le gouvernail de votre vie ! Vous avez le droit comme tout le monde de vivre votre existence propre !
  • Apprenez à faire respecter vos droits. Vous en avez autant que tout un chacun !
  • Sortez du silence; osez dire !

Reconnaissez que vous avez été manipulé, que vous n’êtes PAS COUPABLE !

  • Comprenez que ce n’est pas parce que vous recevez un joli sourire admiratif que vous êtes aimé et merveilleux ! Comprenez que le manipulateur est un stratège qui ne sait pas aimer et donc que vous n’êtes pas aimé; vous avez sans doute été apprécié, MAIS PAR INTERET !
  • Acceptez de vous être trompé et chassez la honte de vous être fait berner; rassurez-vous, tout le monde y passe plus ou moins, surtout les gentils. Smile
  • ARRETEZ de vous justifier et de vous excuser ! Vous justifier, c’est lui donner la corde pour vous pendre !

Agissez pour mettre fin au piège.

  • Analysez les stratégies perverses, évaluez les forces et les faiblesses. N’utilisez jamais la perversion en riposte; ils sont plus forts que vous sur ce terrain. Utilisez vos dons propres ! Restez fidèle à vous-même.
  • Le mieux : tenez à distance le manipulateur et si ce n’est vraiment pas possible, prenez des distances par rapport à ses manigances. sortez de l’affect, prenez du recul et regardez-le comme un malade incapable de vraie relation. Affichez l’indifférence face à ses tentatives de séductions, déstabilisations, calomnies…
  • Utilisez toutes les techniques de contre-manipulation en sortant de l’affect.

Travaillez votre sens de la répartie, améliorez-le au fil des ans.                                                         Faites des phrases courtes, directes qui déstabilisent le manipulateur , p.ex.:
- C’est votre opinion.
- Vous pouvez le penser.
- C’est votre droit.
- C’est votre interprétation.
- Prenez-le comme vous le voulez.
- C’est une façon de voir parmi tant d’autres.
- Personne n’est parfait.
- Ça peut arriver à tout le monde.
- Je n’ai pas le don de voyance.
- Chacun ses goûts.
- Chacun sa vie, chacun son chemin.
- Ne vous inquiétez pas pour moi.
- Ne tombons pas dans les ragots.
- Je vais y réfléchir.
- Qui vivra verra.
- Après la pluie le beau temps.

Restez dans le flou face aux injonctions ou questions directes.                                                          Parlez avec le « on » qui reste indéfini.
Souriez en fin de phrases.
Restez poli.
N’entrez pas dans les discussions qui ne servent à rien.
Évitez l’agressivité.
Faites de l’auto-dérision, faites de l’humour, de l’ironie quand vous pouvez, poils au nez.
Gardez en tête vos propres objectifs; écoutez ce qu’il vous dit et utilisez ses déstabilisations si elles peuvent vous aider à arriver à vos objectifs.

Être face à un manipulateur, c’est la meilleure thérapie au monde… Si vous ne connaissez pas vos points faibles, le manipulateur les trouvera d’instinct Frown
Établissez-vous un système de désintoxication ou la priorité c’est vous même. Consultez les sites sur la désintoxication pour vous donner des idées.

Livres proposés pour comprendre, se retrouver…

- Confessions d’une sociopathe, dans la tête d’une manipulatrice, de M.E. THOMAS
The Psychopath Inside, de James FALLONà voir aussi sur Youtube [https://www.youtube.com/watch?v=_4MEQRgJbfU]
- Echapper aux manipulateurs, les solutions existent, Christel PETIOTCOLLIN
- Les manipulateurs sont parmi nous, Isabelle NAZARE-AGA
- Les manipulateurs et l’amour, Isabelle NAZARE-AGA
- La manipulation ordinaire, Marie ANDERSEN
- Manipulation, ne vous laissez plus faire, Jacques REGARD
- Petit traité de manipulation à l’égard des honnêtes gens, Robert-Vincent JOULE et Jean-Léon BEAUVOIS.

- 81 façons de ne plus se laisser manipuler, Dominique CHARNASSE
- Relation et jeux de pouvoir, Jean-Jacques CREVECOEUR
- En finir avec la manipulation mentale et reprendre le contrôle de sa vie, Claire PARENT
- Je tu(e) il. Psychanalyse et mythanalyse des perversions, docteur Michel CAUTAERTS – L’empathie, Alain BERTHOZ
- Attachement et théorie de l’esprit, Grazia ATTILI

- L’empathie au coeur du jeu social, Serge TISSERON

Remède à la manipulation – s’écouter, se centrer :
- Le fabuleux pouvoir des émotions, Esther & Jerry HICKS
- Au diable la culpabilité, Yves-Alexandre THALMANN
- La puissance des émotions, Michelle LARIVEY
- Un père pour quoi faire?, Diane DRORY

Et tout ce que vous pourrez trouver !!!! Les livres sur les enfants tout puissants sont très intéressants; entre la toute puissance et la manipulation, il n’y a qu’un pas !

D’après la littérature actuelle et les expériences en consultation, Josiane Nieuwborgh, Décembre 2010